Accueil > Plan du siteCroix en tuf >  Pigeonniers > Chapelles 

.........CROIX ET CALVAIRES......

..........EN PAYS DE SOMME........

par André Guerville.................Editeur: Frédéric Paillart

"Croix et Calvaires en Pays de Somme":

publié en 1998 et épuisé

 

 Il est possible que ce livre soit réédité. Nous attendons 500 souscriptions, il en manque 95 inscrivez-vous gratuitement en laissant un message sur contact.

 

 

En préambule, l'auteur met en lumière le petit patrimoine du département de la Somme et prend comme exemple la croix, à la fois élément du Patrimoine et symbole religieux.

L'historique de la croix, auquel s'ajoutent un essai de classification et un glossaire permet de bien appréhender l'inventaire qui constitue l'essentiel de l'ouvrage.

La suite est un livre d'images des plus belles croix de la Somme. Chaque image reçoit un commentaire qui fait appel à l'histoire de la croix ou à l'émotion qu'elle suscite par son environnement ou sa beauté artistique.

Le département est divisé en vingt parties et le découpage repose sur les cantons qui sont regroupés par deux ou par trois. Chaque chapitre est précédé d'une carte dépouillée où n'apparaissent que les lieux où figurent ces petits monuments. Seuls subsistent les rivières et tous les affluents de la Somme.

Dans une brève conclusion, l'auteur fait appel aux collectivités, mais aussi à tous les particuliers, pour entretenir ce petit patrimoine fragile qui tend à disparaître.

Quelle est la différence entre croix et calvaire?

Les mots sont synonymes et sont employés l'un pour l'autre.

Cependant, la croix, symbole du christianisme, est l'assemblage d'un axe vertical appelé tige, fût ou poteau avec un axe horizontal appelé bras ou traverse. La croix est isolée de tout ornement qui l'entoure.

Le calvaire, quant à lui, rappelle davantage la scène du Golgotha, petite butte située hors de la ville de Jérusalem, où eut lieu la scène de la crucifixion. Le mot "Golgotha", qui signifie en araméen, le "lieu du crâne" correspond au mot latin "calvarius" qui a donné en français, le mot "calvaire". Pour rappeler cette scène, la croix deviendra calvaire lorsqu'elle sera plantée dans un enclos mural ou végétal ou sur une élévation naturelle ou artificielle. Lorsque la croix est représentée avec les personnages de la Passion, comme Marie et Jean, qui traditionnellement se tiennent de chaque côté de la croix, l'appellation calvaire devient évidente.

 

  Nous avons recensé environ 5000 croix dans notre département, réparties en trois grandes catégories: les croix de fer (4000), les croix en bois supportant un christ en fonte (500) et les croix de pierre (environ 500). Parmi, ces dernières, les croix en tuf (une  quarantaine) occupent une place à part.

Dans l'église d'Hangest-sur-Somme
Dans l'église d'Hangest-sur-Somme

Hangest-sur-Somme

Ce Christ, œuvre de Jean-Baptiste Carpentier (1726-1808) était dans le cimetière de la commune.

En 1925, il fut placé dans l'église par les soins de l'abbé Thierry et du maire Camille Lourdel.

Croix de Sainte-Colette à Corbie
Croix de Sainte-Colette à Corbie

 

 

 

 

 

 

 

Corbie

 

Cette croix en grès est adossée aux murs de la nef de l'ancienne église Saint-Etienne.

A cet endroit sainte Colette fut recluse du 17 septembre 1402 jusqu'au 2 août 14o6

 

 

 

 

 

 

 

Corbie

 

Il ne reste plus que le tiers de l'abbatiale de Corbie. Sur la partie murée à la Révolution, une jolie croix en fer a été fixée sur le mur de pierre.

Les bras et l'axe vertical se terminent par une fleur de lis ainsi que les volutes du croisillon.

