La langue picarde > Evocations du passé > Croix en tuf

TEXTES PICARDS

 

Picardisants du Ponthieu et du Vimeu

 

9 octobre 2013

 

 

 

Ch' coeut, cho belétte, pi ch' lapin d' garénne

 

 

 

Ch'est l'histoére d'inne belétte qu'alle vient prenne

 

Ech catieu d'un jonne garénne

 

Cho belette, ch'est inne rusèe

 

Mais a n'a point yeu d' meu

 

Ch' moète i n'étouot point leu.

 

 

 

Alle a amnè ses quiques affoaires

 

Pindant qu'ech garénne i l'étouot parti foaire sin tour

 

Trimpeu sin poille din l' frectéme

 

Il a brouttè, lapé, grimpè dsu chés roéyons.

 

Pi il est rintrè tout duchmint…

 

O vain Diu! Quoi qui voét? Atampie à l' creusée d'es moéson

 

Cho bellette aveuc sin neu pointu

 

"Quoi qu' tu foais ichi ?"

 

Tu vas déguerpir in vitesse

 

Ou j' sors em grosse tchaisse

 

Ou j'appéllé ech garde-champète. Coésis.

 

 

 

Chob belétte, hardie comme un leu,  a li rinflique !

 

T'es seu ! D'où qu' tu viens?  Achteur, tin terrieu, ch'est à mi !

 

Tchèche qui m' dit qu’ch'est à ti? T'as des papieus?

 

Fallouo point tin alleu ! din ch' Vimeu

 

Ichi t'es din ch' Pontiu, si tu restes, tu vas éte pindu !

 

T'as tè à Gamaches? bien seur, t'as perdu t' plache…

 

T'es leu, tu trannes, oh, t'as point d' papieu…

 

Oh, t'es rporsui par chés cadoreux… o bé t'es bieu !

 

T'es leu, tu rouscailles,

 

Tu pérles d'un catieu, cha n'est mi qu'un terrieu

 

A d'où quo n' peut méme point s'ertorneu !

 

J'ai yeu du meu à rintreu

 

Point tchestion qu'ej m'invoèches !

 

 

 

Mi j' sus ichi ed pére in fiu, dpi chonq générations ! qui dit ch' garenne

 

Ej tiens min bien d' mes taions, pi d’ mes rataions

 

Nous o sommes des rapides, ch'est point comme ti

 

Tu n' respèct't té rien !

 

 

 

Eh, oh, t'a point tout suivi, y'a yeu la révolution,

 

Tu n' sros point dévnu un molé "bourgeois",

 

T'as point vu l' plache qui yeu, tout partout,

 

Feut apprenne à partageu !

 

Mais d' qué drouot? Achteur, pasque monsieu i l'a inne moéson à li

 

I feut qu'es z'eutes i pass'té leu cmin.

 

Pi quoi coère, tu t' prins pour tchéche?  Ti ch' garénne

 

Tu traches chipouille ! comme t'es leu !

 

Pour un piot morcieu d' territoére !

 

Mais o n'allons mi foaire la djerre

 

Si o z'alloémes vir ech l'arbite

 

J' nin connouos un qui n'a point d' brin din ses zius

 

Quoi qu' tin dis?

 

 

 

Fin bien, oz y'allons, qui dit ch’ garénne.

 

 

 

Es zé vleu dvant ch' l'arbite, ch'étouot un coeut aveuc gramint d' métieu !

 

Quant iz za vu, i zé foait mette l'un à s' gueuche, l'eute à droéte

 

Pi i leu dit: "Perleu fort, achteur qu'ej sus viux, ej sus sourd !

 

I l'étouot sourd, mais i l'avouot coére inne boénné panche.

 

Pi quand i l'a vu ch' tableau, i s'est dit: min rpeu i l'est foait !

 

Un coup d' patte à gueuche, un coup d’ patte à droéte:

 

Chonq segondes apreu :

 

Y'avouot pu d' garenne pi y'avouot pu d' belette

 

 

 

Moralité : pasqué ch’ mort i l’est tours alitè… (infin souvint…)

 

Ch’est la vie ! Quand quéqu’un i trache chipouille, o va vir ech moéte !

 

Feut ti s'immerdeu à régleu tous chés problémes li-méme ou bien alleu dvant ch’ tribunal?

 

Tchatchun foait comm’ i veut ! ti point vrai …

                                                                                                  AG

 

 

 

 

 

 

 

 Éne boéne énèe à tértous, pi gramint d'tchots bonheurs bienaises ! 

