Accueil > Plan du site  > Croix et Calvaires > Croix en tufChapelles

---PATRIMOINE DES ÉGLISES---

                                ____________________________________

Exceptionnel: Les 4 clés de voûte  en bois dans l'église de Morvillers-Saint-Saturnin

L'église de Morvillers-Saint-Saturnin en pierre calcaire avec soubassement de silex est isolée au milieu de la plaine.

La tradition prétend que le village principal (Morvillers) a voulu ainsi se rapprocher de ses hameaux: Digeon, Charny et Etotonne.

L'église du 16e siècle nous offre une curieuse voûte en bois assez bien conservée avec quatre clés de voûte entièrement en bois qui ont gardé une bonne partie de leur polychromie: trois anges avec banderole, couronne et trompette qui font face à Dieu le Père.

Le décorateur Gérard ANSART nous offre deux belles réalisations dans l'église de CHAMPIEN, en 1934

St Marculphus ou St-Marcoul
St Marculphus ou St-Marcoul
St Petrus ou saint Pierre-Eglise de Champien
St Petrus ou saint Pierre-Eglise de Champien

L'église de Champien a été reconstruite entre 1927 et 1929 par les architectes Brusselaers (Roye) et Barrois (Noisy le Sec).

La décoration intérieure a été confiée à l'architecte Pierre Ansart, en 1934. Les cartons pour saint Pierre et saint Marcoul sont l'œuvre de Gérard Ansart. L'installation en mosaïque a été exécutée par Gaudin.

Archives départementales de la Somme (dossier 99O1115)

Tableau d'Aubin Normand: Eglise de SAINTE-SEGREE

Sainte-Sigrade par Aubin Normand
Sainte-Sigrade par Aubin Normand

Aubin Normand (1814-1901)

 

Aubin Normand est un peintre amiénois complètement oublié. Jean de Franqueville lui consacre quelques lignes dans son discours de réception à l’académie d’Amiens, le 16 mai 1913, tome 60 des Mémoires : « Une sûreté de main étonnante, une grande habileté, une vraie science du dessin…il enseigne avec succès la miniature et l’enluminure » 

La communication la plus approfondie est faite 84 ans après par Daniel Carbonnel, dans le bulletin de la SAP du 1er et 2ième trimestre 2007. Tous les aspects de son talent y sont alors mentionnés : peintre des paysages, des portraits, copiste, miniaturiste, et enlumineur, professeur d’enseignement artistique et même archéologue. 

Cette photo du tableau de Sainte Sigrade dans l’église de Sainte-Segrée a pour but d’illustrer le texte de Daniel Carbonnel et de faire connaitre un peu, Aubin Normand.

Deux statuettes dans l'église de Saint-Maulvis représentant, l'une la Justice et l'autre la Foi

La Justice-Eglise de St-Maulvis
La Justice-Eglise de St-Maulvis
La Foi- Eglise de St-Maulvis
La Foi- Eglise de St-Maulvis

Représentation de la Cène, le dernier repas du Christ, sur l'antependium de l'église de VRON

Une oeuvre de Maria Caullet-Nantard dans l'église de Vron
Une oeuvre de Maria Caullet-Nantard dans l'église de Vron

Eglise Ste-Marie-Madeleine d'ACHEUX-EN-Vimeu

Eglise d'Acheux-en-Vimeu
Eglise d'Acheux-en-Vimeu
Détail de la Crucifixion
Détail de la Crucifixion

Dans l'église d'Acheux-en-Vimeu, la scène du calvaire est sculptée sur un panneau en bois. La Vierge et Marie-Madeleine sont au pied de la croix. L'absence de saint Jean s'expliquerait, d'après Jacques Foucart, par la mutilation du panneau.

A l'origine, ce tableau se trouvait dans l'église de Saint-Valéry-sur-Somme et on ignore les circonstances qui l'ont amené dans cette église du Vimeu au début du 19e siècle.

Il est attribué à Germain Henry, auteur également des anges adorateurs de l'église de Revelles (ci-dessous). Ce sculpteur, quasiment inconnu,  a été le compagnon du grand sculpteur amiénois: Jean-Baptiste Dupuis (1698-1780).

Source: bulletin de la SEA,1984, article de Jacques Foucart

Anges adorateurs-Eglise de Revelles
Anges adorateurs-Eglise de Revelles
Oeuvre de Germain Henry
Oeuvre de Germain Henry

Pierre gravée sortie des ruines de l'église Saint-Médard détruite d'ETERPIGNY, en 1915.

