-------FONTS BAPTISMAUX------

------- EN PAYS DE SOMME------

------DU 10e AU 13e SIÈCLE------

  Toutes les pages sur les fonts baptismaux ont été rédigées par Josette Houdant , membre de notre association: "Richesses en Somme (textes et photos)

Bibliographie:

"Etude sur quelques fonts baptismaux du Nord de la France" par Camille Enlart publié par le Cabinet Historique de l'Artois et de la Picardie. Tome 5 et 6.  

"Des lieux consacrés à l'administration du baptême" par l'abbé Corblet. 1878.

La Picardie Historique et Monumentale (7 tomes) par la Société des Antiquaires de Picardie

Dictionnaire Historique et Archéologique de la Picardie (5 tomes) par la Société des Antiquaires de Picardie.

Etude sur quelques fonts baptismaux picards par Virgile Brandicourt (Bulletin de la SAP, 3° et 4° trimestre 1912)

A la recherche de l'Art Roman par Paule Roy (Bulletin de la SAP, 3° trimestre 1975)

   

Au cours des premiers siècles, on baptisait dans les rivières, les fleuves. Plus tard, le baptême s'effectua dans des fonts placés dans les églises :

1°) par immersion : c'est à dire en plongeant le catéchumène dans l'eau

2°) vers le XIIIe s. : par infusion : en versant de l'eau sur la tête du catéchumène

Les églises sont orientées d'ouest en est et les fonts baptismaux se trouvent, le plus souvent, à gauche de l'entrée principale, parfois protégés par une clôture en bois ou en fer.

Les fonts baptismaux en pierre, en marbre, en cuivre, en fonte, en plomb, varièrent de forme et d'ornementation suivant les siècles

 

La cuve baptismale de la cathédrale d'Amiens
La cuve baptismale de la cathédrale d'Amiens

Le département de la Somme possède un nombre important et très varié de ce mobilier d'église. La région du Santerre, fortement touchée par la guerre 14/18, a conservé, néanmoins, après restauration, de belles cuves romanes et quelques magnifiques fonts baptismaux de la Renaissance.

Au début du XXe s. un certain nombre de fonts baptismaux ont été classés et ont fait l'objet d'une description détaillée, mais pour beaucoup d'autres, il n'existe aucun document pouvant les dater avec certitude.

Avec l'accord des Maires ou de leurs représentants, un peu plus de 400 églises ont été visitées sur l'ensemble du département.

Cette recherche a permis de photographier des fonts baptismaux, dont certains ont été décrits dans les ouvrages de l'abbé Corblet et de Camille Enlart. et qui peuvent se résumer ainsi :

PERIODE ROMANE: du Xe au XIIIe siècle

- fonts à réservoir rectangulaire reposant sur le sol, ou sur un socle,

- fonts en forme de cuve, ronds ou parfois ovales, maintenus par quatre colonnettes,

- fonts en forme de cuve dans un encadrement carré ou rectangulaire, avec colonnettes,

- fonts à un seul pied dont la cuve hémisphérique repose sur un fût cylindrique, trapu,

-fonts en forme de cuve portée par un pied central, complété par quatre colonnes à chapiteaux qui supportent les angles de la table (cuves dites à cinq colonnes).

Ces fonts sont en pierre, en grès, en plomb - ils sont parfois ornés de frise, moulure, et parfois décorés de sujets en bas-reliefs.

Quelques Fonts baptismaux dans les églises d'Equennes, Gentelles, Remiencourt et Rouvrel

AMIENS - Cathédrale

 

La cuve baptismale de la Cathédrale d'Amiens, que l'on peut dater du VIIIe ou IXe siècle, est située dans le bras nord du transept. Elle est supportée par quatre pieds quadrangulaires aux angles et un fût central octogonal.

La cuve est taillée dans une pierre au grain très fin, lisse, tandis que les pieds sont d'un grain plus poreux. Les supports, qui datent du XIIIe s., preuve qu'on a dû rehausser des fonts déjà existants, sont couverts d'un ornement à quatre feuilles, inscrits dans des carrés de faible relief. Le tout est posé sur une marche en maçonnerie hétéroclite, faite de matériaux de réemploi où l'on peut observer des carreaux émaillés.