Un clairon din du temps noér, est aussi bieu qu’un gros solé qu’i brule chés camps. I n’est qu’d’ouvrir ses ziux pi sin tchœur pour nin vir, du bonheur : un sourire d’éfant, un boin gèste, un mot in passant, un poéyisage, éne poégnie d’main, un bé su sin nez, un bieu tableau, éne boéne assiétèe d’soupe aveuc un bout d’pain, un boin fu d’écminèe qu’i craque quante i foait froéd déhor, éne canchon qu’a nos ramintuve chés bieux jours passès, un èrc éd saint Jean (1), un flate din les gveux d’un éfant, un moégneu su éne branque, un co qu’i cante à l’pointe du jour, éne nouvelle jornèe qu’al écminche driére des ridieux qu’oz ouve, éne rose qu’o sint à plein néreinnes, éne page éd live qu’o torne pour nin rouvrir éne eute, un bonjour o bien un pardon, quate-chonq pos din éne allèe d’guérdin au boin temps, o bien un bieu voéyage, un cœup d’téléphone, éne photo qu’a s’démuche d’un live, éne rinconte qu’o n’éspéroait pu : ch’est tout o qu’i foait du bonheur.

Ch’est pour o, voès-tu, qu’ j’ainme miu t’sohaiter éne gronnèe, éne broutèe, éne bégnotèe, éne tralèe d’tchots plaisis et pi d’tchots bonheurs bien aises pour l’énèe qu’al écminche, putot qu’éne grosse boéne énèe qu’a n’dure janmoé pu loin qu’él moés d’janvier.Et pi qu’2016 a n’fuche maouaise aveuc parsonne.

                                                                                  Jacques Dulphy

(1) un erc ed Saint-Jean: un arc-en-ciel

HOMMAGE DES PICARDISANTS À JEHAN VASSEUR

  (Secrétaire des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu)


In-n’hui nos tchoeurs i sont doreux.

No boin  Jehan i s’a in allè.

Ch’étouot un ami pour nous tortous, point épéc, point grandieu,  tchurieu d’tout ch’qui s’passe achteure, partageux d’éch’qu’i savouot, pis aveuc  tours gramint d’finesse dins ch’qui disouot, 

 

A foait du meu d’vir un ami partir.

 

Mais Jehan, i n’étouot point qu’un ami.

             Pour nous chez Picardisants, il étouot  un molé comme no « mète étalon ».

             Quante o n’étouémes point seurs d’un mot in picard, quante o n’savouémes pus si ch’étouot du masculin o bién du féminin, quante o trachouémes cmint dire quique saquoi pis qu’o n’arrivouémes point à déteupeu chu boin vérbe, vite, o z ‘applouémes Jehan.

             Aveuc li, point d’dravie. I wardouot no picard él pus fidéle possibe. Pis pour pérleu, i savouot rouleu chés « r » comme parsonne i n’sait mie pus l’foaire in-n’hui, aveuc  éch’l’accent d’Nibos pis d’no Vimeu.

               I feut dire qu’aveuc sin pére, il avouot tè bién dréchè, pis qu’il a foait un ouvrage du diabe pour éq tout ch’qué sin pére il o écrit i fuche wardè à sins, tout eu aveuc gramint d’érténue, sans janmouais s’mette in avant.      

              Cmint qu’o z’allons foaire sans li ?  Armel parti, pis Ugéne, pis Madame Manier, pis Léopold, pis Jehan : ch’est no pérlage qu’il est casvel achteure !

              Cmint dire qué chagrin qu’o z’ons, cmint dire qu’o sonmes comme si qu’o srouémes imbandonnès.. ;

Oui, in-n’hui, tous chés Picardisants il ont leu tchoeur tout doreu.

No boin Jehan i s’a in allè.

                                                                                   Edwige Fontaine

                                                                                   28 juillet 2015

Doreux : douloureux

Epec : fier


Textes originaux, lus à la séance des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu, en 2011, 2012, 2013 et 2014

                                _____________________________

                                         Ch' canal i s'innuie

 

Ch’ canal i s’innuie

j’l’ai ravisè,

d’in heut d’éch pont

 

Il est langreux

i n’avanche pu

i s’indort

 

Il est tout seu

ch’canal i vient viu

i sroait ti mort ?

