Plan du site > Patrimoine insolite > Patrimoine rural > Sculptures

BEFFROIS en pays de SOMME

                              _______________________________

LE BEFFROI D'ABBEVILLE

Le Beffroi d'Abbeville- Photo: Mme Agathe Jagerschmidt
Le Beffroi d'Abbeville- Photo: Mme Agathe Jagerschmidt
Toiture du Beffroi avec sa girouette et sa lucarne- Photo: Sylvie Gilliard
Toiture du Beffroi avec sa girouette et sa lucarne- Photo: Sylvie Gilliard

En 1794, le beffroi était coiffé d'une statue du comte de Ponthieu et affublé d'un bonnet rouge. Restauré en 1985 par François Vasselle, il porte alors une nouvelle girouette représentant le maïeur en armure et à cheval comme sur le sceau qu'il pendait à ses actes.

Le cadran solaire du Beffroi- Photo: Sylvie Gilliard
Le cadran solaire du Beffroi- Photo: Sylvie Gilliard

De chaque côté de la devise latine: "Hora ruit" que l'on peut traduire ainsi: "le temps se précipite", on observe la lune et le soleil. Au bout du stylet, figure un autre quartier de lune et son ombre donne l'heure sur le cadran.

Le Beffroi d'Abbeville- Vue de l'arrière
Le Beffroi d'Abbeville- Vue de l'arrière

 Abbeville

En 1209, on construit une grosse tour carrée qui supporte le Beffroi.

En 1468, on élève contre le Beffroi la Trésorerie où sont conservées les

archives de la Ville.

La porte d’entrée de style gothique est surmontée d’une archivolte.

Un nouveau beffroi est construit, en 1804. Cette structure de l’époque impériale est détruite lors du bombardement de mai 1940.

Ce n’est qu’en 1985, que la charpente est reconstituée.

Le Beffroi abrite depuis 1954 le musée Boucher de Perthes qui accueille, entre autre, les célèbres collections du préhistorien.

Classé Monument Historique, en 1926, le Beffroi d’Abbeville est également inscrit depuis 2005, comme cinq autres beffrois de la Somme (Amiens, Doullens, Lucheux, Rue et Saint-Riquier) au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Le Beffroi d'Abbeville
Le Beffroi d'Abbeville
La porte du Beffroi d'Abbeville
La porte du Beffroi d'Abbeville
Détail de la porte du Beffroi
Détail de la porte du Beffroi
Scupture sur l'archivolte de la porte du Beffroi
Scupture sur l'archivolte de la porte du Beffroi

L’un des murs du rez-de-chaussée est orné d’un bas-relief en bronze. Posée en 1887, œuvre d’Emmanuel Fontaine, cette sculpture commémore le courage d’Enguerrand Ringois, jeté à la mer depuis les falaises de Douvres, en 1368, pour avoir refusé de faire serment de fidélité au roi d’Angleterre, alors seigneur de

Ponthieu.


Les gargouilles du Beffroi

Voici les curieuses gargouilles du beffroi.  Celle de gauche recouverte d'écailles  est à n'en pas douter de sexe masculin, tandis que celle de droite est un monstre ailé pourvu de cornes.

LE BEFFROI ECCLÉSIASTIQUE D'AULT

L'église Saint-Pierre d'Ault
L'église Saint-Pierre d'Ault

 Ault

Cette station balnéaire de notre côte picarde a cette particularité de posséder un beffroi ecclésiastique, comme seulement deux autres communes en France : Cambrai et Dunkerque.

Ault obtient sa charte communale en 1340 et décide un an après de construire

une nouvelle église dans la ville haute, financée par les comtes de Ponthieu.

En remplaçant le clocher par une tour de guet, l’église Saint-Pierre joue en même temps le rôle de beffroi et peut s’enorgueillir d’avoir dans son patrimoine un des rares beffrois ecclésiastiques de France.

Source : Ault la ville engloutie par Sylvette Mathieu- 2010

Le beffroi ecclesiastique de l'église Saint-Pierre d'Ault
Le beffroi ecclesiastique de l'église Saint-Pierre d'Ault
La tour de l'église Saint-Pierre d'Ault
La tour de l'église Saint-Pierre d'Ault

LE BEFFROI DE DOULLENS

Le 29 avril 1986, François Vasselle (1925-2015)  architecte est reçu à l’Académie d’Amiens, Sciences, Lettres et Arts, il prend comme thème de son discours de réception:

« les Beffrois de la Somme ».

Les textes qui vont suivre sur les différents beffrois de la Somme sont extraits de ce discours.

Rue du Bourg à Doullens: le Beffroi
Rue du Bourg à Doullens: le Beffroi
Le beffroi de Doullens
Le beffroi de Doullens
Le Beffroi de Doullens
Le Beffroi de Doullens

Le beffroi de Doullens, érigé en 1363, est appelé la « Tour de Beauval ». Il est cédé à la commune qui abrite l’échevinage, en 1406.

