LA LANGUE PICARDE

 

Stances de Don Rodrigue

 

[Le Cid, Acte I. sc. 6]

 

Pierre Corneille (1606–†1684)

 

 

 

Perchés jusqu’au fond d’ min tchoeur

 

D’un coeup inattindu qu’éj porrouo nin morir

 

Comme un leu miserabe à vouloer em vinjeu

 

J’ sus au tornant d’em vie pi feudra bien coésir

 

J’ resté leu sans boujeu pi  sans forches

 

Des coups à s’ laicheu alleu pi morir

 

Dire equ j’avouos quasimint gagné sin tchoeur

 

Oh mon Diu, d’où qu’ej sus !

 

Ch’est min pére qu’a rchu ch’ l’affront

 

Pi ch’est l’ pére ed Chiméne qui l’a donnè

 

 

 

 

 

A berloque din m’ caouette

 

D’un côté, ch’est l’honneur, pi d’ l’eute, ch’est l’amour

 

I feut venjeu sin pére ou perde em dulchinée

 

J’y donne min tchoeur ou j’ n’ertiens pu min breu

 

Ej nin su réduit à coésir intre Chiméne

 

Ou bien sout’nir min pére

 

Quoi qu’ej foèche, ej sus pérdu

 

Oh mon Diu, d’où qu’ej sus !

 

Feut ti rchuvoér un affront sans rien foaire ?

 

Feut ti condamneu l’ pére ed Chiméne ?

 

 

 

 

 

Don Diégue, Chiméne, gloère, amour,

 

Min tchoeur tiraillè, un cmin moétrieux

 

Vive sans plaisir ou vive din la honte

 

D’un cotè, paure martyr, pi d’ l’eute déshonorè

 

Em vie aveuc ti alle étouo pleine d’espoér

 

Amoureuse pi généreuse

 

Digne enn’mi d’ min pu grand bonheur

 

Fér qui causes min malheur

 

Es tu leu pour vinjeu m’ n’honneur ?

 

Es tu leu pour qu’ej perdé em Chiméne ?

 

 

 

 

 

I veut miux qu’ej meurche

 

Ej douos  autant à m’ dulchinée qu’à min pére

 

J’atrive in m’ vinjant s’ furie, pi s’ colére

 

J’atrive sin dédain si j’é n’ foais rien

 

J’ene vois méme point inne pieute lueur d’espoér,

 

Qui porrouo m’ rapprocheu d’élle,

 

Pu qu’ej trache à djérir, pu qu’ j’ai du meu,

 

Pu qu’ej m’infonce din chés ténébes.

 

Allons Rodrigue, t’as coési d’ morir,

 

Alors meurs au moins sans offinseu Chiméne

 

 

 

Morir sans raisonneu

 

Tracheu à morir in pleine gloére

 

M’erprochra t’on  d’éne point avoér soutenu

 

L’honneur ed no famille

 

Respecteu Chimène

 

Ed tout sins, j’ l’ai perdue

 

Feut arreteu d’ pinseu, pi d’ raviseu

 

A n’ sert qu’à m’ foaire du meu,

 

Achteur, i feut sauveu m’ n’honneur

 

Pi qu’apreu toute, i feut perde Chiméne 

 

 

 

J’em sus un momint égaré

 

Ej douo tout à min pére edvant m’ dulchinée

 

Qu’ej meurche in m’ battant ou qu’ej meurche ed chagrin

 

Ej rindrai min sang pur comm’ ej l’ai rchu

 

I m’ sanne qu’ej su déjeu trop négligint

 

Courrons nous vanjeu

 

Ej sus honteux d’avoér tant tatonneu

 

Finichons d’ nous lapideu

 

Innui, ch’est min pére qu’est offinsé

 

Quanq l’offinseur, ch’est l’ pére ed Chiméne.      

 

 

 

         

 

         

 

Percé jusques au fond du cœur 

 

D’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, 

 

Misérable vengeur d’une juste querelle, 

 

Et malheureux objet d’une injuste rigueur, 

 

Je demeure immobile, et mon âme abattue         5

 

    Cède au coup qui me tue. 

 

  Si près de voir mon feu récompensé, 

 

    O Dieu! l’étrange peine! 