 

Ch’canal rimpli d’ieu

qu’a n’bouge pu

plein à raz bord

 

Il est portant bieu

morté nature

qu’a n’dit pu un mot

 

Chés jours courts is sont lo

va vnir novéme pi décéme

oz est gourd, o rinte din l’hivér

 

Hiér, coér, j’élvoais mes zius

pour érbéyer in l’air

j’avoais intindu braire

 

A l’pérte d’ém vue des volèes d'grisèrd

éd miaules et pi d’bétes éd mér,

is criailloai’t in tchittant chés terres

 

Is rapassoai’t édsu d’ém téte

Is muvoai’t din ch’temps

in dessinant des lettes

 

A sintoait ch’froéd

ch’vint évnu d’eute pèrt

qu’i pérche qu’i pique

 

Qu’i cope éch souffe

ch’vint maouais

i m’o dit d’érpédaler

 

Pu fort pu vite

j’ai tè biétot rindu

bien au rados, bien au cœud.

 

Tout l’monde il est conme mi

parsonne én’ traine pu din chés rues

ch’est l’tchote saison

 

Ch’canal i s’innuie d’mi

tout in bos d’éch pont. 

                                                            Jean-Luc Vigneux- 30 octobre 2015


Le canal de la Somme à Grand-Laviers
Le canal de la Somme à Grand-Laviers

« Athalie »par Racine- Lu par Jean Leclerc, séance du 12/11/2014

 

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.

Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,

Comme au jour de sa mort pompeusement parée.

Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté ;

Même elle avait encor cet éclat emprunté

Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,

Pour réparer des ans l’irréparable outrage.

"Tremble, m’a-t-elle dit, fille digne de moi ;

Le cruel Dieu des Juifs l’emporte aussi sur toi.

Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,

Ma fille." En achevant ces mots épouvantables,

Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;

Et moi, je lui tendais les mains pour l’embrasser.

Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange

D’os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,

Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux

Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.

 

                  Athalie (Acte II, scène 5)  

 

Ch’étouot par eune nuit noère, à vo danneu des freus

M’ prope mére Jésabel al a vnue leu dvant mi

Comme el jour qu’al est morte din sin pu riche pleumage.

 Malgré tous ses détours, al étouot coère grandière.

Al avouot meume wardè sin bieu peinturahe clair

Qu’al avouot ieu bien soin d’n’imbrondjeu tout s’ fidjure

Pour tinteu d’ ragreuilleu ch’ qu’o n’ peut pu regreuiller

« Tranne ed peur ! qu’a m’a dit, ti qu’ t’es bien l’ fille à t’ mére,

Ch’ Diu mawais, l’ Diu d’ chés Juifs, i va vnir à bout d’ ti.

T’es bien à plainde ed tchérre intre ses greus vrimeux ».

Comme a vnouot d’ prononceu chés effoéyabes mpts leus,

Vleu qu’au-dsus d’ min lit, s’ n’ombe al a sanné s’ bacheu

Pi mi, j’ li tindouos don les breus pour l’imbrasseu

Mais j’ n’ai pu peu trouvoér qu’un sale touillamini

D’os, pi d’ vian-ne écatie qui trénoait’t din des raques

Des pénées plein-nes ed sang pi des membes tout broéyés

Miés par des tchiens djeulus qui leu pignoait’t intre eux.

 

                                                                 Racine

Traduction par Jean Leclerc

Ch' coeut, cho belétte, pi ch' lapin d' garénne

 

Ch'est l'histoére d'inne belétte qu'alle vient prenne

Ech catieu d'un jonne garénne

Cho belette, ch'est inne rusèe

Mais a n'a point yeu d' meu

Ch' moète i n'étouot point leu.

 

Alle a amnè ses quiques affoaires

Pindant qu'ech garénne i l'étouot parti foaire sin tour.

Trimpè sin poille din l' frectéme

Il a brouttè, lapè, grimpè dsu chés roéyons.

Pi il est rintrè tout duchmint.

O vain Diu! Quoi qui voét? Atampie à l' creusée d'es moéson

Cho bellette aveuc sin neu pointu

-Quoi qu' tu foais ichi?

Tu vas déguerpir in vitesse

Ou j' sors em grosse tchaisse

Ou j'appélle ech garde-champète. Coésis.

 

Chob belétte, hardie comme un leu, a li rinflique :

« T'es seu ! D'où qu' tu viens? Achteur, tin terrieu, ch'est à mi !

Tchèche qui m' dit ch'est à ti? T'as des papieus?

Fallouo point tin alleu din ch' Vimeu.

Ichi, t'es din ch' Pontiu, si tu réstes, tu vas éte pindu !

T'as tè à Gamaches? bien seur, t'as perdu t' plache…

T'es leu, tu trannes, oh, t'as point d' papieu…

Oh, t'es rporsui par chés cadoreux… o bé t'es bieu !