En 1595, le beffroi est détruit par les Espagnols lors d’un violent incendie. Malgré cela, la façade du rez-de-Chaussée est parvenue jusqu’à nous.

En 1613, on reconstruit l’Hôtel de Ville en y incorporant le Beffroi. Une aquarelle d’Oswald Macqueron nous montre la façade brique et pierre du 1er étage surmontée d’un pignon épaulant la tour, côté nord, alors qu’il n’y a rien de semblable, côté sud. Un plan de 1773, dressé par Beffara, architecte à Arras, conservé aux Archives départementales fait apparaitre un bâtiment de 19 m d’épaisseur pour une façade de 17, 70 m confirmant l’hypothèse d’un pignon sur rue. Le demi-pignon a été démoli, en 1861. Au rez-de-chaussée quatre baies s’ouvraient sur la rue du Bourg, avec une porte-cochère vers la cour et une petite porte murée qui donnait accès au sous-sol.

Au centre, le perron sur lequel le maïeur et les échevins lisaient les édits. La porte d’honneur qui occupe toujours le même emplacement permet d’accéder au 1er étage. Les deux portes latérales nous conduisaient à la geôle, la cuisine du geôlier, au chauffoir et à quatre cachots. 

Les fenêtres du 1er étage, aujourd’hui murées, éclairaient sur le devant, la chambre de la Prévôté et la chambre de la Ville et la chambre de l’Election, disposée sur l’arrière.

Les archives précisent que la charpente du campanile a été faite par Alexis Bassée, Charles Antoine Davelu et Joseph Davelu, en 1765. 

Un cachot souterrain existait contre le pignon nord, accessible par un escalier ainsi qu’un cul-de-basse-fosse sous la tour.

LE BEFFROI DE RUE

Le beffroi de Rue- Ph: Christiane Sellez
Le beffroi de Rue- Ph: Christiane Sellez
Le beffroi de Rue
Le beffroi de Rue




RUE


Sa construction en craie remonte à 1448 pour la partie basse tandis que le haut a été construit, en 1852.

Du haut du beffroi, orné de ses quatre échauguettes, on découvre la forêt de Crécy et la Baie de Somme.

Au premier étage, est exposée une maquette de la commune dans l'ancienne salle des échevins.

Au second niveau, la salle de garde conserve des graffiti réalisés par des gardes et des prisonniers.

LE BEFFROI DE SAINT-RIQUIER

Le beffroi de Saint-Riquier
Le beffroi de Saint-Riquier

 

Le beffroi de Saint-Riquier

 

Situé tout près de l’échevinage, rue Saint-Jean, le premier beffroi remonte à 1126, quand Saint-Riquier fut établi en commune. Trop près de l’abbaye, le beffroi fut démoli puis reconstruit sur son emplacement actuel, en 1283.

Cette imposante tour carrée, haute de 18 mètres, large de 4 mètres, repose sur un soubassement de grès. Son aspect actuel date de 1788, époque où de grands travaux de réhabilitation sont réalisés et le beffroi devient alors Hôtel de Ville, jusqu'en 2005.

Le beffroi a subi au fil des siècles de multiples transformations. Le sous-sol qui abritait le cachot a été comblé. Le rez-de-chaussée accueille aujourd’hui

l’office de Tourisme. Le premier étage sert de remise pour la commune. Au

second, la pièce offre une vue imprenable sur le village. Le troisième niveau conserve le mécanisme de la cloche quatre fois centenaire, électrifiée, en

1968.

Le beffroi de Saint-Riquier est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, depuis 1943. Il est également inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2005.

Le beffroi de Saint-Riquier sous la forme d'un vitrail: oeuvre de Claude Barre: 1998
Le beffroi de Saint-Riquier sous la forme d'un vitrail: oeuvre de Claude Barre: 1998
Le beffroi de Sant-Riquier- Vue de l'arrière
Le beffroi de Sant-Riquier- Vue de l'arrière
Le lanternon du beffroi de St-Riquier
Le lanternon du beffroi de St-Riquier

L'entrée qui donne accès à l'Office de Tourisme de St-Riquier
L'entrée qui donne accès à l'Office de Tourisme de St-Riquier
Ancienne porte de la prison du Beffroi
Ancienne porte de la prison du Beffroi
Ferrure de l'ancienne porte du Beffroi
Ferrure de l'ancienne porte du Beffroi
Logo du Patrimoine mondial de l'Unesco
Logo du Patrimoine mondial de l'Unesco

Plaque commémorative apposée sur le Beffroi du 5e centenaire du passage de Jeanne d'Arc à St-Riquier
Plaque commémorative apposée sur le Beffroi du 5e centenaire du passage de Jeanne d'Arc à St-Riquier

Le médaillon est signé du sculpteur Georges Prudhomme (1873-1947). La petite médaille commémorant le 5e centenaire est l'œuvre du sculpteur Roger de Villiers (1887-1958) spécialisé dans la statuaire religieuse.