 

  En cet affront mon père est l’offensé, 

 

  Et l’offenseur le père de Chimène!         10

 

 

 

    Que je sens de rudes combats! 

 

Contre mon propre honneur mon amour s’intéresse: 

 

Il faut venger un père, et perdre une maîtresse; 

 

L’un m’anime le cœur, l’autre retient mon bras. 

 

Réduit au triste choix, ou de trahir ma flamme,         15

 

    Ou de vivre en infâme, 

 

  Des deux côtés mon mal est infini. 

 

    O Dieu! l’étrange peine! 

 

  Faut-il laisser un affront impuni? 

 

  Faut-il punir le père de Chimène?         20

 

 

 

    Père, maîtresse, honneur, amour, 

 

Noble et dure contrainte, aimable tyrannie, 

 

Tous mes plaisirs sont morts, ou ma gloire ternie: 

 

L’un me rend malheureux, l’autre indigne du jour. 

 

Cher et cruel espoir d’une âme généreuse,         25

 

    Mais ensemble amoureuse, 

 

  Digne ennemi de mon plus grand bonheur, 

 

    Fer, qui causes ma peine, 

 

  M’es-tu donné pour venger mon honneur? 

 

  M’es-tu donné pour perdre ma Chimène?         30

 

 

 

    Il vaut mieux courir au trépas; 

 

Je dois à ma maîtresse aussi bien qu’à mon père: 

 

J’attire en me vengeant sa haine et sa colère, 

 

J’attire ses mépris en ne me vengeant pas. 

 

A mon plus doux espoir l’un me rend infidèle,         35

 

    Et l’autre indigne d’elle; 

 

  Mon mal augmente à le vouloir guérir, 

 

    Tout redouble ma peine: 

 

  Allons, mon âme, et puisqu’il faut mourir, 

 

  Mourons du moins sans offenser Chimène.         40

 

 

 

    Mourir sans tirer ma raison! 

 

Rechercher un trépas si mortel à ma gloire! 

 

Endurer que l’Espagne impute à ma mémoire 

 

D’avoir mal soutenu l’honneur de ma maison! 

 

Respecter un amour dont mon âme égarée         45

 

    Voit la perte assurée! 

 

  N’écoutons plus ce penser suborneur 

 

    Qui ne sert qu’à ma peine: 

 

  Allons, mon bras, sauvons du moins l’honneur, 

 

  Puisqu’après tout il faut perdre Chimène.         50

 

 

 

    Oui, mon esprit s’était déçu: 

 

Je dois tout à mon père avant qu’à ma maîtresse; 

 

Que je meure au combat, ou meure de tristesse, 

 

Je rendrai mon sang pur, comme je l’ai reçu. 

 

Je m’accuse déjà de trop de négligence.         55

 

    Courons à la vengeance, 

 

  Et, tout honteux d’avoir tant balancé, 

 

    Ne soyons plus en peine, 

 

  Puisqu’aujourd’hui mon père est offensé, 

 

  Si l’offenseur est père de Chimène! 

 

 

Éch poéyi 

 

Éch poéyi qu’i m’o prins

 

Aveuc és brinche d’écrire din m’pieu 

Conme oz intaille éne plate éd héte 

Aveuc l’aleumelle d’un coutieu.  

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Travér ses zius, tous ses zius 

Il o milè d’un fu d’images 

D’un fu d’rétoérs et pi d’bleuses-vues. 

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

I m’o tirè mes érelles 

Éj m’ai incrintchè à ses ailes 

Pi j’m’ai tchittè voler din ch’temps.  

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Aveuc ses gambes, long d’éne atlèe.

 I m’ont foait m’inratcher, 

J’n’ai point seu mé nin déchper.  

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Pér és main pour ém n’aller, 

I m’o sarrè, i m’o étrannè 

J’n’ai poé peu mé nn’écaper. 

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Aveuc sin tchœur qu’il o butchè, 

Qu’il o chambutchè din m’poétrinne, 

À m’in déhotcher mn’haleinne.  

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Tout duchmint i m’o seurprins. 

Ch’est li qu’i m’o aflatè, 

Achteure éj nin sus fin matchè. 