ORESMAUX

Eglise de l'Assomption de la Sainte Vierge à Oresmaux
Eglise de l'Assomption de la Sainte Vierge à Oresmaux

Cette fresque monumentale de la Crucifixion tapisse entièrement le mur derrière l'autel. Elle est l'œuvre de Jacques Despierre, (1912-1995) un grand peintre français dont la peinture s'inspire de celle de Gauguin.

THOIX

La croix de Thoix
La croix de Thoix

THOIX

La plus belle croix du département est située près de la petite rivière des Parquets, affluent d’une autre rivière : les Evoissons.

Cette croix est classée depuis le 14 mars 1942.

La colonne est couronnée d’un chapiteau toscan. Son fût arrondi affecte une forme légèrement conique. Au sommet, une couronne ornée de riches fleurons est soutenue par deux anges agenouillés sur des crosses végétales. Cette croix de pierre du 16e siècle a longtemps été couchée contre les murs de l’église d’Heilly où le nommé d’Heilly, seigneur du lieu, l’avait fait sculpter lors de son retour des Croisades.

Thimoléon de Gouffier, seigneur de Thoix la demande à son cousin d’Heilly, qui s’en sépare avec difficulté. Elle a été érigée en 1779 dans la rue principale du village. Renversée à la Révolution, ses débris furent recueillis et conservés pendant un demi-siècle dans la cour du presbytère, jusqu’à ce que l’abbé Lecadieu, curé de Thoix, reconstitue l’ensemble que nous pouvons toujours admirer aujourd’hui.

Source PMH, tome 1 et le manuscrit 1999 de la Bibliothèque municipale d’Amiens

D'un côté, une Vierge à l'Enfant
D'un côté, une Vierge à l'Enfant
de l'autre, le Christ
de l'autre, le Christ

La Crucifixion de Jean-Michel GUÉ

"Le dernier soupir du Christ" par Julien-Michel Gué- Musée de Picardie-Amiens
"Le dernier soupir du Christ" par Julien-Michel Gué- Musée de Picardie-Amiens

Julien-Michel Gué (1789-1843) donne une intensité toute romantique à la Crucifixion. Le ciel qui s’ouvre en rougeoyant transforme la scène en un drame lugubre.

                                                                       Musée de Picardie

La croix incrustée sur les murs de l'église de Tours-en-Vimeu

Eglise de Tours-en-Vimeu
Eglise de Tours-en-Vimeu

 

 

 

 

 

 

L'église Saint-Maxent de Tours-en-Vimeu recèle sur un de ses murs latéraux une petite croix.

L'utilisation harmonieuse des matériaux comme le tuf, le silex et le mortier met en valeur cette croix faite de quatre briques orangées.

FRESNES-MAZANCOURT

Eglise de Fresnes-Mazancourt
Eglise de Fresnes-Mazancourt

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Saint-Médard de Fresnes-Mazancourt

 

 

Cette jolie croix qui orne le baptistère de cette église est l'œuvre du maître-verrier Jean Gaudin.

 

On retrouve la même émotion lorsque l'on observe la crucifixion de l'église de Dancourt réalisée par le même artiste

ARGOULES- ABBAYE DE VALLOIRES

Abbaye de Valloires
Abbaye de Valloires
La Vierge Marie
La Vierge Marie
Saint Jean
Saint Jean

Le bon larron
Le bon larron
Le mauvais larron
Le mauvais larron

La scène du calvaire est présente à Valloires. Avec Marie et Jean, on note également la présence des deux larrons.

On doit cette installation aux Basiliens, moines laïcs originaires de Mons en Belgique et qui sont restés dans l’abbaye de 1817 à 1860.

Cette confrérie d'artisans chrétiens rassemble des hommes qui s'adonnent aux travaux manuels, à l'enseignement et à la prière. 