Les armes, à gauche sur la plaque, sont celle de Jeanne d'Arc. Elles sont composées d'une épée, la pointe en haut, surmontée d'une couronne et

flanquée de deux fleurs de lys.

A droite, le blason est celui des rois de France. Il est souvent confondu avec celui de la commune de Saint-Riquier, qui porte un "semé" de fleurs de lys, parfois surmonté d'un chef d'argent.                                   Merci à Jacques Dulphy

LE BEFFROI DE LUCHEUX

le beffroi de Lucheux
le beffroi de Lucheux

Lucheux, qui a gardé sa physionomie du Moyen Age, est un des

plus beaux villages de la Somme.

Haut de 22 mètres, son beffroi construit vers 1380 est une porte de la Ville de l’enceinte primitive. Il se présente comme une imposante tour de craie reposant sur une base presque carrée. 

Plusieurs temps forts ont rythmé son histoire.

En 1430, il a vu passer Jeanne d'Arc qui se rendait à Rouen en empruntant les chemins de notre Pays de Somme, par Lucheux, Saint-Riquier et Le Crotoy.

Le 19 juin 1464, Louis XI signe un arrêt qui institue la première poste royale aux chevaux, l’ancêtre de notre Poste. Le principe prévoyait la création de relais toutes les quatre lieues où l’on devait entretenir des chevaux destinés à porter le courrier au Roi.

En juillet 2005, le Beffroi est classé, comme 23 autres beffrois nordistes et picards , au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Le beffroi de Lucheux
Le beffroi de Lucheux
A la mémoire de Jeanne d'Arc
A la mémoire de Jeanne d'Arc
Logo do Patrimoine mondial de l'Unesco
Logo do Patrimoine mondial de l'Unesco

Entrée du beffroi dans le sens Avesne-le-Comte-Doullens: arc brisé d'un côté et plein cintre de l'autre
Entrée du beffroi dans le sens Avesne-le-Comte-Doullens: arc brisé d'un côté et plein cintre de l'autre

Le beffroi est percé d’un passage voûté d’ogives, ouvert en arc brisé du côté du village et en plein cintre vers l’extérieur

 

La voûte du beffroi
La voûte du beffroi
Le beffroi de profil
Le beffroi de profil
Le lanternon du beffroi
Le lanternon du beffroi

Le beffroi est coiffé d'un lanternon octogonal surmonté d'un coq qui sert de perchoir aux choucas.

La girouette du beffroi de Lucheux- Photo prise en 2008
La girouette du beffroi de Lucheux- Photo prise en 2008

Autres beffrois non classés

Bibliographie :

« Donjons de la Liberté » Editions du Quesne- 2005

« Des beffrois et des hommes » Geai bleu éditions-2005

LE BEFFROI DE MOREUIL

Hôtel de Ville de Moreuil
Hôtel de Ville de Moreuil
Le beffroi de Moreuil
Le beffroi de Moreuil

 Moreuil, petite ville de 4000 habitants a vu son hôtel de ville et son beffroi détruits, en 1918, alors qu’il venait d’être inauguré sept ans auparavant.Un autre beffroi, inspiré de la Renaissance flamande a été construit, en 1930, à l’angle de la nouvelle mairie.Une haute tour carrée en brique a son sommet entouré d’une balustrade. Quatre petites tourelles avec toit en poivrière se dressent à chaque angle du carré. L’ensemble est surmonté d’une tour ronde avec son dôme. 

LE BEFFROI DE ROYE

Hôtel de Ville de Roye
Hôtel de Ville de Roye
Le beffroi de Roye
Le beffroi de Roye


Roye

Le nouveau beffroi construit, en 1932, remplace celui détruit par les Allemands, en 1917 et ressemble beaucoup à celui de Moreuil.

Une tour carrée pourvue d’une horloge sur chaque face est surmontée du clocheton et d’un lanternon. On doit cette construction à l’architecte royen, Arthur Régnier, qui a reçu à cette occasion la médaille du concours régional et municipal d’architecture.

LE BEFFROI D'ALBERT

Le beffroi d'Albert

Albert qui s'appelait autrefois Ancre fût un marquisat accordé au 17e siècle par Louis XIII à Charles d'Albert, duc de Luynes. A  partir de cette époque, la ville prit le nom d'Albert. Un hôtel de ville fût construit en 1702 et rasé pendant la première guerre mondiale.

Reconstruit en 1928, l'hôtel de ville actuel a été inauguré, en 1932. les architectes Maneval et Miniac lui ont donné un style flamand avec une ornementation intérieure de style Art-déco.

Le beffroi, haut de 64 mètres, se dresse au centre de la façade. Au-dessus de l'entrée principale, à hauteur de la toiture sont sculptées les armoiries de la cité. La toiture à quatre pans est ornée de clochetons. Sous la corniche, une horloge. L'ensemble s'achève par un campanile qui abrite un carillon.