 

Éch poéyi qu’i m’o prins 

Aveuc és brinche d’écrire din m’pieu 

Conme oz intaille éne plate éd héte 

Aveuc l’aleumelle d’un coutieu.

 

Jean-Luc Vigneux (Abbeville) 

(proposition de traduction par l’auteur)

 

 

 

Le pays... 

 

Le pays qui m’a saisi 

Par ses yeux, tous ses yeux 

Il a étincelé d’un feu d’images 

D’un feu de portraits et de mirages. 

 

Le pays qui m’a pris 

Il m’a tiré les oreilles 

Je me suis raccroché à ses ailes 

Et je me suis envolé dans le ciel. 

 

Le pays qui m’a saisi 

Avec ses jambes, tout un après-midi. 

Elles m’ont amené à m’embourber, 

Je n’ai pas su m’en extirper. 

 

Le pays qui m’a pris 

Par la main pour m’en aller, 

Il m’a serré, il m’a étranglé 

Je n’ai pas pu m’en échapper.   

 

Le pays qui m’a saisi 

Avec son cœur qui a battu, 

Qui a frappé fort dans ma poitrine,

À m’en faire perdre haleine. 

 

Le pays qui m’a saisi 

Sans contrainte il m’a surpris. 

C’est lui qui m’a caressé,

 Désormais j’en suis résolument épris. 

 

Le pays qui m’a saisi 

Avec son envie folle d’écrire dans ma peau, 

Comme on  grave l’écorce d’un hêtre 

Avec la lame d’un couteau.

 

Trois auteurs picardisants ont leur buste dans leur village:

  • Emmanuel Bourgeois: (1826-1877) à Vers-sur-Selle (oeuvre de Pierre Bazin)
  • Hector Crinon (1807-1870 à Vraignes-en-Vermandois (oeuvre de Pierre Bazin)
  • Henry Carnoy (1861-1930) à Warloy-Baillon (oeuvre de Louis Leygue)

 La langue picarde fait aujourd’hui partie de notre patrimoine et c’est à ce titre que nous avons créé cette petite rubrique. Si le « Picard » n’est plus beaucoup parlé à l’est du département de la Somme, il est encore une langue vivante dans le Vimeu, dans le Ponthieu et un peu dans l’Amiénois.

Hommage à Manu Guerville (1953-2016)

Trois mois après son décès brutal sur la voie publique, dans le pays où il avait vécu à Feuquières, j'ai beaucoup de mal à évoquer sa mémoire.

Manu, c'était un homme de théâtre, un artiste, un compagnon, un ami, un camarade et aussi un neveu avec qui on aimait partager le verre de l'amitié, avec qui on refaisait le monde en français et en picard, avec qui on regardait l'avenir pour des projets sans cesse en évolution.

Le poème picard qui suit est un petit chef-d'œuvre, qui est une des facettes de son immense talent.

 

Ch’Lanchron n° 144 (juillet 2016) 

 

À NO PICARDIE…

 

No terre al o vu gigleu dol greuséle 

Du roaisin, du jus d’soldat, 

À chaque coup d’dint d’abeille 

À chaque pronnieu, à chaque éclat. 

Picardie ! 

No région ch’est l’fiértè d’ses poéisans, 

Leu rgard vif in vue du jour 

In rbéyant leus labours, 

L’odeur éd terre rimplichant leus veinnes, 

Leu bouque rimplie d’étoéles samariennes. 

Picardie ! 

Ch’marchand d’miraques il a passè 

  Pipons, pipeu !… Pipons, pipeu ! 

I ll’a satchè d’és manche éq l’invér ch’étouot l’indrouot, 

  Pipons, pipeu !… Pipons, pipeu ! 

I nos a cangè un nom pour… du vint. 

No lampe, i ll’o éteint. 

Mis à l’morgue no passè, nos gins… 

I nos a montrè toute pi sin contraire 

Au l’ombe éd sin révérbére.

 

Is ont volu chteu la Picardie à chés obliettes

Is ont tirè dsu l’cache-d’ieu d’chés toélettes, 

Is ont mis chés cabotans in rtraite, 

No parlage, noz histoére, noz appuie-téte. 

Ah ! is n’ont point tè alvès au bout d’chés téttes 

D’él poétrinne éd no Picardie… non ! 