TOURS-EN-VIMEU: Calvaire singulier dans l'église St-Maxent

Une singulière réécriture du Calvaire dans l'église de Tours-en-Vimeu, où le curé d'Ars est à la place de la Vierge-Marie et Jeanne d'Arc à la place de saint Jean.

LA CROIX EN FONTE D'ATHIES

La croix en fonte d'Athies, près de l'église
La croix en fonte d'Athies, près de l'église

LA CROIX HISTORIQUE DE DRUCAT

Drucat: la croix forgée en souvenir de Jean-François Lesueur
Drucat: la croix forgée en souvenir de Jean-François Lesueur
Drucat- La croix en fer forgé avec ses quatre coeurs dans les quadrants et sa plaque de cuivre presque intacte qui nous raconte l'histoire de cette croix
Drucat- La croix en fer forgé avec ses quatre coeurs dans les quadrants et sa plaque de cuivre presque intacte qui nous raconte l'histoire de cette croix

Croix Historique de Drucat

Avec au bout de ses bras, et au sommet du fût, le trèfle, symbole de la Trinité, et ses quatre coeurs en fer forgé dans les quadrants, la croix de Drucat érigée sur une énorme motte de terre pour rappeler le mont du Golgotha est une des plus belles croix en fer du Ponthieu.

« Sur la plaque de cuivre, on peut lire cette inscription : « Cette croix a été érigée par Jean-François Le Sueur, compositeur de musique au Plessiel, chevalier des ordres de la légion en l’honneur de St-Michel de Resse (Darmstadt), surintendant de la musique de l’Empereur Napoléon 1er, des rois Louis XVIII et Charles X, membres de l’Institut. La famille Loeuillot l’a remplacée pour perpétuer la mémoire du grand compositeur et de l’illustre compatriote »

On peut lire la courte biographie de Jean-Baptiste Lesueur (1760-1837) dans la revue Eklitra, N° 6 de juin 1972.                                                

Trois croix de chemin à BEAUMETZ

A Beaumetz, sur la route de Ribeaucourt
A Beaumetz, sur la route de Ribeaucourt
L'inscription sur la plaque de cuivre
L'inscription sur la plaque de cuivre

Beaumetz, village de 220 habitants, situé dans le canton de Bernaville, a cette particularité de posséder trois croix de chemin encore munies de leurs plaques de cuivre ou de laiton. Ces précieuses plaques racontent l’histoire de cultivateurs du village.

En 1833, trois personnes de la famille Lépine-Quillet offrent une croix à la

paroisse, avec cette inscription :« …que les bonnes âmes prient pour eux :

pater noster, ave maria ». Ces personnes décèderont quelques années plus tard :

1836, 1841 et 1859. La croix en fer forgé, entretenue par la commune est

toujours là, en 2016.

Sur un petit sentier menant à Bernaville, se trouve une autre croix. Sur la plaque

en laiton on peut lire : « A la mémoire d’Adrien Martin,cultivateur à Beaumetz, tué par la foudre en ce lieu avec ses deux chevaux, le 9 juin 1910, dans sa 65e année ».

1935: sur un autre sentier, face au cimetière, dans un cœur en cuivre fixé sur une

croix, on lit encore cette mention : « Mort subite en ce lieu d’Henri Douzenel,

le 28 juillet 1936, à l’âge de 55 ans »

Il y a un siècle, les événements douloureux donnaient lieu à l’érection d’une

croix. Beaucoup de ces croix sont toujours en place.

En 2016, on peut établir un parallèle avec les bouquets de fleurs et les petites

croix qui jalonnent nos routes. Dans la plupart des cas, ce sont des accidents

mortels de jeunes conducteurs, dont le souvenir s’efface rapidement, traduisant

le côté éphémère de l’existence.