Amiens- La cuve baptismale de la Cathédrale
Amiens- La cuve baptismale de la Cathédrale

Aux quatre angles de la cuve sont sculptées, en demi-bosse, quatre figures de prophètes, dont deux sont identifiables par les noms gravés, encore lisibles : Johel et Zacharias.

Lors de la séance publique du 8 Mars 2008, organisée par la Société des Antiquaires de Picardie au Musée de Picardie, le Frère R. Ferdinand Poswick, moine à l'abbaye de Maredsous, en Belgique, a présenté la cuve baptismale de la Cathédrale d'Amiens, comme témoin privilégié du passage du baptême par immersion au baptême par infusion, dans nos régions, alors que la thèse de Georges DURAND, dans sa monographie, adopte pour cette cuve la fonction de bac à laver les morts.

Le frère Poswick contredit formellement cette dernière thèse.

Fonts-Baptismaux de l'Eglise Notre-Dame- Airaines
Fonts-Baptismaux de l'Eglise Notre-Dame- Airaines
Fonts baptismaux- Eglise Notre-Dame- Airaines
Fonts baptismaux- Eglise Notre-Dame- Airaines

AIRAINES - Eglise Notre Dame

La cuve, que l'on peut dater du XIe s. d'après sa sculpture barbare, est très allongée et de très grandes dimensions, permettant le baptême par immersion.

La partie inférieure de la cuve est plus étroite que les bords encadrés d'une grosse torsade que soutiennent quatre colonnettes, sans base et sans abaque, profilées sur les angles de la cuve.

Les petites faces sont ornées de deux personnages nus, accroupis, se donnant le bras et représentés jusqu'aux genoux. Sur chacune des grandes faces se voient trois personnages semblables, et d'un côté, un dragon symbolisant sans doute le diable, parlant à l'oreille de l'un des catéchumènes.

Eglise St-Martin-Ailly-sur-Noye
Eglise St-Martin-Ailly-sur-Noye
Eglise St-Martin- Ailly-sur-Noye
Eglise St-Martin- Ailly-sur-Noye

AILLY sur NOYE - Eglise St Martin - F.B. XIIIe s.

L'ancienne église du XIIIe s. délabrée, a été démolie en 1892 et remplacée en 1896. Les fonts baptismaux du XIIIe s. furent placés à l'entrée du cimetière jusqu'en 1968.

Taillée dans un seul bloc de pierre, la cuve baptismale est hexagonale à l'intérieur comme à l'extérieur. A chaque arête des six faces correspond au-dessous un pendentif terminé en perle.

Le socle quadrangulaire supporte la cuve par un tronc central assez massif . Quatre pattes sont sculptées aux angles de ce socle.

SAINT-ROMAIN (POIX)

Chapelle de Saint-Romain (Poix)
Chapelle de Saint-Romain (Poix)
Saint-Romain (Poix)
Saint-Romain (Poix)

Saint-Romain (Poix de Picardie)

Ces fonts se trouvent dans une chapelle privée.

La cuve baptismale porte à l'intérieur la date de 1091.

 


Eglise de la Nativité de la Sainte-Vierge- Bacouel-sur-Selle
Eglise de la Nativité de la Sainte-Vierge- Bacouel-sur-Selle
Eglise de Bacouel-sur-Selle
Eglise de Bacouel-sur-Selle

 

 

 

 

 

BACOUEL sur SELLE

 

Cette petite église du XIe s. nichée au bord de la Selle, est restée magnifiquement préservée malgré les outrages du temps. Elle conserve des fonts baptismaux en pierre du XIe s. dont la cuve ronde, d'une grande sobriété, repose sur un pied mouluré.