Pierre gravée du 15e ou du 16e siècle représentant: saint Fursy, saint Faber et saint Druon
Pierre gravée du 15e ou du 16e siècle représentant: saint Fursy, saint Faber et saint Druon

Eglise Saint-Médard d'Eterpigny

La pierre gravée au trait, classée en 1999, se trouve aujourd'hui au-dessus des fonts baptismaux. Elle provient de l'ancienne église. Sa découverte a été faite lors de la reconstruction de l'église, en 1925. Recouverte d'un enduit, personne ne l'avait jamais vue et on suppose qu'elle remonte à la construction de la première église. (15e; 16e siècle).

Les noms des saints qu'elle représente sont parfaitement lisibles. De gauche à droite:

- Saint Fursy: né en Irlande vers 567 et mort à Mézerolles vers 648, patron de la ville de Péronne. La tradition affirme que sa dépouille fut déposée sur un chariot attelé de deux bœufs, qui sont précisément les attributs du saint.

- Saint Faber est le saint patron du Sacré-Cœur à Boho (Irlande du Nord).Il est souvent accompagné d'un cerf porteur des livres sacrés.

- Saint Druon, est né à Epinoy dans le Pas-de-Calais, en 1118 et c'est le patron des bergers. Il passe sa vie, reclus dans l'église de Sebourg où il avait un local à sa disposition

Eglise de l'Assomption de la Ste Vierge à AUMÂTRE

Façade de l'église d'Aumâtre
Façade de l'église d'Aumâtre
Statue sur la façade de l'église d'Aumâtre
Statue sur la façade de l'église d'Aumâtre
Autre statue église d'Aumâtre
Autre statue église d'Aumâtre

Eglise d'Aumâtre

Sur une photo du début du siècle, publiée dans la PMH de Picardie, tome 1, les deux statues de la façade n'existaient pas. Elles ont donc été posées après 1900, à une époque où les curés étaient maître d'œuvre. Le téléobjectif nous donne le détail des vêtements des personnages. Ce ne sont pas des saints. La position de leurs épées nous fait plutôt penser à des croisés ou à des chevaliers du Temple. Le curé de l'époque aurait-il récupéré  ces statues dans la chapelle des Templiers d'Ecoreau, distante seulement de 3km? Cette chapelle, aujourd'hui complètement ruinée était encore debout en 1900. Nous sommes ici sur le territoire de la commanderie des Templiers de Oisemont et l'hypothèse d'une statue templière, qu'elle soit d'Ecoreau ou d'ailleurs est séduisante.

BEAUVAL: sculptures des quatre évangélistes sur la façade de l'église

Eglise Saint-Nicolas de Beauval
Eglise Saint-Nicolas de Beauval
Les 4 évangélistes: oeuvre de Victor Bariller
Les 4 évangélistes: oeuvre de Victor Bariller

 

Beauval

 

Les architectes Victor et Paul Delefortrie se sont spécialisés dans la construction d’églises néogothiques de la fin du 19e siècle jusqu’au début du 20e

Quelques-unes de leurs constructions comportent sur les façades des sculptures de saints. C’est le cas à Flesselles, à Fleury et à l’église Sainte-Anne d’Amiens. 

A Beauval, les architectes font appel à Victor Bariller, sculpteur à Angers. Pour observer ces sculptures qui représentent les évangélistes, il faut lever les yeux très haut. Un téléobjectif est nécessaire pour les identifier. On aperçoit alors, sculptés sur les socles, les différents attributs. Ce sont de gauche à droite, saint Marc avec une tête de lion, un visage d’ange pour saint Matthieu,; le bec de l’aigle pour saint Jean et une tête de bœuf pour saint Luc.

 

BREUIL: une belle église de la première reconstruction

Façade de l'église Saint-Médard de Breuil
Façade de l'église Saint-Médard de Breuil

 

L’église de Breuil entièrement détruite pendant la première guerre a été reconstruite en 1922 par l’architecte Louis Verdier de Roye dans un style néo-roman. 

De chaque côté du portail protégé par un auvent recouvert d’ardoises, ont pris place les statues en mosaïque de saint Firmin et de saint Clair, œuvres de Jean Gaudin. 

Une frise en dent de scie entoure la rosace surmontée d’une mandorle, figure géométrique en forme d’ovale.