L'inscription sur la plaque en laiton
L'inscription sur la plaque en laiton
Sur un chemin de terre vers Bernaville
Sur un chemin de terre vers Bernaville

Croix de chemin à Beaumetz sur un sentier face au cimetière
Croix de chemin à Beaumetz sur un sentier face au cimetière
La croix du cimetière d'Hargicourt
La croix du cimetière d'Hargicourt

 

 Hargicourt

 

Deux dates sont inscrites sur cette jolie croix en fer du cimetière dont les bras et le fût se terminent par des fleurs de lis.

La première date, 1855, correspond à la construction de l’église.

La deuxième est l’année, où la commune a demandé à Frédéric Mercier, artisan à Hargicourt de réaliser cette croix pour commémorer le 150e anniversaire de l’église dédiée à Saint-Georges.

Cette croix est implantée sur un joli socle en pierre qui a servi de sépulture autrefois.

Source : Anne Parvillé, le Journal du Cercle Blanchard, n° 48

 

La croix Chivé à Beauquesne
La croix Chivé à Beauquesne
L'inscription sur la croix Chivé
L'inscription sur la croix Chivé

Beauquesne

Cette croix en pierre se trouve dans un sentier bordé par les ronces et a échappé à notre recensement. Elle ne figure donc pas dans le livre "Croix et Calvaires, édité en 1998.

Elle rappelle qu'à cet endroit précis, un cultivateur, Louis, Alcide Chivé s'est tué accidentellement, le 2 octobre 1935.

Fresnes-Mazancourt: deux croix de chemin dessinées par Louis Duthoit

Fresnes-Mazancourt
Fresnes-Mazancourt

 

Fresnes-Mazancourt

 

Louis Duthoit, (1868-1931) architecte, petit-fils d’Aimé Duthoit et petit-neveu de Louis Duthoit est chargé, au lendemain de la première guerre mondiale de reconstruire les principaux bâtiments du village de Fresnes-Mazancourt : église, presbytère et monument aux morts.


Croix de chemin à Fresnes-Mazancourt
Croix de chemin à Fresnes-Mazancourt

Louis Duthoit dessine également deux très jolies croix de chemin réalisées par le ferronnier Cantrel de Rosières et qui sont toujours en place, en 2015.

Dans la première croix, le fût et la traverse, qui contiennent une croix en fer, sont soutenues par un élégant socle toujours en fer forgé. Le croisillon est entouré d'un triple cercle de fer, d'où partent de chaque quadrant des rayons symbolisant le soleil à la manière d'une petite gloire.

Fresnes-Mazancourt
Fresnes-Mazancourt
Fresnes-Mazancourt
Fresnes-Mazancourt

 

Fresnes-Mazancourt

 

La deuxième croix de chemin présente comme la première un fût et une traverse double. Le cercle du croisillon est également double et dans chaque quadrant est inscrit une spirale de fer, qui renvoie à l'ordre cosmique du soleil ou du déclin du jour.




Gratibus
Gratibus

 

 

 

 

 

 

Gratibus

 

Le calvaire de Gratibus près de l’église remplace une croix en fer disparue pendant la grande guerre. Il a été dessiné vers 1930 par Gérard Ansart, l’architecte décorateur de l’église Sainte-Barbe.

La croix "Jacques" à Vadencourt- Ph: Rémy Godbert
La croix "Jacques" à Vadencourt- Ph: Rémy Godbert

Vadencourt 


La croix de grès est érigée sur le bord du chemin qui nous conduit de Contay à Harponville, mais sur le territoire de Vadencourt.

Nous sommes ici sur l'ancien chemin d'Amiens à Arras.

Une légende prétend qu'à cet endroit, une diligence fut pillée et les passagers massacrés. La croix, appelée "Croix Jacques" serait un souvenir de ce drame.

Une autre version relatée par Rémy Godbert mentionne qu'un moine en chemin pour Saint Jacques de

Compostelle y serait décédé et que cette croix marquerait sa sépulture ! Ce qui justifierait le nom de la croix.