 

 

BERNEUIL - Eglise St Pierre

 

Fonts baptismaux du XIIe s. : se présentant sous la forme d'une cuve ronde en plomb, montée sur un socle. Son bord supérieur offre un bourrelet saillant reposant sur cinq arcatures en plein cintre, qu'occupent alternativement deux rinceaux à palmettes ondulés et adossés, ou, une figurine de saint Pierre debout, tête nue, en chasuble et tenant une clef.

Le couvercle en bois ouvrant, est en forme de poire, avec arêtes saillantes et pinacle tourné au sommet. 

Berneuil- Sculptures de saint Pierre
Berneuil- Sculptures de saint Pierre
Couvercle en bois et cuve en plomb
Couvercle en bois et cuve en plomb

Eglise de Bouchoir
Eglise de Bouchoir
l'intérieur de la cuve baptismale
l'intérieur de la cuve baptismale

BOUCHOIR - Eglise St Pierre - Cuve romane

Situé dans le Canton de Rosières , dans le Santerre, le village n'a pas été épargné pendant le conflit 14/18. L'église a été restaurée après la guerre et a conservé un choeur du XVIe s. et des murs latéraux du XVIIe s.

A l'intérieur de l'édifice subsiste une cuve baptismale de l'époque romane, bien endommagée, mais qui a traversé les siècles avec ses motifs naïfs.

Cottenchy
Cottenchy

 

COTTENCHY - Eglise St Marcel

 

Les Fonts baptismaux se présentent sous la forme d'une cuve ovale en pierre dure, ayant à chacun de ses angles la partie supérieure des colonnettes qui devaient l'encadrer ; mais la seule moulure qui reste ne révèle rien sur l'âge de ces fonts, qui d'après leur forme, pourraient être du XIIe ou XIIIe s.

Doullens- Musée
Doullens- Musée

 

 

DOULLENS- Au Musée

 

Ces fonts du 12° siècle proviennent de l'abbaye Saint-Michel et c'est le seul mobilier qui reste de cette ancienne abbaye, détruite pour construire l'Hôtel de Ville actuel, en 1896.

Havernas
Havernas

 

  

   

- HAVERNAS :

 

La tablette supérieure de la cuve est ornée de dents de scie. Les fonts surmontés d’un gros massif de moellons, supportent une croix et sont installés sur un petit tertre non loin de l’église.

 CERISY-BULEUX - Eglise de la Nativité de la Ste Vierge

 

Fonts baptismaux du XIIe s. se présentant sous la forme d'un grand vase ovale et arrondi au-dessous, maintenu sur un cadre rectangulaire allongé, dont chaque angle pose sur trois colonnettes en faisceau. Celles-ci ont des bases attiques et des chapiteaux à larges feuilles de plantain. La tablette est ornée d'un tore sous un bandeau.

Ce modèle de cuve provenant d'un atelier local utilisant les calcaires durs de Croissy et de Bonneleau, parait avoir été reproduit fréquemment vers le milieu du XIIe s.

FB- Bergicourt
FB- Bergicourt

 

BERGICOURT - Eglise St Lucien

 

Fonts baptismaux du XIIIe s. : La cuve hémisphérique, rappelant avec un pied central court et épais, la forme d'un calice, est surmontée d'une tablette carrée dont la tranche est moulurée de deux baguettes superposées.. Les coins de la tablette s'appuient chacun sur une colonnette à chapiteau sculpté de quatre feuilles d'eau. L'ensemble repose sur un socle carré, sans ornement..

 

 

 

 

FOURCIGNY - Eglise St Jean Baptiste

 

Fonts baptismaux du XIIe s. rappelant ceux de Fouencamps et de Gentelles. La cuve est maintenue par quatre colonnettes dont les chapiteaux à feuilles de plantain, sont alternativement, avec ou sans crochets.

 

 

 

FAVEROLLES - Eglise Notre Dame de l’Assomption (reconstruite après 1918).

 

Les Fonts baptismaux du XIIIe s. d’une seule pierre, se présentant sous la forme d’une cuve ronde dans un encadrement carré avec une colonnette à chaque angle.