T'es leu, tu rouscailles,

Tu pérles d'un catieu, cha n'est mi qu'un terrieu

A d'où quo n' peut méme point s'ertorneu !

J'ai yeu du meu à rintreu

Point tchestion qu'ej m'invoèches ! »

 

« Mi j' sus ichi ed pére in fiu, dpi chonq générations ! qui dit ch' garenne

Ej tiens min bien d' mes Taions, pi rataions

Nous o sommes des rapides, ch'est point comme ti

Tu n' respèct't té rien ! »

 

« Eh, oh, t'a point tout suivi, y'a yeu la révolution,

Tu n' sros point dévnu un molé "bourgeois",

T'as point vu l' plache qui yeu, tout partout,

Feut apprenne à partageu ! » 

Mais d' qué drouot? Achteur, pasque monsieu i l'a inne moéson à li

I feut qu'es z'eutes i pass'té leu cmin.

Pi quoi coère, tu t' prins pour tchéche? Ti ch' garénne

Tu traches chipouille, comm’ t'es leu !

Pour un piot morcieu d' territoére !

 

"Mais o n'allons mi foaire la djerre

Si o z'alloémes vir ech l'arbite,

J' nin connouos un qui n'a point d' brin din ses zius

Quoi qu' tin dis?"

 

"Fin bien, oz y'allons".

Es zé vleu dvant ch' l'arbite, ch'étouot un coeut aveuc gramint d' métieu !

Quant iz za vu, iz zé foait mette l'un à s' gueuche, l'eute à droéte

Pi i leu dit: "perleu fort, achteur qu'ej sus viux, ej sus sourd !

I l'étouot sourd, mais i l'avouot coére inne boénné panche

Pi quand i l'a vu ch' tableau, i s'est dit: min rpeu i l'est foait !

Un coup d' patte à gueuche, un coup de patte à droéte:

Chonq segondes apreu

Y'avouot pu d' garenne pi y'avouot pu d' belette

 

Feut ti s'immerdeu à régleu tous chés problémes?

 Essai de traduction par André Guerville de la célèbre fable de Jean de la Fontaine: "le Chat, la Belette et le petit Lapin".

Eune canchon à la Noye…

 

Ié n’eu qui s’in vont in vagances

In Afrique o bién in Asie.

D’z’eutes aimt’té miux resteu in France

Pis visiteu no Picardie.

 

Nous tou o z’ons des bieux poéyis

Aveuc des noms à foaire rêveu,

Des piots morcieux d’éch’ Paradis

A d’où qu’o peut t’ête fin heureux.

 

Chés piots rios, a foait eune riviére :

I viennt’té sé j’teu dins la Somme

Meume éch canal Lamoriciére

Qu’i pérouot qu’ch’étouot in grand homme.

 

Mie d’zoin d’Egypte pour vir éch’Nil

Pis qu’o z’ons ch’gué aveuc éch’ l’Avre,

Pis pour vir chor’riviére des Iles,

Mie d’zoin d’prinde un batieu au Havre.

 

Trimpeu ses pieuds dins l’ieu d’Cologne

Tout restant dins no Picardie

Et pis s’assir sus eune casselongne

Pour pétcheu chés pichons d’chot’ Trie.

 

O z’ons étou chu Saint Landon

Pour alleu laveu ses queuqueus,

Chu grand et pis chu piot Ingon…

Mais qu’est bieu dins chés poéis-leu !

 

O z’ons chot’Tortille pis chob’Beine,

O z’zé vouot couleu dins chob’breume,

Cho’n’Noëlle, chol’Luce, cho’j’Germaine…

Ch’est des rios aveuc des noms d’feume.

 

O z’ons ch’l’Amboése, ch’ru Saint Firmin

Pis o z’ons ch’l’Ancre aveuc éch’Doigt

Pis coére ch’l’Hallue, chos’Selle pis ch’Dien,

-A foait eune canchon à la Noye-…

 

O n’mantchons point d’ieu péri chi,

-Pis jé n’pérlé point d’chés mérais !-

Mais ch’pus bieu, à m’n’idèe à mi :

L’Avalasse, d’Rembehem à Arrest.

 Edwige Fontaine, présidente des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu

Quoi d' pu bieu qu'inne goutte ed ieu !

 

Oz aveu déjeu vu inne goutté d ieu, bien seur. Est bieu à vir quant al déroule dsus inne creusée par temps d’ pleuve. Mais aveu vous déjeu rbéyé inne goutté ed ieu ? Quoi qu' tu voès din inne goutté d ieu ? T'as idèe qu' commeu qui ya rien à rbéyeu, rien à sintir, rien à tateu, a n' sert point gramint d'y mette ses douots ? Ch’est eu qu’ tu dis ? T’as idée de, hein ?

