-L'EAU ET SON PATRIMOINE-

------EN PAYS DE SOMME-------

                             _____________________________

Bornes-Fontaines

GUIZANCOURT

Guizancourt- Photo Gégé de Oisemont
Guizancourt- Photo Gégé de Oisemont
La pompe à bras- Photo: Gégé de Oisemont
La pompe à bras- Photo: Gégé de Oisemont

Une pompe à bras sur le bord d'une charmante rivière, les Evoissons, dans un des plus beaux villages de la Somme: Guizancourt

GAMACHES

Gamaches, près de l'Hôtel de Ville-
Gamaches, près de l'Hôtel de Ville-
Photos: Patrice Lenne
Photos: Patrice Lenne

Gamaches

Cette pompe à bras en fonte est d'un modèle très rare, unique dans notre département. Elle se caractérise par un animal fantastique incrusté dans le bas de son fût et qui est censé cracher de l'eau à la manière des gargouilles.

POIX-DE-PICARDIE

Poix
Poix
Immeuble de la Justice de Paix- Poix de Picardie
Immeuble de la Justice de Paix- Poix de Picardie
La marque du fabricant de Famechon
La marque du fabricant de Famechon

 

Poix de Picardie

 

Une borne fontaine exceptionnelle par sa forme octogonale, ses décorations en fonte et la marque de son fabricant: le sieur Pillot de Famechon


Ponts

THOIX

Le joli pont de Thoix au-dessus de la Rivière des Parquets
Le joli pont de Thoix au-dessus de la Rivière des Parquets

MERICOURT-SUR-SOMME

Pont-Levis à Méricourt-sur-Somme
Pont-Levis à Méricourt-sur-Somme
Le blason des seigneurs de Méricourt-sur-Somme
Le blason des seigneurs de Méricourt-sur-Somme

DOMQUEUR

Le pont romain de Domqueur
Le pont romain de Domqueur
Sous le pont de Domqueur
Sous le pont de Domqueur


Domqueur: le pont romain 

Sous ce pont, coulait une rivière dont on devine encore le lit: les eaux du vallon de Domquerelle. Il semble, d'après Ponchon, que ce pont ait été établi en même temps que la chaussée militaire, dite voie d'Agrippa, entre l'an 55 avant JC et l'an 41 après: soit 20 siècles d'existence. La route partait d'Amiens, traversait le Ponthieu et se dirigeait vers Boulogne. Elle portait le nom de Gésoriacum Bononia. Ponchon était bibliothécaire et a soumis son hypothèse aux ingénieurs des ponts de l'époque qui lui ont donné raison. S'il se confirmait que ce pont soit romain, ce qui est possible compte tenu des dimensions des blocs de pierre et de la manière dont ils sont assemblés, il serait le plus ancien pont du Nord de la France. La rivière prenait sa source près de Cramont, passait à Gorenflos, Ergnies et allait rejoindre les eaux du Scardon à St-Riquier.

Sources: Bulletin de la SAP, 1921, 3° et 4° tr. p. 298 à 301 (A. Ponchon),

Terre picarde, N° 27, p.26 et 27

"Aux Confins de la Picardie" par Lucien Groué, p.23

Bulletin de la SEA, 1981, p. 109 (Eric Balandra

Ercheu- Le pont de la ferme de Lannoy
Ercheu- Le pont de la ferme de Lannoy

  Ercheu: ce pont en brique à la ferme de Lannoy, est le seul passage qui permet d'accéder à la ferme isolée de la commune d'Ercheu.

Construite sur une île, la ferme est entourée d'eau. L'étang complètement fermé n'a pas de lien avec l'Ingon, tout proche. Il est possible qu'il soit alimenté par des sources, mais sa teneur en eau est due essentiellement aux eaux pluviales et au rejet des eaux sur les toitures. 

Moulins à eau

RIENCOURT

Ancien moulin de Riencourt
Ancien moulin de Riencourt
Moulin à eau à Beauchamps appartenant à Emile Auger
Moulin à eau à Beauchamps appartenant à Emile Auger
Les roues du moulin à eau de Bettencourt-Rivière
Les roues du moulin à eau de Bettencourt-Rivière
Le moulin de Bettencourt-Rivière
Le moulin de Bettencourt-Rivière

 

 

 

Bettencourt-Rivière

 

L'activité du moulin à farine s'arrête, en 1953.Nestor Dufételle rachète le moulin , en 1957, et conserve une activité de mouture pendant quelques années. Puis le moulin et sa roue sont laissés à l'abandon jusqu'à ce que Bernard Vlamynck en fasse l'acquisition, en 1995. Ce passionné, est-il utile de le préciser, entreprend seul, un gros travail de restauration, qu'il termine, en 2012.

 

Extrait de "l'Eau et son Patrimoine" par André Guerville

Le moulin à eau de Longpré-les-Corps-Saints
Le moulin à eau de Longpré-les-Corps-Saints

Longpré-les-Corps-Saints.