 

Cagny-Maison Saint-Joseph de la Sainte-Famille
Cagny-Maison Saint-Joseph de la Sainte-Famille





Cagny- Maison Saint-Joseph de la Sainte-Famille

Croix de chemin- Rue du château à Beaucourt-sur-l'Hallue- Ph: Rémy Godbert
Croix de chemin- Rue du château à Beaucourt-sur-l'Hallue- Ph: Rémy Godbert


 

 

 

  

 

Beaucourt-sur-l'Hallue- Rue du Château


Le croisillon, constitué uniquement de fers à cheval, ressemble à une fleur.

Quelques instruments de la Passion fixés sur le fût viennent compléter cette croix originale.

Rambures
Rambures
Rambures
Rambures

A Rambures, cette jolie croix de bois érigée en 2004, remplace une chapelle de dévotion. Sur le fût apparait la signature des Ets Oger.

                                                                                    Merci à M André Bayart

La croix de fer du 18e siècle dans le cimetière de Bernâtre
La croix de fer du 18e siècle dans le cimetière de Bernâtre
L'église et le cimetière de Bernâtre
L'église et le cimetière de Bernâtre

 

Bernâtre


Cette croix de fer se trouve dans le cimetière de Bernâtre qui entoure la

petite église dédiée à la Nativité de la Sainte Vierge.

Au bout des bras de la croix et au sommet du fût, se trouvent trois fleurs de lis qui rappellent la mémoire du curé de Bernâtre, Messire Romain Ducrocq, décédé en 1763.

 

La croix de Maisnières-en-Vimeu avec sa croisette dans le médaillon
La croix de Maisnières-en-Vimeu avec sa croisette dans le médaillon

 Maisnières-en-Vimeu

Dans notre livre:« Croix et Calvaires en Pays de Somme », publié en 1998, nous avions photographié cette croix avec son Christ taillé à la serpe, et son état de

délabrement était tel qu’il était facile de prévoir sa disparition. Un nouveau

Christ réalisé par Alain Delforge, menuisier à Courtieux, a remplacé l’ancien,

au début de l’année 2014. Cela a donné lieu à une inauguration de la part de la

commune suivie d’une bénédiction par l’abbé Jean-Louis Brunel. La croix et son

Christ implantés sur un socle en tuf s’élèvent à nouveau dans le ciel de

Maisnières.

A remarquer au dos de la croix, une croisette, que le charron du village fabriquait autrefois avec les chutes de bois du cercueil et qui était déposée au pied de la croix lors du passage du convoi funèbre.

le recto du croisillon: un christ mutilé
le recto du croisillon: un christ mutilé
La Vierge au verso du croisillon
La Vierge au verso du croisillon

Courcelles-sous-Moyencourt

Une des plus belles croix du département et aussi une des plus vieilles vient d'être restaurée (2° trimestre 2014)

Croix templière à Oisemont- Photo: Rémy Godbert
Croix templière à Oisemont- Photo: Rémy Godbert

Rue de la Commanderie à Oisemont

Sur la façade arrière de bâtiments sis rue de la Commanderie,  cette petite croix énigmatique gravée sur le tympan de ce qui est aujourd’hui un garage, rappelle que Oisemont était le siège d’une prévôté royale des Templiers

Bibliographie:

- Les Commanderies de l'Hôpital en Picardie par Valérie Bessey- 2005

- Les souterrains et les Templiers à Oisemont et sa région par Jean-René Blin- Bulletin de la SEA-2013.

Gueschart (canton de Crécy)
Gueschart (canton de Crécy)

 

 

 

 

 

 

À Gueschart, en 1995, toutes les croix communales ont été restaurées par l'employé communal qui est devenu forgeron. Les volutes de fer sont devenues des petits serpentins illuminées par quatre petites flammes.