Et bien min paure piot, t'arrives din ch' monne : t'os tout à apprénne, pasqu'inne goutte ed ieu : ch'est la Vie, qu'al est bigremint forte d’un côtè, pi casvelle ed l’eute. Al ecméche par evnir au monne no pieute gouuté ed ieu et pi s' pieute vie a n' dure jamoais, cho pieute goutte a s' dépèque ed sin n' alleu, épi yé n'a inne eute qu'al vient austot derriére elle, pour el rimplacheu. Ya des coeups, al prind sin temps ahotchée à cho creusée, et pi des coups q'al va à inne vitèsse du diabe intrainèe din l' courant d' cho riviére. 

Inne goutte ed ieu, ch'est comme el panche d'inne féme qu'al attind un piot; al port' étout din s' rondeur, la vie ! Mest avis éq' no pieute goutte ed ieu al est quasimint l' méme qu'au cminch'mint, i yo troés miyards d'énnées : a na point viusi ! A n'a point cangé, ya des siéques qu'o dit : " I sé rsann't comme deux gouttes ed ieu".

Cpindant do ieu, i nin feut pour tout l' monne, chés bétes comme chés gins. Epi chétleus qui nn'ont point, i sont bien do misér. L' prochain coeup qu' tu sros aglavè é pi qu' t'o invie ed bibronneu, tu prins do ieu (ch'est coére éch qui ya dé miux, quanq t'as souo), pésse zi, tu bouos l' monne intier, et pi l' vie du méme coeup, pi dire éq' tout eu, an' s'arréte jamoais. Comm’ est bieu do ieu ! ! 

Chés savants i zont bieu tracheu édpi deux siécs, i z'ont bieu rzieutés aveuc des leunettes espéciales qui grochit'ent pu d' mil fouos cho goutte ed ieu, i n'ont mi jamoais rien trouvé d'eute qu'un molé d'oxygéne et pi un molé d' hydrogéne et pi ch'est toute : o sommes bien avanchès ! Cho ieu al warde sin scret edpi des siécs ! Al foait bernique à tout l' monne. 

Erbéyons un molé sin voéyage : in preume, din ch' ciel, chés nuèes qui s' mettent à braire fil à msure qui sont quertchées, pi ti, pieute goutte ed ieu, tu tchès tout duchmint quanq t'es bien leunée, ou bien tu tchés comme vaque qui piche ou bien coère aveuc un buzin d'infer, ch'est slon. Acouteu el boucan d' chés gouttes ed ieu quante i pleut à l' dague din chés flaques ou bien chés rios. Epi, in crechéndo, ch' busin i dvient do musique.

Tu foais du bien à no gardin conme din chés camps, sans ti point d' lédjeumes, point d' blè, point d'avinne. Quand tu tchès trop dru, qu'o dit cho pleuve al tchè comme vaque qui piche, i n'a l' mitan qui va din chés riviéres, ou coére sous térre ! Tu foais semblant d'et perde, épi, un jour ou l'eute, tu rtrouves tin cmin, tu rtornes din la mér. O poveu croére qu'éch voéyage i l'est fini. O n' y'éte point, ch'est justemint leu qu'a rquéméche. Apreu chop pleuve, ch'est tours l' bieu temps, a n' cange point dpi qu'éch monne i l'est in plache. L' bieu temps, ch'est l' solé ! L' solé qui n'inléve quiques morcieus pour es z'imner din chés neuées. Qué bieu voéyage ! D'éch paradis, tu rviens su l' térre, tu coésis tes poéyis, leu qu'éch solé i n' tape point trop fort pour éq' tin voéyage su la térre i durche un molé, et pi tu rtornes din ch' ciel, din ch' paradis…pétète… Tu n' nin foais des tchilomètes ! 

O dit d' ti éq' :

Quante oz é pour es noéyeu, o s' n'oérouo din inne goutte ed ieu.

Chés maouais, i dit't :

T'as point invinté l'ieu coeude

Ya do ieu din ch' gaz.

O perle seurtout d' ti pour éch temps :

Pieute pleuve foait tchérre éch grand vint.

Ch'est du temps dé tchien !

Mais o dit étout :

Ch'est du boin temps pour chés guernouilles!

Al brayouo comme un vieu, al o telmint brai qu'oz érouo cru qu'a vnouo d' laveu sin pavè.