Ces fonts étaient protégés, avant la guerre 14/18, par une clôture en bois très décorée et en particulier par des têtes d’anges. 

WIRY au MONT - Eglise de l'Assomption de la Ste Vierge.

 

Les fonts baptismaux datant de la deuxième moitié du XIIe s. sont creusés dans un massif rectangle de grès. Ils se composent d'une tablette profilée en un bandeau surmonté d'un tore qui repose sur une cuve arrondie, cantonnée à chacun de ses angles d'un faisceau de trois colonnettes. Les chapiteaux sont décorés de feuilles de plantain, et les bases attiques reposent sur un socle pris lui-même dans le bloc de pierre. 

FB de l'église de Neuville-les-Loeuilly avec le 2° couvercle
FB de l'église de Neuville-les-Loeuilly avec le 2° couvercle

NEUVILLE-les-LOEUILLY - Eglise St Martin

 

Les fonts baptismaux en pierre se rapprochent des modèles des XIIe et XIIIe s. cités par Camille Enlart. Ils se présentent sous la forme d’une cuve ovale dans un encadrement rectangulaire, flanquée à chaque angle d’une colonnette trapue, grossièrement sculptée.  

 

 

GENTELLES :

Eglise St Martin ayant été détruite en 14/18 a été reconstruite en 1920. Les fonts baptismaux sont devenus la base du nouvel autel.

 

 

CARTIGNY - Eglise Ste Radegonde (reconstruite après 1918)

 

Les fonts baptismaux en grès du XIIe s. sont d'une certaine beauté un peu fruste dans leur simplicité. La cuve monolithe carrée porte sur un fût central, sans aucune moulure ni ornement. Les colonnettes des angles ont été détruites pendant la guerre 14/18.

Une belle cuve en plomb à deux compartiments sert au rite du baptême.

La cuve en plomb des fonts baptismaux de Cartigny
La cuve en plomb des fonts baptismaux de Cartigny

 

 

 

 

 

 

BOUVAINCOURT-sur-BRESLE - Eglise St Etienne

 

Les fonts baptismaux en grès ont la forme d'une coupe circulaire très trapue sur un pied cylindrique épaté et très court, dépourvus de toute ornementation. Il parait très difficile de les dater.

Mirvaux-Eglise St-Martin
Mirvaux-Eglise St-Martin

 

 

 

 

 

MIRVAUX :

 

Eglise St Martin. Chaque angle du cadre ne repose que sur une seule colonnette. 

 

 

 

ROUVREL - Eglise St Martin (reconstruite après 1918)

 

Les fonts baptismaux du XIIIe s. se composent d'une cuve en pierre demi-sphérique dans un encadrement carré, porté sur un pied central. Cette cuve est cantonnée de quatre chapiteaux, et surmontée d'une frise sculptée. Les colonnettes et leurs bases ont été détruites.

SENARPONT - Eglise St Denis

Les fonts baptismaux du XIIe s. sont taillés dans un monolithe de calcaire dur qui n'est pas de la région, et ne se trouve guère que dans le Jura. La cuve est octogonale dans un bloc rectangulaire flanqué de quatre colonnettes , à peine dégagées et reposant sur de simples dés carrés.

Ces fonts baptismaux ont une certaine parenté avec ceux, plus élaborés, du Prieuré Notre Dame d'Airaines.

VAUVILLERS - Eglise St Eloi (restaurée après 1918)

 

Fonts baptismaux du XIIIe s. provenant de l'atelier de Villers-Carbonnel (Somme). Ils se composent d'une cuve de grande dimension, formée d'un seul morceau de pierre, portée par un fût cylindrique et cantonnée de quatre colonnes aux chapiteaux à volutes. Le tout est surmonté d'une frise ornée de rinceaux sculptés.

CERISY-GAILLY - Eglise St Georges (restaurée après 1918)

 

Après la guerre 14/18, dans l'église touchée par les bombardements, on retrouva les débris d'une cuve baptismale en pierre sculptée du XIIIe s. qui firent l'objet d'une restauration.