Portant à l’occasion d’chés éléctions 

Tértous, tojours, is pérloai’t pour és foaire un nom. 

Patrimoéne historique bradè, blindjè 

Intérdit d’image, éd son, à tojours défunctè ?

 

Lafleur, Croédur, Florimond, Sandrine, déshéritès ! 

O foait ti eu à ses éfants ?… Pitiè ! 

Os sonme dévnus des Pierrot sans Colombine 

Du noéyeu sans bibine. 

Al étouot portant mignonneuse 

Vir un molé grassouilleuse 

Un molé frivale, un rien béchasse 

Pi dsu s’pieute frimasse

 Os vos souvneu… 

I y avouot des taques éd roussette 

Qu’a li donnouot l’air joviette…

                               No Picardie ! 

Innhui os ons un cœut din no gasiot 

In li adréchant troés quate mots. 

Aveuc Bertand, Marine, din leu belle auto décapotible 

Al o prins la tangible 

À cours éd sins, à ch’gout d’musi, 

Chés foaiseus d’supérflu is ont coési 

« Hauts de France »… Heuts d’France ! 

Dépitabe, non ? 

Él bourgeoésie os ll’ons connu 

Non, a n’nos pérlé pu. 

In attindant, probabe éq pour longtemps 

Os érons du cachin din nos zius. 

Al étouot portant mignonneuse

Vir un molé grassouilleuse 

Un molé frivale, un rien béchasse 

Pi dsu s’pieute frimasse 

Os vos souvneu ?…

I y avouot des taques éd roussette 

Qu’a li donnouot l’air joviette… 

No Picardie ! 

           Manu Guerville (80, Feutchére. Vimeu) 

— l’9 éd mars 2016 — 

 

Samarienne : qui habite la Somme – pipeu : croire naïvement – tétte : têton – bibine : bistouille – dépitabe : qui laisse dépité. 

Chés mots qu’is suit’t is ont tè maginès pèr échl auteur pour foaire s’éjuer chés mots pi donner dol musique et pi un molé d’couleurs à sin rime libe : mignonneuse (rétuse), grassouilleuse (crassoulette), frivale (évaporèe), béchasse (amaniérèe), frimasse (brongne), roussette (brin d’judos), joviette (joéyeuse), décapotible (décapotable).

 

Voici quelques associations ayant des liens privilégiés avec "Richesses en Somme"  et qui font vivre le picard à travers notre département:  

 

  L'agence pour le Picard

 Tout ce qui se fait en "Picard" dans notre belle province,  toutes les manifestations que ce soient des conférences, des contes, des chansons, passent par l'agence pour le Picard. 

LES PICARDISANTS DU PONTHIEU ET DU VIMEU

 Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu .La présidente: Edwige Fontaine. Les réunions ont lieu chaque mois, le 2° mercredi après-midi (14h30 à 17h) sauf en juillet et août, dans une salle réservée à

CM 17, 82 rue Saint-Gilles à Abbeville. Tous les amoureux de la langue picarde sont cordialement invités.

Edwige Fontaine, présidente des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu
Edwige Fontaine, présidente des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu
Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu: le 8 juin 2016 à Abbeville
Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu: le 8 juin 2016 à Abbeville
Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu- 12 Juin 2013
Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu- 12 Juin 2013

 Ch' Lanchron: le seul journal entièrement en picard qui affiche plus de trente ans d'existence. Un record !

 

Jacques Dulphy et Jean-Luc Vigneux, les fondateurs de "Ch Lanchron"
Jacques Dulphy et Jean-Luc Vigneux, les fondateurs de "Ch Lanchron"
Léopold Devismes, doyen des Picardisants- Photo  prise le 21-10- 2012, le jour de ses cent ans
Léopold Devismes, doyen des Picardisants- Photo prise le 21-10- 2012, le jour de ses cent ans
Livre publié pour les 100 ans de Léopold Devismes
Livre publié pour les 100 ans de Léopold Devismes

   

Bouillancourt-sous-Miannay (commune de Moyenneville)

 

Léopold Devismes, centenaire

 

Le 21 octobre 2012, les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu ont fêté les 100 ans de leur doyen: Léopold Devismes, en éditant quelques uns de ses textes.

le lecteur trouvera ici, dans une langue d'une richesse remarquable, les souvenirs et les émotions que l'auteur a fait surgir au cours des réunions mensuelles de l'association.