I pleut, feut foaire conme à Paris, min fiu, feut laicheu tchére ! 

Cho goutte ed ieu al est si appréciabe qu'oz a fini par li foaire des catieus : des catieus d' ieu. Quiques pouéyis i zz'ont même peinturlurèes. A Feutchéres : i zont tè dusqu'à mette H2 pi O dsu ch' couplet, à Flésselles tout preu d'Anmiens, iz'ont peint chés beudets, à Nors, chés molins, à Glisy, Coésy, Lanchères, i n'sont point drus chés poéyis, mais a cméche à vnir ! 

Pieute goutte ed ieu, ya qu'a rbéyeu, leu qu' tu n' tchès point, chés gins i meur't ed souo. El jour ed pleuve achteur, o pins'reu à l' bieutè d'cho goutte ed ieu, à l' richèsse ed chés miyards ed gouttes ed ieu, qui z'apporté tout partout. An' sert à rien d' romionneu apreu ch' temps, pasque du méchant temps qui n'dure point, ch'est du boin temps. Pieute goutte ed ieu, si belle et si rétuse, continue tin cmin, continue à voéyageu, t'in alleu , pi seurtout dé rvénir, pasque sans ti, o n'sroèmes point leu.

 

Chipilly
Chipilly

 

Chipilly

Cette sculpture représente un artilleur britannique qui tient dans ses bras la tête de son cheval blessé

ECH BIDET SOLDAT .

Ech' Bidet Soldat est lo tout raplati

Ech' Bidet Soldat vo biétôt partir

Sin mouaite d’arme tout clabeux

Tient s’ tête dins ses bros

Pis ses zius lérmoéyants , voé‘t té passeu

Tout chés méchancetés d’ la vie

Tout chés pitiès du monne

Tout chés compassions

Ech' Bidet li, à l ‘ordinaire i n’étoét point peureux

Mais lo, por eune preume

I o la frousse

Li , i o vécu el ‘ glouère d’chés attatches

Ed' galoper à flanc-étrieu dins chés plain-nes

Sin' ardent soldat , ingvaleu d’sus sin dos

I o vécu dés batailles , chés honneurs

Jamouais , O grand jamouais

I o ieu peur

Alors un viu gwo-canon , un briscard s’est foutu d’li

Pis por mantcheu d’ honte

O l’y o attelé un canon

Meume el ‘ cantine i o tiré

Dév’nu un simpe gwo

Chés quèrques is ont tchitté , dés draclures d’sus ses flancs

I o halé chés ambulances

Plein-nes d’Hommes éscofieus

Litchidés

Meume i o té chnaillé por s’déhaler d’ chés raques

Mais tojours , i n’o point mantché d’avancher

Au vrépe i vo s’ in alleu

Ch’est un molé gramint éd ‘ trop por li

I n’ s’ra point longtemps à défileu

Sin mouaite d ’arme tout clabeux l‘o preind dins ses bros

Por i pèrler eune darin-ne fouos

D’ chés vèrts paturages d’leu Inglétère

Deuch sifflotage dech vint d’sus crignére

Deuch tans si clèr pis del complainte d’chés rios

D’ses galops à flanc-étrieu dins chés sabes

Por toute dèrgne .

Ech’ GéGé d’ Oésemont ,

le 10 Séptéme 2014 .

Inspiré du poème trouvé sur la toile :

Le cheval-soldat

Le cheval-soldat s'est couché

Le cheval-soldat va mourir

Dans les bras du soldat dévasté.

Et toute la cruauté de la vie,

Et toute la pitié du monde

Et toute la compassion

Passent dans les yeux du soldat

Et le cheval a peur

Pour la première fois

Il a peur

Il a connu la gloire de l'offensive

Les galops fous dans la plaine

Le courage du soldat sur son dos

Il a connu le feu et les honneurs

Jamais il n'a eu peur.

Alors un cheval-canon lui a ri au nez

Et comble de l'humiliation

On l'y a attelé

Il a tiré même la cantine.

Devenu cheval de trait

Les flancs blessés par les charges

Il a traîné les ambulances

Les hommes sacrifiés

Immolés

On l'a frappé pour qu'il avance

Et toujours il a avancé

Ce soir il va mourir

Trop c'est trop

Il n'ira pas plus loin.

Dans les bras du soldat dévasté

Qui lui parle une dernière fois

Des vertes prairies d'Angleterre

Du vent qui siffle dans sa crinière

Du grand ciel et du chant des ruisseaux

Des galops sur la plage,

Une dernière fois.