Ces fonts baptismaux du XIIIe siècle se composent d'une vasque taillée dans le chapiteau et portée par un support unique figurant une courte colonne.

Des têtes humaines, un peu frustes, ont été sculptées aux angles et une frise ornée de motifs entoure le chapiteau.

 

 

 

 

 

 

 

NEUVILLETTE - Eglise St Nicolas

 

Les cuves octogonales sans pied ont été fréquentes du XIIe au XVIe siècle. Celle de Neuvillette, en pierre du XIIIe siècle, sans pied, imite un gros chapiteau posé sur le sol. Les quelques moulures bordant la cuve ont subi l’usure du temps.

 

 

CORBIE - Eglise St Pierre, ancienne abbatiale

 

Les fonts baptismaux, en forme de chapiteau, se distinguent des bénitiers de même forme, par des dimensions plus vastes.

Les fonts de l'église St Pierre sont formés de deux chapiteaux du XIIIe s. superposés, dont l'un a été renversé pour servir de base au second, dans lequel la cuve baptismale a été creusée.

Ces chapiteaux ont couronné autrefois deux des colonnes centrales soutenant les voûtes du réfectoire et du chapitre, commencés par Pierre Mouret en 1267.

LA NEUVILLE-sous-CORBIE (CORBIE) - Eglise Notre Dame de l'Assomption

 

La belle qualité de la pierre et la facilité de navigation de l'Escaut et de la Meuse ont amené une grande diffusion des fonts baptismaux dans les ateliers de Tournai en Belgique. Les fonts de l'église Notre Dame de l'Assomption du XIIe s., se composent d'une cuve quadrangulaire en pierre noire provenant de ces ateliers de Tournai, supportée par un gros pédoncule central, cantonné de quatre colonnettes qui soutiennent les angles. Sur l'une des faces de la cuve, on voit une sculpture méplate représentant deux dragons dont les queues sont entrelacées et les têtes affrontées. Sur une autre, deux lions boivent dans une même coupe. La troisième présente deux colombes se désaltérant dans une ampoule. Quant au quatrième côté, appuyé contre le mur, et par conséquent dérobé aux regards du visiteur, il porte trois oiseaux fantastiques, prenant leur essor. Tous trois ont le corps lisse, sauf le premier qui est orné d'une collerette formée de six rangées de plumes. Le dernier porte une queue de serpent repliée sur elle-même. On conserve dans ces fonts baptismaux un intéressant vase cylindrique en plomb, destiné à recevoir l'eau bénite, ainsi que son couvercle.

Eglise Saint-Pierre- Montdidier
Eglise Saint-Pierre- Montdidier
Eglise saint-Pierre-Montdidier
Eglise saint-Pierre-Montdidier

MONTDIDIER - Eglise St Pierre

 

Ces remarquables fonts baptismaux en pierre bleue de Tournai (XIe-XIIe s.) ont échappé aux destructions de la guerre 14/18 dans le Santerre.

Ils se composent d'une cuve creusée dans un bloc rectangulaire placé sur un fort pilier rond orné seulement de deux moulures grossières, et supporté par quatre colonnettes en bois, qui ont remplacé en 1853 quatre colonnes courtes et grosses. Ces colonnettes séparées du fût central sont attachées par de fortes griffes à chaque angle du socle. La cuve est entourée d'un cercle orné de 8 têtes assez grossières reliées par des rinçeaux ornés d'écoinçons symboliques variés (croix, raisins, colombes etc...). Deux faces du bloc sont décorées d'arcatures en plein cintre reposant sur des colonnettes lisses ou torses. Les deux autres faces sont richement décorées de rinceaux de pampres et de grappes de raisin, et au centre de l'une d'elle figure le buste assez archaïque d'un Christ bénissant.

SOYECOURT - Eglise St Martial (reconstruite après 1918)

 

Après la guerre 14/18, dans les décombres de l'église, on a retrouvé, à peu près intacte, un peu rougie par le feu, la cuve baptismale, véritable joyau de l'église.