Le livre, au prix de 12€ est en vente au siège de l'association: CM 17, 82 rue Saint-Gilles à Abbeville.

 

Ch' Mariel ed Boves : assure avec son équipe la promotion de la langue picarde par l'écrit et l'oral, de la culture picarde dans son ensemble, et de la promotion des jeux ...

Quiques crouos in merlon dur comme do pièrre (in picard du Vimeu, bien seur)

                         Cliquer sur les photos pour retourner sur la page des croix en tuf

 

Tous chés crouos qu'o z'alleu vir, ch'est des crouos in tuf. Ch' tuf, ch'est tout simplemint du merlon mais du merlon dur comm' do piérre. Onn'avons inviron inne pieute chinquantaine ed crouos din no bieu poéi du Vimeu. Ene tracheu point eute pert, i yé n'a qu'ichi, apert deux din ch' Ponthiu. Tout z'eutes i sont din no Vimeu: chonq à Moéyénnville, six à Teuffes, deux à Acheux, deux à Ercourt, rien qu'ichi, din quate pouéis, yé n'a quatore.

Bouillancourt-sous-Miannay
Bouillancourt-sous-Miannay

 

 

 

 

 

El preumière: al est insérée ichi din l' mur ed cho chimtière ed Boéyincourt (Bouillancourt-sous-Miannay). Al est tainée, réiue, fatidjée, ses breus i s'appuit' té dsu ch' mur. A l'est fin rétuse pasqu'al est pu lerge in beu qu'in heut comm' si al avouo mis inne pieute robe.

O n' connouot point s'n age. O n' connouot point sn' histoère. Edvant, al étouot din cho chimtière probabe, comme cho crouo d' Moyénnville.

Bouillancourt-sous-Miannay
Bouillancourt-sous-Miannay

 

 

 

 

 

  Bouillancourt-sous-Miannay

 

L'eute à quiques métes: ch'est un couverque ed caveau pasqu'i y'avouo tout preu d'ichi, inne chimtière ed mérovingiens. Cho boéne idée, ch'est d' l'avoèr atampi din ch' mur pour équ' tout l' monne i l' voèche.

Toeufles-Chaussoy
Toeufles-Chaussoy

    Chaussoy (Toeufles)

 

O sommes ichi à Chaussoy , qu'a dépind ed Teuf. Chés antitchéres i dit't équ ch'es t'inne ed chés pu viéilles. O dit étou qu'ech tuf i vient d' cho riviére qu'o vneu d' vir, qu'a s'appélle la Trie, epi qu' ch'est ch' tuf qu'a donnè sin nom à ch' poéi ed Teuf.

A l'a tè taillé din un bloc putot mal équarri, al resiste ach temps edpi telmint longtemps, qu'ech merlon i l'a fini par s'useu. Ch' qui sro intéressant à savoér, ch'est edpi combien d' temps qu'al mile chés gins su l' bord ed chu cmin. Chonq, six siéques pétète !

El miux, cha sro coère qu'alle raconte tout ch' ch' qu'a l'a intindu dpis qu'alle est leu, in picard, bien seur !

 

 

 

 

Toeufles

 

Crouo d' greu viusie dpi pu d'onze-chints énèes

T'os pétète vu s' trineu chés longues croésoades,

Harnatchées d'étchus d'or, dsu leus bidets,

Leuz in alleu pour chés grannes éstricades.

 

Jean-Mary Thomas

 

 

 

 

 

 

Toeufles. Au cimetière
Toeufles. Au cimetière

 

   Toeufles  

 

Cho crouo d' cho chimtière ed Teuffes, a l'est rédeuse, à coeuse d'es formé ronde, inne moulure qu'o z'appelle un tore in français, un gros tchube épi cho pieute crouo, tout eu est atampi contre el mur ed cho chimtière. O dirouo qu'al est matchèe à vér.

Yé n'a inne eute derrière ech l'église, fin rétuse étou.

Inne idée qu'alle a passée din m' caouette: ch' pilieu rond pi sin tchube, a rsanne à un bénitieu, pi cho pieute crouo alle sro posée ddins ?