La mandorle sur la façade avec le Christ en Majesté
La mandorle sur la façade avec le Christ en Majesté

 

BREUIL

 

Sculpture sur la façade : Christ en majesté dans sa mandorle avec cette inscription :

 

PAX INTRANTIBUS   SALUS EXEUNTIBUS, que l’on peut traduire ainsi :

 

Paix pour ceux qui entrent

 

Salut pour ceux qui sortent

 

 

 

Le Christ dans une mandorle sur le tympan de la porte de l'église a valeur de symbole. C’est le passage des vivants du monde terrestre au monde céleste. La mandorle est souvent utilisée pour exprimer un passage ou une porte.

Saint Firmin
Saint Firmin
Saint Clair
Saint Clair

GUYENCOURT-SUR-NOYE: un baldaquin exceptionnel

Sous le baldaquin, figurent les quatre évangélistes représentés avec leurs attributs,

encadrés par des anges.

La particularité de l'église de FLEURY: 6 statues ornent la base du clocher

L'église Saint-Pierre de Fleury
L'église Saint-Pierre de Fleury
Le clocher de l'église de Fleury: on distingue deux statues
Le clocher de l'église de Fleury: on distingue deux statues
Saint Louis
Saint Louis
Saint à identifier
Saint à identifier

Saint à identifier peut-être saint Antoine
Saint à identifier peut-être saint Antoine
Saint Jacques
Saint Jacques

Saint Paul
Saint Paul
Saint Eustache
Saint Eustache

Les trésors de l'Eglise Saint-Pierre de FIEFFES: sa poutre de gloire, son monument aux morts, ses statues de saint Pierre et de la Vierge à l'Enfant, ses fonts baptismaux, son lutrin

L'église de FIEFFES
L'église de FIEFFES

Eglise Saint-Etienne de THOIX: ses tableaux, son lutrin, son tabernacle, ses fonts baptismaux

La belle petite église du village de Thoix
La belle petite église du village de Thoix
Eglise de THOIX: la lapidation de Saint-Etienne
Eglise de THOIX: la lapidation de Saint-Etienne
Eglise de THOIX: le lutrin, support en bois sculpté, pupitre en fer forgé
Eglise de THOIX: le lutrin, support en bois sculpté, pupitre en fer forgé
Eglise de THOIX: tabernacle de l'autel de la Vierge (16e siècle)
Eglise de THOIX: tabernacle de l'autel de la Vierge (16e siècle)
Eglise de THOIX: les fonts baptismaux du 16e siècle
Eglise de THOIX: les fonts baptismaux du 16e siècle

EGLISE se l'Assomption de la Ste-Vierge à FORT-MAHON

Le baiser de l'Enfant-Jésus à sa mère- Eglise de Fort-Mahon
Le baiser de l'Enfant-Jésus à sa mère- Eglise de Fort-Mahon

Abbatiale de SAINT-RIQUIER

"L'apparition de la Sainte-Vierge à sainte Philomène- Saint-Riquier
"L'apparition de la Sainte-Vierge à sainte Philomène- Saint-Riquier

Tableau de Louis Ducornet. peintre né sans bras et qui se servait de ses pieds pour réaliser ses toiles.

"L'apparition de la sainte Vierge à sainte Philomène" est une œuvre datée de 1847. On peut l'admirer dans l'abbatiale de Saint-Riquier.

Eglise de BRAILLY-CORNEHOTTE

Eglise de Brailly-Cornehotte- Crucifixion avec les deux larrons.
Eglise de Brailly-Cornehotte- Crucifixion avec les deux larrons.

EGLISE DE SAINT-FUSCIEN

Tableau des trois martyrs- Sculpture de Jacques C. sur un dessin de Pierre Ansart
Tableau des trois martyrs- Sculpture de Jacques C. sur un dessin de Pierre Ansart

EGLISE DE FONTAINE-SUR-SOMME

Clé pendante: Adam et Eve
Clé pendante: Adam et Eve
Clé pendante: la fuite en Egypte
Clé pendante: la fuite en Egypte

Eglise de Fontaine-sur-Somme. Clé pendante: le Paradis
Eglise de Fontaine-sur-Somme. Clé pendante: le Paradis

BOUILLANCOURT-SOUS-MIANNAY (MOYENNEVILLE)

Eglise Saint-Samson de Bouillancourt-sous-Miannay (Moyenneville)
Eglise Saint-Samson de Bouillancourt-sous-Miannay (Moyenneville)