Ce moulin à eau situé sur l'Airaines appartient aujourd'hui à Claude Delbarre. Il servait à fabriquer de l'huile d'éclairage. Il a été transformé en salle de

réception, de salle de spectacles et d'atelier pédagogique pour les enfants.

Historique:

Ce moulin est l'un des deux moulins sur l'Airaines à posséder actuellement une installation hydraulique. Le seigneur de Long et de Longpré, Abraham de Boulainvilliers, autorise en 1638 Jean Fourdrinoy à construire un moulin à huile sur le bras gauche dit la "grande rivière" qui traverse Longpré. François Desmarest achète ce moulin le 23 juin 1699 et il reste dans cette famille jusque dans les années 1860-1870 : ce moulin a probablement fonctionné, à partir d'une date inconnue, avec deux roues, affectée chacune à une activité, l'une pour la fabrication de l'huile et l'autre pour la mouture du blé mais il est possible que vers le milieu du 19ème siècle le moulin soit affecté uniquement à la production d'huile de lin. En 1851, à l'issue de la

reconstruction du barrage du moulin, celui-ci est réglementé par l'arrêté préfectoral du 6 mai 1851 : à cette date le moulin possède deux batteries pour la fabrication de l'huile. A partir des années 1870 jusqu'en 1889-1891, le moulin appartient à M. Docquoy puis de 1891 à 1905 à M. Gallet. M. Pincrès Charles (négociant à Picquigny) transforme ce moulin en 1906 en scierie et la dirige jusqu'en 1921, date à laquelle celle-ci est achetée par MM. Souverain et Docquoy qui transforment cet établissement et y ajoutent un atelier d'ébéniste. De 1926 à 1941, le moulin appartient à M. Cazier Valère qui exploite la scierie jusqu'à ce que les locaux soient détruits au début de la guerre : la reconstruction des bâtiments est terminée en 1953. Le moulin appartient de 1958 à 2000 à M. Morel Etienne, puis de 2000 à 2003, M. Saynave en est le propriétaire (il commence différentes restaurations sur la partie hydraulique) puis en 2003 le moulin est acheté par M. Delbarre et Mme Saint-Pol qui entreprennent différentes restaurations pour mettre en valeur cet édifice.

Extrait de "l'Eau et son Patrimoine" par André Guerville. 2012

 

Frémontiers
Frémontiers
Oust-Marest
Oust-Marest

Le moulin de Visse (commune de Maisnières)
Le moulin de Visse (commune de Maisnières)

.Au moulin de Visse (commune de Maisnières), sur la Vimeuse. Le moulin, qui a reçu sur sa façade les trous d'envol du pigeonnier, date de 1837. Acquis par Paul Louvet en 1949, le moulin est inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques en décembre 1990 et sa roue a été restaurée en 1993. 

Les meules du moulin de Visse- Ph: Patrice Lenne
Les meules du moulin de Visse- Ph: Patrice Lenne

 

 

 

 

Visse ( commune de Maisnières en Vimeu)

 

Trop préoccupé par la superbe roue du moulin, nous n'avons pas vu les quatre meules qui forment comme la table d'un salon de jardin à quelques mètres de la roue.

 

Merci à Patrice Lenne

Fontaines

la fontaine de Gamaches sur le côté de l'église
la fontaine de Gamaches sur le côté de l'église
Saigneville- Photo: Catherine Houdant
Saigneville- Photo: Catherine Houdant
Source Saint-Fuscien à Saigneville-          Photo: Catherine Houdant
Source Saint-Fuscien à Saigneville- Photo: Catherine Houdant

Saigneville

Selon une tradition orale bien vivace, Fuscianus (futur saint Fuscien) décide d’évangéliser la Gaule du Nord-Ouest, vers la fin du troisième siècle. Il s’installe à Thérouanne et commence son périple dans ce qui est aujourd’hui, le département de la Somme. Il arrive à Estrées-les-Crécy, puis à Laviers. De là, il oblique vers Saigneville, où il séjourne à la fontaine, qui depuis porte son nom. Cette fontaine vient de bénéficier d’un aménagement, en ce début d’année 2014. Fuscien poursuit ensuite son évangélisation, passe par Wanel, Le Mesge, Pissy, Saleux, Berny-sur-Noye et enfin Sains-en-Amiénois, où il retrouve Victoric et Gentien. Tous les trois sont assassinés par Rictiovare, le préfet romain, en place à Amiens.

A noter que dans tous les villages, où est passé l’évangéliste, les églises portent le vocable de saint Fuscien. Source: Michel Houdant-Saigneville

Amiens-Faubourg de Hem
Amiens-Faubourg de Hem
Péronne
Péronne

La fontaine du château de St-Quentin-Lamotte la Croix au Bailli- Ph: Patrice Lenne
La fontaine du château de St-Quentin-Lamotte la Croix au Bailli- Ph: Patrice Lenne

Pompes

La Chava
La Chavatte
Etalon
Etalon

Au petit village de La Chavatte, on a conservé la mare et la pompe qui servait à remplir la tonne à eau du cultivateur. A Etalon, la pompe est devenue le support de bacs à fleurs et d'indicateur des rues.

ncien
Le puits avec sa pompe dans la cour du cloître de l'ancien Hôtel-Dieu à Saint-Riquier
 La pompe rénovée de Dromesnil- Photo: Patrice Lenne
La pompe rénovée de Dromesnil- Photo: Patrice Lenne

 

 

 



Dromesnil et Saint-Riquier

 

Les Ets Caruelle d’Origny-Ste-Benoîte dans l’Aisne, ont installé ces pompes dans les années 1930, pour remplacer les lourdes manivelles en fer des vieux puits par un système rendant plus facile le remplissage des seilles, des seaux et de tous les récipients pouvant contenir de  d'eau.