Aigneville- Au hameau de Courcelles
Aigneville- Au hameau de Courcelles

Aigneville

La petite croix en fonte du hameau de Courcelles est fixée sur un mur de briques protégée par un toit débordant en tuiles. Sur un petit cœur de cuivre peint sont inscrits ces mots : « Cette croix a été élevée à la mémoire de François Honoré Gavel et de Apolonie Dimpre. L’an 1864 ».

Nous célébrons cette année le 150e anniversaire de cet événement douloureux.

François et Apolonie se sont mariés le 9 juillet 1859. Un premier enfant né de cette union est décédé le 4 juillet 1863, jour de sa naissance. Le 25 novembre 1870, un autre enfant meurt en venant au monde et entraîne le décès de la mère.

Source : Etat-Civil du département, archives de la Somme

 

Bouttencourt
Bouttencourt

 

Bouttencourt –RD N° 1015

 

Cette petite croix de chemin a failli disparaître lors du remembrement. Monsieur Eugène Nibas qui était alors, maire de la commune l’a placée à cet endroit pour maintenir le souvenir et préserver le Patrimoine de la commune.

Cette croix a été restaurée, en 2012, par Yves Tellier, artisan ferronnier.

 Les petites boules de fer au bout des bras de la croix, les volutes, les flèches représentant les instruments de la Passion, ainsi que la petite Gloire derrière la tête du Christ, sont ainsi mises en valeur.

 Source: André Bayart, maire de Bouttencourt

 

Ansennes- Commune de Bouttencourt
Ansennes- Commune de Bouttencourt

La croix d’Ansennes (commune de Bouttencourt)

Il y a très longtemps, à quelques mètres de la croix, une petite fille est tombée dans l’eau de la Bresle. Sans le secours d'un passant, elle se serait noyée. Très ému et très croyant , le père qui tient à remercier le Ciel, érige cette croix de bois. Plusieurs années passent et le fait divers se transmet par voie orale de génération en génération. Puis un jour, le christ en bois est volé. Antoine Dubois offre un christ en fonte destiné à remplacer le christ volé auquel il manquait un bras. René Fouquet en trouve un en fonte et Michel Brice adapte l'ensemble.

Source: André Bayart, maire de Bouttencourt

Marquivillers
Marquivillers

  

La croix de Marquivillers (canton de Montdidier) 

Une première croix avait été érigée à cet endroit, en 1865. Cette année là, au milieu de l’été, un incendie se déclare, alors que tous les habitants étaient réunis dans l’église pour la bénédiction de cinq calvaires. Toute l’assistance se rend sur les lieux et réussit à éteindre l’incendie. Après la moisson, une nouvelle fête a lieu où les participants redoublent de ferveur, voyant dans l’extinction du feu, une intervention divine.

La croix détruite en 1918 est remplacée en 1927 par la croix que nous voyons encore en 2014. Dessinée par Gérard Ansart, elle a été sculptée par Georges Legrand, l’auteur du Christ triomphant sur le tympan de l’église de Marquivillers.

 

Démuin (canton de Moreuil)

Une croix de chemin à la sortie du village de Démuin, en se dirigeant vers Mézières-en-Santerre: des volutes comme de la dentelle

Valines
Valines
Miannay
Miannay

Il y a des croix de fer qui ne se mettent en évidence que l'hiver quand les arbres ont perdu leurs feuilles. Ici, à Miannay, sur le bord gauche de la route nationale, au milieu de la côte, quand on se dirige vers Abbeville.

Croix au chevet de l'église de Vacquerie (commune de Bernaville) Photo: Dominique Lemaire
Croix au chevet de l'église de Vacquerie (commune de Bernaville) Photo: Dominique Lemaire
Christ en fonte au chevet de l'église de Vacquerie
Christ en fonte au chevet de l'église de Vacquerie

Vacquerie (Bernaville)

Cette vieille croix est remarquable et on peut la dater assez facilement dans le milieu du XIXe siècle. Les volutes du quadrant terminées par une fleur de lis en haut à droite permettent d'imaginer la croix dans son intégralité. Une autre fleur de lis a été forgée au bout des bras de la croix. Le petit Christ en fonte de bonne facture a été moulé. Cette oeuvre  sans doute celle d'un artisan local mériterait d'être mise à l'abri et d'être restaurée.