 

 

 

Acheux-en-Vimeu- Eglise
Acheux-en-Vimeu- Eglise

 

 

 

 

 Acheux-en-Vimeu

 

Pététe pour finir cho pu belle crouo, aveuc ses piots breus, inne grosse moulure épi sin fut rond, un losange au mitan, o dirouo inne fleur ou coère un trèfe à quate feuilles, pouré ch' qui est d' chu heut. Leu étou comme à Bouillancourt, épi à Teuffes, o peut pinser équ ch'est inne crouo qu'al étouo dvant un caveau.

Acheux-en-Vimeu (Frières)
Acheux-en-Vimeu (Frières)

  

  

Acheux-en-Vimeu (Frières)

 

Pardue au mitan d' chés blés,

Inne piérre

Qu'o diroait tcheute lo,

Evnue d' neune pért.

Viu singne ed chés croéyances passèes,

A n-n'éro ti vu, des moéchonneux...

Feutcheux, aie soin tin dérd !

 

Jean-Marie François

Ercourt
Ercourt

 

 

 

 

 

 

 

Ercourt

 

Choc croé d'Ercourt, aveuc ses deux boules intaillées din chop piérre à molin, al sanne putot tchote. Al éro tè berzillèe asseurémint.

Din ch' poéi d' min téon, yo meume inne croé in piérre driére éch l'église.

Tchestion: à voz idèe, choc croé in fér, al est ti infitchèe din l'eute?

 

Jean-Luc Vigneux

Cho crouo qu'alle corne à Cambron- Ch Lanchron- 1999
Cho crouo qu'alle corne à Cambron- Ch Lanchron- 1999

 

  Cambron

 

Alle est ti point rétuse no pieute crouo qu'alle corne, par n'importé qué temps qui foéche bieu ou qui y'euches des néiges, inter deux chés deux frénes dépleumès. O z'avons pu l' vir in 1998, din l' jornal à Jean-Pierre Pernaud dsus TF1 et pi dsu ch' couvert ed no jornal in Picard: "Ch' Lanchron", in décéme 1999.

Ech photographe i l'habite un piot poéi pérdu du coté d'Adville , mais i foait des bieux clitchés. O l'aveu erconnu: ch'est Jean-Luc Vigneux.

Edpi ch' temps leu, o connouo cho léginde, qu'alle a tè racontèe in picard par Georges Dufossé d'Adville.(publiè din Vints d'amont par chés Picardisants du Ponthieu, pi du Vimeu)

  Vous trouverez la traduction de cette légende de la croix qui corne, en français, en cliquant ici

 

Bourseville
Bourseville

 

 

 

 

Bourseville

 

Inne crouo à Borséville? j'ai ti l'air d'inne crouo?... Diu-Solé, o bièn Diu-Leune, erdréchée dvant la Mér, là beu à six liues. Touillage ed temps. Chés heutes écminèes d' chob briquetrie, i n' raq'té pu épi chés touots i tchèttet't à térre.

Mais chés Dius, meume chés pu vius, iz ont la vie dure.

 

Jacques Dulphy

Saucourt (Nibas)
Saucourt (Nibas)

Saucourt (Nibas)

 

Su chés térres d'él bataille éd 881 contré chés Neurmands

 

"Louis, l'o tè au dvant d' chès djérrieus Neurmands...

Ech sang il o montè à l' téte ed chés Francs, épinès.

Tous chés soldats iz aglavoai't d'ervingeance;

Seulmint, i n'y-én avouot point un pour éte pu arragè équ chu Roi Louis"....

 

 Jacques Dulphy (Ertraduction d'un bout d'el canchon d'  djérre éd Seucourt, in tudesque, Xe sièque)

 

Villers-sur-Mareuil- 1990
Villers-sur-Mareuil- 1990

 

 

Villers-sur-Mareuil (Huchenneville)

 

"Qu'i peuche chu cmin qui monte, ét' rincontreu un coup,

 Qu'i peuche, éch vint tours souffleu dérrière tin dos,

 Qu'i peuche, éch solé coeud,, miler dsu t' fidjure,

 In foésant, tout duchmint, tchérre sin fu dsu chés camps.