En 2015, il en existe encore deux exemplaires dans la Somme

 

 

 

Saulchoy-sous-Poix- Ph: Patrice Lenne
Saulchoy-sous-Poix- Ph: Patrice Lenne









Saulchoy-sous -Poix

 

Près d'un abribus, adossé à un pilier de brique, la pompe à eau de Saulchoy-sous-Poix, garnie d'un grand tuyau en cuivre, a le mérite de l'originalité.

 

Pompes éoliennes

Au château de Creuse- Ph: Patrice Lenne
Au château de Creuse- Ph: Patrice Lenne
Plaque du fabricant- Ph: Patrice Lenne
Plaque du fabricant- Ph: Patrice Lenne



Au château de Creuse


La pompe éolienne a gardé la plaque du fabricant: "L.Beaume, à Boulogne, près de Paris"


Les pompes éoliennes servent à alimenter les abreuvoirs destinés au bétail dans les pâtures et évitent à l'agriculteur le transport de l'eau.

Le principe du fonctionnement d'une pompe éolienne est identique à celui d'une pompe à bras. Pour qu'elle fonctionne correctement et sans entretien, il faut que la nappe d'eau soit à une faible profondeur. La pompe repose à la surface ou est immergée dans l'eau. Une conduite d'air relie la pompe à l'éolienne et la pression de l'air générée par l'éolienne actionne la pompe en fonction du vent.

Ci-dessous, les pompes éoliennes de Beaumont-Hamel, Béalcourt,

Fontaine-le-Sec, et le Crotoy.

Lavoirs

Lavoir de Béthisy à Bray-sur-Somme
Lavoir de Béthisy à Bray-sur-Somme

Bray-sur-Somme

Ces deux lavoirs sont du XVIIIe siècle. Lepremier appelé le lavoir Béthisy est situé près d'une source dont la pureté a permis de ravitailler la population en eau potable pendant plus d'un siècle. L'usure de la pierre témoigne que de nombreuses femmes sont venues à cet endroit laver leur linge. En 1914, il a servi d'abreuvoir pour les chevaux des troupes anglaises et françaises.

Le deuxième lavoir, situé au du cœur du village près de la vieille Somme, a pris le nom de Montplaisir. (voir photo ci-dessous) 

Bray-sur-Somme: le lavoir de Montplaisir
Bray-sur-Somme: le lavoir de Montplaisir
Saint-Pierre Divion (Thiepval)
Saint-Pierre Divion (Thiepval)

Epenancourt- Photo: Rémy Godbert
Epenancourt- Photo: Rémy Godbert
Epenancourt- Photo Rémy Godbert
Epenancourt- Photo Rémy Godbert

Sources

Les fontaines bleues de Mézerolles
Les fontaines bleues de Mézerolles

Mézerolles 

Les fontaines bleues alimentent l'Authie à Mézerolles.Elles alimentent aussi

les légendes. Vers 1800, un marchand de cochons habitant Candas est venu

prendre livraison de deux cochons à Outrebois. En passant devant les fontaines

bleues pour rejoindre Frohen, on a perdu sa trace. Jusqu'au jour, où l'on a

découvert le fouet du cocher flottant sur les fontaines qui avaient englouti

l'équipage. Pendant longtemps, par temps clair, on a pu voir le char à bancs

gisant au fond de la source profonde de 80 mètres.

Saint-Riquier- La source des trois pleureuses
Saint-Riquier- La source des trois pleureuses

Les trois pleureuses

C’était le 26 du mois d’août 1346, trois belles dames de la cité de Centule ont leurs silhouettes, qui se profilent sur le chemin de Drugy.

Arrivées en haut du talus, elles se prosternent puis lèvent les yeux au ciel et

prient pour le retour de leurs hommes, trois chevaliers qui sont allés combattre les anglais à Crécy. Au crépuscule, surgit un cavalier noir qui leur apprend la sinistre nouvelle : tous les chevaliers de la cité de Centule ont été tués. Les trois belles dames pleurent toute la nuit et leurs larmes se mêlent à l’argile et à la craie

du pays de Drugy. Au petit matin, on constate trois sources qui semblent avoir soulevé les racines du vieux tilleul, trois sources qui se dirigent tout droit vers le Scardon tout proche.

Rien n’a changé depuis cette époque et les sources qui coulent toute l’année ont pris le nom de la source des trois pleureuses.