 

Textes d'auteurs traduits en picard

Textes lus aux séances des Picardisants du Ponthieu et du Vimeu, entre 2006 et 2009. Traduction par André Guerville.

Jean Racine:" les Plaideurs"

Chés Plaideurs ed Jean Rachin-ne. O connaisseu, bien seur, ch’est l’ seule comédie d’ech grand homme ! O z'oublie souvint qu' Rachin-ne, ch'est un Picard, est boin dé l' rappleu. I l'est nè à la Fertè-Milon, point loin d' Chateau-Thierry. I s’étouot mérié à 38 ans, aveuc inne féme qu’al habitouot du côté d’ Montdidier. Y ya foait sept piots. I m' sanne qui n'a jamoais écrit in picard. Edvant chez Plaideurs, i l'avouot bien écrit Andro..maque, mais à pert ech tite, i ya point gramint d' picard eddins. Pu ters, y' avouot étou Ichi…Génie ! Dins s’ piéche, "les Plaideurs", qui l'a écrit à 29 ans, i met in scéne, un portieu, mon d’un juge qui l’a foait vnir essprés d’Anmiens. Innui o dirouot cha sro un conciérge. Feut ti rappleu qu'o sommes in 1668, met avis qu’ no personnage qui s’applouot Petitjean ( pour nous, a sra Piotjean) i n’ perlouot point gramint ch' français. Sin role i n’est mi gramint important, au preume abord, mais quand o rbaie bien, il est au tchoeur ed cho piéche. Din ch’ temps leu, i y’avouot mi d’ téléphone, os servouot d’ech portieu pour foaire transiteu chés mots d’ billets, tous chés screts i passoé’t par li.

Quoé quo peut dire d'eute dsu Piotjean, o peut dire équ ch’est un didru, i pérle souvint pour né rien dire, ch’est un rédeu étou, pi un imbléyeu. Mais ch' qui montre el plus sin caractére ed Picard, ch'est qui pérle aveuc gramint d’esspressions ed no pouéi, qui sont coère innui des provérbes conme :

 

Ma foi, sur l’avenir, bien fou qui s’y fiera

Tel qui rit vendredi dimanche pleurera

On apprend à hurler, dit l’autre avec les loups

Sans argent, l’honneur n’est qu’une maladie

Qui veut voyager loin ménage sa monture

 

L’idée ch’est d’ traduire in picard cho première tirade ed cho piéche (inne chinquantaine d'alexandrins) énonchés pour ech coup aveuc du vrai picard. Pu d’ trouos siéques apreu, dins inne piéche qu’o z’appelle chés Plaideurs, o z'alleu m' dire, a n’est qu’ justice !

 

Ech décor, o sommes dsu inne plache aveuc din l’ fond ch’ tribunal, à cotè, el moéson d’éch juge. Il est 10 heures du soér. Dsu ch’ réverbére alleumé y'a inne pancarte aveuc écrit dsus : "arrét d’ cho diligence ". D' leu, ch' l'esspression: "foaisons diligence".autremint dit:

" Dépetchons nous".

Achteur o peut cmincheu. Piotjean i rétre in scéne, i l'est tout seul. I traine aveuc li un grand sac din ltchél, i yeu tous les procés d' sin moète.

  

 

LES PLAIDEURS                                                Jean Racine (1639-1699)

 

                           ACTE 1 Scène 1

 

                                PETITJEAN[1]

 

Chti qui magine edmain, oh, i 's' berlure souvint

Tu ris ch' Jeudi au soér, tu brais ch' Samdi matin

Ya quiques temps d'eu, un juge i m'a prins dins s' boutique

J' sus vnu d'Anmiens pour éte portieu d' l'arrêt publique.[2]

Aveuc tout preu chés Normands, bénne d'imbléyeus

Hé! T'apprinds vite à siffleu au mitan d' chés leus

Mi, tout Picard qu'ej sus, j' vos l' dis, j' sus un boin fiu

(Ej' foés clatcheu m' cachoére, oh, miux qué z'eutes, vain diu) (rires)

Méme si j' rote, si j' péte, méme si j' pu du tchu, vain diu.

Chés pu gros bonnets, disoét't, leu capieu jusqu'in beu

Des "monsieurs de Petit Jean", bè gros comme min breu

Mais chés médailles sans sous, ch'est pire qu'inne maladie.

Feut point croère qu’ej donne mes sous, ej’ donne ém n'avis (rires)

Pi t'avouo bieu soulveu, pi inlveu tin capieu,

T'introuo point à no moéson sans graisseu ch' martieu

Point d'ergint, point d' hérin[3], épi m' porté freumèe,

I feut dire qu'à no moète, j'y rindouo la monnouaie

Y'a des coups o comptoèmes, ch'étouot mi qu'acatouo

Ch' feurre, ech foin, chés candelles, pi tout ch' qui fallouo.