 Et pi, dusqu'à ch' qué tu fuches rindu au bout d' chu c'min,

 Qu'i peuche, éch Bon Diu, ét' prenne pér es main".

 

Ce poème, c'est quelques vers Irlandais traduits en picard par Jacques Dulphy

Tully-  1992
Tully- 1992

 

Tully

 

 Choc crouo d'el plache Jean Jaurès. O l-l'a ti ratrinée  (traînée) tout conte ech mur, point qu'al géne ed trop. Chop plaque, o l-l'a mis pér-dsus, qu'a s'voèche émiu. Edz affiches, tout autour, pour qu'o z-zés voèche étou. Quoi qu'il a don, ch' mur lo, pour qu'oz y mèche sitant d' coses à vir?

Ech qué j'érouos bien aimè vir, si j'érouos peu, ch'est coère éch Maire, épi ch' Tchurè, quant oz a ineudjurè chop plaque...

 

Jacques Dulphy

 

Note: Oz a acoutè Jacques Dulphy, oz a laichè choc crouo, mais oz a déplaché chop plaque ed deux mètes. (2010)

Fontaine-sur-Somme

Fontaine-sur-Somme
Fontaine-sur-Somme

EL CROUE D’ PIERRE

 

Est viux…gramint viux…

 

Chés cloques ed Viulaine,

Chés cloques ed Cocré,

Chés cloques ed Fontaine,

Qui sonn’ té par nuit,

Qui sonn’t à foaire peur,

Qui sonn’t épardues

 

Dins l’ nuit tout autour des grandes lueurs rouges

Des lueurs rouges qui mil’té dsus du sang ;

Des femmes’ té qui brait’t, pi des ziux d’éfants,

Des grands ziux d’éfants plein d’ peur pi tout blanc.

 

Rouges ed fu, des bros qui tchtt’t,

Noérs ed sang, des bros qui buct’t ;

Bros tordus s’erdréchant coére,

Des gueux affreux,

Des cris d’ bétail,

Ramonch’lès

Ebard’lès,

Etrognès,

Des corps tcheyant dsus des corps étertchis.

 

Est viux…gramint viux…

 

Pi vlo qu’un bieu jour arrive,

Inne bélle grosse pierre avec des gins autour

Tout duchmint, malaisè,

Avec gramint d’ paroles

Gramint d’arbayures, gramint d’ tâtons,

Gramint d’ conseils, gramint d’erprises,

Avec inne odeur d’éclats d’ cailleux bis,

Inne odeur ed sueur, inne odeur ed tchuir.

 

Vlo l’ piérre qu’al prind forme,

Vlo l’ piérre qu’à s’ardrèche

Vlo l’ piérre qu’al prind vie.

Alintour, des gins qui r’baitt’t ;

Des gins atimpis, des gins qui dvis’t,

Des gins qui donn’t té des conseils…

Des gins qui cmand’t,

Des gins qui ri’t, d’eutes in route à braire ,

Pi aussi, ch’est toujours comme au,

Quiques z’uns qui foait’té ch’ travail,

Ech dur travail ed drécher l’ piérre

El piérre in forme ed croué,

El croué d’ piérre.

           Extrait de :"Histoire de Fontaine-sur-Somme", éditée par le Syndicat d'initiative de Fontaine- 1972, écrit par Louis Wable en 1963. 

CARTRIES (cliquer sur la photo pour retrouver les portes charretières, en français)

Hocquélus (Aigneville)
Hocquélus (Aigneville)

Hotchélu

Equ cha fuche un solé (comme ichi), des crouos d' Saint-André, des losanges, ed z'abes éd Vie, pi coère gramint dz'eutes, chés dessins qu'o voèt dins chés points du jour, in heut d' chés cartries, i n'ont point tè mis leu al lure-lure. Iz ont tè coésis pér éch quérpintieu, pér éch quéron, pér éch cinsier li-méme, o bien coére pér él mémoére éd chés gins pour qu'éch diabe i s'in voèche, pour cacheu chés ésprits, pour tchitteu du bonheur, épi étou pour foaire bieu.

In français, oz appélle chés dessins leu, des singnes "apotropaïques". Diu dé diu, qué nom du diabe ! !                                                 Jean-Luc Vigneux

                       Accueil > Textes d'auteurs traduits en picardDictons picards