Bouillancourt-sous-Miannay

Les belles charpentes des églises du Vimeu. On remarque l'inscription teintée de mots picards sur la poutre qui séparait la nef du chœur:

" en l'an 1519, le côble (comble) chi fut fait tout neu par Jean Janet"

VIERGE DE PITIE ET LE MONUMENT AUX MORTS DE L'EGLISE D'ETELFAY

Vierge de Pitié- Eglise Saint-Martin d'Etelfay
Vierge de Pitié- Eglise Saint-Martin d'Etelfay

 La Vierge de Pitié de l'église Saint-Martin d'Etelfay

Entre la mise au tombeau et la crucifixion, se situe une scène où le corps du Christ est déposé sur les genoux de la Vierge assise au pied de la croix. Marie contemple une dernière fois son fils. On donne à ce groupe, le nom de Vierge de Pitié ou de Pietà en italien.

La Vierge de Pitié d’Etelfay, dont on ne connait pas le sculpteur, est du 16e siècle et a été classée, en 1944. Elle a été curieusement réemployée dans le monument aux morts de la paroisse vers 1925 et sa présence est surprenante. Cependant, en la plaçant au milieu du monument, on lui donne le rôle qui correspond exactement à sa signification profonde : une mère à qui on vient de tuer le fils et sa présence est naturellement très symbolique

Article de Christine Debrie- Bulletin de la SAP (2e trimestre 1977) 

Monument aux morts de l'église Saint-Martin d'Etelfay
Monument aux morts de l'église Saint-Martin d'Etelfay

Eglise Saint-Gilles- ABBEVILLE

Vierge à l'église Saint-Gilles d'Abbeville
Vierge à l'église Saint-Gilles d'Abbeville

Juillet 2016- Dans cette période où le besoin de Paix est immense, je partage avec vous la sérénité, le regard , la douceur et la lumière de cette Vierge de pierre.

Triptyque dans l'église Saint-Martin de Saint-Valery-sur-Somme
Triptyque dans l'église Saint-Martin de Saint-Valery-sur-Somme

Saint-Valery-sur-Somme

Dans la chapelle des fonts baptismaux, on remarque un triptyque daté de 1613 qui a été classé en mai 1907.

De gauche à droite : le baptême de Jésus-Christ, le Christ en croix avec la Vierge, saint Jean et Marie-Madeleine et la décollation de saint Jean-Baptiste

Ces trois tableaux, écrit Ernest Prarond, dans l’Histoire de cinq villes paraissent être des œuvres d’un contemporain de Quentin Varin (l’un des maîtres de Nicolas Poussin).

D’après le docteur Ravin, ces peintures auraient servi de retable à l’autel d’une des chapelles absidales, consacré à Saint-Valery dans l’église de l’abbaye.

« le Pays du Vimeu » par Roger Rodière et Philippe Des Forts 

Statues de Saint Michel- Eglise Saint-Michel de Quesnoy-sur-Airaines et Collégiale Saint-Vulfran Abbeville

Eglise de Quesnoy-sur-Airaines
Eglise de Quesnoy-sur-Airaines
Collégiale Saint-Vulfran- Abbeville
Collégiale Saint-Vulfran- Abbeville

Analogie entre deux représentations de Saint-Michel dans l’église de Quesnoy-sur-Airaines (qui a pour vocable saint Michel) et dans la collégiale Saint-Vulfran d’Abbeville.

Saint Michel est représenté de la même manière dans les deux groupes de pierre : il terrasse le diable qui revêt la forme d’un dragon. Armé d’un glaive, l’archange pèse des hommes nus dans une balance.

Le groupe de Quesnoy-sur-Airaines date du 16e siècle et a été classé, le 2 décembre 1909. La similitude entre les deux groupes est frappante. On peut supposer, que Louis Duthoit, auteur du groupe d’Abbeville en 1848, connaissait cette œuvre et s'en serait inspiré.

Église Saint-Sauveur d'Agenville

La statue de Saint-Sauveur- Eglise d'Agenville
La statue de Saint-Sauveur- Eglise d'Agenville

Cette statue du 16° siècle classée depuis 1979 provient de l'ancienne église: elle représente Dieu le Père, assis, coiffé de la tiare. Il soutient, placé devant lui contre ses genoux, le Christ en croix, tandis qu'une colombe du Saint Esprit surmonte la croix.

