CIMETIERES EN PAYS DE SOMME

                           __________________________________

Cette page est un complément du livre:

"Le Patrimoine funéraire des cimetières en Pays de Somme", publié en octobre 2017

AMIENS: le cimetière de la Madeleine

La Madeleine- 25 octobre 2017
La Madeleine- 25 octobre 2017

BERNES

Croix celtique au cimetière de Bernes
Croix celtique au cimetière de Bernes

OUTREBOIS

Outrebois
Outrebois
"La Sainte Famille à Outrebois
"La Sainte Famille à Outrebois

SAINT-RIQUIER

Saint-Riquier

 

 

« Les trois morts et les trois vifs ».

 

Trois gentilshommes de haut rang, un duc, un comte et un fils de roi, chevauchaient de concert quand ils arrivèrent dans un vieux cimetière. C’est là, qu’ils rencontrèrent trois squelettes qui semblaient les attendre. A cette vue, les jeunes hommes prirent peur et leur peur redoubla quand les squelettes commencèrent à parler. De leurs bouches édentées sortaient des paroles surprenantes. « J’ai été pape », dit le premier, « j’ai été cardinal » déclara le second. « J’ai été le notaire du pape », affirma le troisième. Et d'ajouter en chœur : « Vous serez ce que nous sommes.

Puissance, honneur et richesse ne sont rien ; à l'heure de la mort, il n’y a que les bonnes œuvres qui comptent ». Les trois gentilshommes écoutaient, profondément émus, ces paroles qui semblaient venir d’un autre monde. Ils crurent entendre la voix de Dieu.

 

Cette légende a donné lieu à une abondante iconographie, bien que rare au nord de Paris. Racontée par les gens du peuple, elle frappe les imaginations, bien plus qu'un sermon psalmodié par quelque moine. La terreur qu’inspire le vieux cimetière se mêle à l’effroi des rencontres que l’on peut faire aux carrefours, quand la nuit tombe et que l’on ne distingue pas le chien du loup. Elle est illustrée à Saint-Riquier, sous la forme de deux peintures murales. Sur le premier tableau, figure la cavalcade insouciante des trois jeunes seigneurs en costumes somptueux. Sur le second, les trois cadavres interpellent les cavaliers et brandissent leurs instruments de mort : le

javelot, pour le premier, symbole de la mort qui frappe, la faux pour le

deuxième (la mort : « la grande faucheuse ») et la pelle du fossoyeur pour le

dernier.

Ces deux photos sont extraites du livre: "Saint-Riquier, une grande abbaye bénédictine" Editions Picard- 2009.