Lavièville
Lavièville

Lavièville (Canton d'Albert):

Dans les années 1980, un ouvrier agricole en train de labourer remonte cette croix de grès avec sa charrue. Réinstallée à la fin de l'année 2001 près de l'église, ses origines sont mystérieuses. Est-ce une simple croix de tombe? On aimerait aussi établir un lien avec les Templiers ou les Hospitaliers qui ont possédé la Terre de Laviéville jusqu'au 17e siècle, mais cela reste une simple hypothèse.

L'obélisque de Long
L'obélisque de Long

 

 

 

L'obélisque de Long

A la jonction de la rue de la Cavée et du chemin de Villers, un obélisque brique et pierre est surmonté d'une petite croix en fer forgé.

Sur chacune des faces latérales, on remarque une pierre très abîmée, comme si on avait voulu faire disparaître ce qui y était représenté: sujet religieux? Blason?... Une croix a-t-elle toujours été placée sur ce monument?... Quand on passait devant l'obélisque le jour de la procession des Rogations ou de celle du 15 août, on s'arrêtait pour chanter le "Vexilla Regis", l'hymne de la passion.

"Histoire de Long" par Jean Bellard

Cliquer sur chaque photo pour l'agrandir

Essai de classification des croix

Le classement le plus simple sera effectué en fonction des matériaux utilisés:

- le bois

- la pierre

- le fer ou la fonte.

• • la croix simple: une tige pour le bras, une tige pour le fût

• • la croix double: le fût et la traverse sont faits de deux montants parallèles. Un espace est créé pour la décoration intérieure, laissée à l'initiative de l'artisan pour une frise ou un serpentin.

• • La croix hybride: est un mélange de croix simple et de croix double. Tantôt, le croisillon sera double et le fût sera simple. Tantôt, le fût sera double et le croisillon, simple.

• • La croix à base carrée: le fût et la traverse, qui ont une base carrée, sont appelés quadrangulaires. Ce n'est rien d'autre que l'imitation d'une croix en bois.

• • La croix à fuseaux: appelée aussi croix fasciculée. C'est un assemblage de plusieurs tiges de fer, avec des raccords cachés sous les viroles. Tout est fourni, y compris la gloire et les fleurons. C'est l'époque de l'industrialisation des calvaires.

• • La croix moulée en fonte: elle repose toujours sur un socle en pierre. Fabriquée en série, dans des ateliers industriels, on la trouve davantage dans les cimetières que sur les bords des routes.

Cahon....................................................Arrest.....................................

Cliquer pour agrandir ces photos

SAINT-RIQUIER

Saint-Riquier
Saint-Riquier
Saint-Riquier
Saint-Riquier

Saint-Riquier

Le cimetière situé rue Notre-Dame, près de l'actuelle mairie a été officiellement fermé en 1931.

En 1967, le professeur Honoré Bernard effectue des fouilles, retrouve les vestiges de l'ancienne église paroissiale et découvre un christ.

En 2006, pour marquer l'emplacement, ce christ restauré, auréolé d'un joli croisillon est fixé sur un fût en métal. L'ensemble est mis en valeur sous une sorte de tonnelle en bois.

Eglise de l"Assomption de la Sainte-Vierge à Bazentin
Eglise de l"Assomption de la Sainte-Vierge à Bazentin

Lors de la reconstruction de l'église de Bazentin, vers 1930, le céramiste Maurice Dhomme apporte tout son talent pour réaliser ce monumental décor d'autel.

Cette composition originale  participe au renouvellement voulu par tous les architectes de la reconstruction.

                                                                                      Retour Accueil