Église Saint-Martin d'Aigneville

Eglise Saint-Martin d'Aigneville
Eglise Saint-Martin d'Aigneville

Aigneville- Eglise Saint-Martin

Ce tableau naïf de la Nativité, reproduit par Régine André a trouvé sa place dans cette belle église édifiée du 11e au 16e siècle.

Eglise Notre-Dame de l'Assomption: la Neuville-sous-Corbie

La Neuville-sous-Corbie- La crèche à l'intérieur de l'église-- Ph: Christiane Sellez
La Neuville-sous-Corbie- La crèche à l'intérieur de l'église-- Ph: Christiane Sellez
Eglise de la Neuville-sous-Corbie- Détail de la crèche
Eglise de la Neuville-sous-Corbie- Détail de la crèche
Eglise de la Neuville-sous-Corbie-Détail de la crèche
Eglise de la Neuville-sous-Corbie-Détail de la crèche

Eglise Notre-Dame de l'Assomption à la Neuville-sous-Corbie

Ce bas-relief en pierre est encastré dans le mur près du portail. Il appartient à la fin du XIXe siècle et représente la Sainte famille dans la grotte de Bethléem. Au premier plan, Marie se repose. Ses jambes sont allongées et un coussin soutient sa tête. Elle pose sa main gauche sur l’Enfant-Jésus, couché dans un râtelier. Au-dessus, on aperçoit les têtes de l’âne et du bœuf. L’enfant introduit les doigts de sa main droite dans les naseaux de boeuf. Vis-à-vis de la Vierge, est assis saint Joseph pourvu d’une longue barbe bouclée, coiffé d’un chapeau à petits bords. Appuyé sur le bâton qu’il a placé entre ses jambes, il semble contempler Marie. Toute la scène est abritée sous trois arcades trilobées.

PMH, tome 1, p. 478

Varennes-en-Croix-  Eglise
Varennes-en-Croix- Eglise

Varennes-en-Croix

Ce groupe en bois polychrome représente le Christ, faisant son entrée triomphale à Jérusalem. Autrefois, le groupe mis sur roulettes était emmené en procession le jour des Rameaux. Appelé couramment : « Ch’ bon Diu à beudets », il est sculpté grandeur nature et en trois dimensions, à partir de trois blocs de chêne et pèse environ 400 kilos. Il fut sculpté en 1662 et probablement donné à l’abbaye de Douay à Clairfay (dépendance de Léalvillers), en 1670.  En 1790, pendant la Révolution, les biens de l’Abbaye sont vendus et la paroisse de Varennes récupère le groupe. Selon la légende, quatre chevaux attelés par les habitants de Léalvillers n’ont pas réussi à l’emmener; alors que Baptiste de la paroisse de Varennes  le transporte facilement à l’église du village à l’aide d’une charrette trainée par un âne.

Ce groupe, classé Monument Historique depuis le 3 septembre 1979, est exceptionnel, car il est le seul  à comporter un ânon. (Histoire de Varennes-en-Croix-1996 et Ch' Lanchron N° 71-72)

 

EGLISE SAINT-PIERRE DE MAILLY-MAILLET

Détails de la façade de l'église Saint-Pierre de Mailly-Maillet
Détails de la façade de l'église Saint-Pierre de Mailly-Maillet
Détails de la partie gauche de la façade
Détails de la partie gauche de la façade
Détails de la partie droite de la façade
Détails de la partie droite de la façade

L'église Saint-Pierre de Mailly-Maillet

Construite au tout début du 16e siècle par l’épouse de Jean III, l’église de Mailly-Maillet remplace une chapelle castrale. De cette période, il ne reste que l’exceptionnelle façade qui est un véritable chef d’œuvre de sculpture, et

on peut se féliciter que cette merveille classée monument historique soit

parvenue jusqu’à nous.

En haut de la façade, un bas-relief, partagé en deux représente à gauche l’expulsion d’Adam et Eve du Paradis et à droite Adam et Eve gagnent leur « pain à la sueur de leur front ». Caïn et Abel sont représentés en train de jouer et une

autre scène nous montre le meurtre de Caïn. Dans la partie la plus reculée du

bas-relief, on construit la tour de Babel.

A gauche du portail, se trouve l’oratoire d’Isabeau d’Ailly. Restauré par Caudron, en 1844, il fut consolidé par Louis Duthoit quelques années après.

Source : Mailly et ses Seigneurs par l’abbé J.Gosselin-1876