Ces fonts baptismaux du XIIIe s. produits par l'atelier de Villers Carbonnel, se composent d'une cuve hémisphérique sur un fût cylindrique, cantonnée de quatre colonnettes.

Les chapiteaux de ces colonnettes sont très évasés et formés de quatre volutes entre lesquelles est figurée une sorte de pomme de pin, ou même un visage humain.

Sur tranche de la plate-bande supérieure sont sculptés, en méplat, des ornements formés généralement d'arcs de cercle, dont le dessin varie à chaque face.

Sur une des faces, des portions de cercles, de même rayon, enlacées les unes dans les autres, forment une sorte de méandre irrégulier, fort curieux.

Vers-sur-Selle
Vers-sur-Selle

 

 

 

 

 

VERS sur SELLE - Eglise St Rémi et St Hildevert- F.B. XIIIe s.

 

Les fonts baptismaux se composent d’une cuve basse et carrée, élevée sur cinq supports : un pied central de fort diamètre et quatre colonnettes s’évasant de bas en haut et soutenant les angles. On voit l’ogive apparaître sur le bandeau.

 

Outrebois
Outrebois
Outrebois
Outrebois
Outrebois
Outrebois

OUTREBOIS - Eglise St Séverin - F.B. XIIIe s.

Beaux fonts baptismaux du XIIIe s. dont l'un des pieds d'origine a été remplacé. La cuve hémisphérique en pierre de Marquise dans le Boulonnais, est ornée d'un tore au sommet et à la base ; quatre têtes d'hommes en haut relief, très variées et bien caractéristiques de leur époque, garnissent les angles.

Fonts baptismaux de l'église de Prouzel
Fonts baptismaux de l'église de Prouzel

 PROUZEL- Eglise Nativité de la Ste Vierge - F.B. XIIe ou XIIIe s. 

Les fonts baptismaux se composent d’une cuve ronde qui s’inscrit entre quatre piliers à chapiteaux très courts. Ils supportent une tablette décorée de motifs géométriques avec des palmettes figurant une fleur de lys aux angles.

Dans son livre sur l'architecture romane (p. 36), Camille Enlart en décrivant ces fonts, n’était pas certain qu’ils appartenaient à l’époque romane.

Eglise de la Nativité de la Ste-Vierge-Languevoisin
Eglise de la Nativité de la Ste-Vierge-Languevoisin
Eglise de Languevoisin-Quiquery
Eglise de Languevoisin-Quiquery

 LANGUEVOISIN-QUIQUERY

Ces fonts du du 12e siècle sont en pierre et se composent d’un gros fût court, de forme ovale, sur un socle surmonté d’un tore. La cuve est formée d’une tablette carrée reliée au fût par quatre feuilles d’eau aux angles. Aujourd’hui ces fonts sont recouverts d’un couvercle en bois ayant une forme pyramidale. Ils sont arrivés jusqu’à nous presque intacts malgré la destruction de l’église, en 1914.

Mérélessart
Mérélessart
Mérélessart
Mérélessart

MERELESSART  -  Eglise St Martin   -   F.B. XIIIe s.

Les fonts baptismaux en pierre dure se composent d'une cuve ronde supportée par un pilier cylindrique. Un petit socle composé d'un biseau et d'un bandeau leur servent de base. Les quatre petites colonnettes appliquées contre la cuve, reposent sur de petites consoles qui se profilent en un cavet entre deux quarts de rond.

Les chapiteaux privés de toute décoration et les tailloirs arrondis de ces petites colonnettes décèlent un travail normand.

Une petite piscine allongée est  accolée au pied de ces fonts (voir les fonts de Sains en Amiénois et de Montonvillers)

Eglise de l'Assomption de la Ste-Vierge de Fontaine-sous-Mondidier- Ph: Rémi Godbert
Eglise de l'Assomption de la Ste-Vierge de Fontaine-sous-Mondidier- Ph: Rémi Godbert

FONTAINE-SOUS-MONTDIDIER

Ces fonts du 13e siècle proviennent  sans doute de l'ancienne église détruite pendant la première guerre.