J'éne va mi continueu à rbéyeu torneu ch' beurre[4]

Du brin, j' vos l' dis d'imblèe, Piotjean, ch'est li ch' meilleur.

Il a vétchu, sin métieu incrontchè din s' panche

Tout y s'a touillè, pi is' yé prins comm' un manche

Qué diabe équ ch'est no moète, i n' feut point laicheu foère

I sro capabe d'es coutcheu sans mieu, pi sans boère

Y'a des coups, j'y disouo: "Monsieur Perrin Dandin,

Ch'est mi l' peinne ed vous lveu à chonq heures du matin,

Chti qui veut alleu loin, i s'otchupe d'es n'attelage,

Buveu, pi mingeu, éne vous metteu mi in nage".

I nn'a foait qu'à s' mode. Innui, il est estchintè

Qu'o dit, tout partout, qu'es chervélle a l'est trutée.

I n'a pu qu' deux mots din s' bouque: jugmint, pi procés

D’un étron, i foait un sermon, miux qu’un tchurè.

Tétu comme un beudet vla ti point qui prétind  

S' coutcheu tout habillè sin capieu d'bistincoin.

I décapite sin co, paure béte, sans tchu, ni téte

Qu'al l'avouot réveillèe quiques temps dvant l' pointelétte

Un paure lazére qui passouo l'o tè atchusè

Sans qui peuche es défenne, ed l'avoèr soudoéyèe.

Edpi ch' temps leu no citoéyin i l'a bieu foaire

Sin fiu i n' veut mi pu qu'o li perle ed d'affoaires.

O l' wardons long du jour pi d'el nuit. Est égal,    

Mi, j' sus ichi, pi li à sin… conféssionnal.

Des fouos qui s' seuv't, j' sus dvant chop porte, atampi,

I s'erbiffe, fiertchu, comme ech cayin d' no corti.

A vous offénse si j' dors ichi? J'ai rudmint sommé

Ej n'arréte point d' bailleu, min sac ch'est min cavet.[5]

Foètes ech qu'o voleu, mi, cho nuit chi, feut qu'ej dorche!

Du brin Dandin, feut qu'ej rétchupére, j'ai bsoin d' forches

Comme o foait sin lit, o s’ couque ! Boénne nuit !

 

 

[1] Petitjean ou Piot Jean

[2] Ou arrêt public pasque éch tribunal, i l'étouot tout preu d'éch l'arrêt d'el diligence!

[3] A rapprocheu d'ech l'esspression: "chatchun sin pain, chatchun s' n'hérin". Feut dire qu'ach l'époque leu, ech l'hérin, i l'avouot gramint d'importance. O z'apprins per exempe, qu'ech compte du Ponthieu, i donnouot à N-D d'Epagnette( chés soeurs ed l'abbaye, probabe) pour gagneu sin paradis, des tonnes d'hérins tous l' z'ans in novéme. Les taïons d'ech piot Florian l'ont tè alvés aveuc ed z'hérins. Hein, i s'éne nin passe dins des piot pouéis d'erien, hein !

[4] Ch'est inne variante d'ech l'esspression: " torneu autour d'éch pot". Feut savoèr équ cho barratte a l'a tè invintèe in 1650, quiques temps edvant qu' cho piéche al fuche écrite.

[5] Cavet: ch'est un oreiller

Arthur Rimbaud 1854-1891

 

Il est nè, point loin d'ichi, à Charleville ! I l'a tout écrit intre 16 ans pi 21 ans, leu i l'a prins s'ertraite ed poéte, pour moérir à 37 ans !

Yé neu, qui l’ont applè : Bieu rognon, Tchèque equ cha peut ète ? Bieu pour Beau, est aisé, hein, Rognon a donne "rein", autremint dit : a foit beau rein, ou Rimbaud, feut foire torneu ses méninges, oz y’ètes ?

Si o voleu bien, comme a n'est point long, o z'allons el lire éch poéme in français edvant d'el lire in picard. O z'avons coési un poéme qu'o connaisseu bien, equ Reggiani i l'a mis do musique derrière.

Ech tite:

Le dormeur du Val

 

C'est un trou de verdure, où chante une rivière

Accrochant follement aux herbes des haillons

D'argent; où le soleil, de la montagne fière,

Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons

 

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

 

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme:

Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine.

 

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Ervénons à ch’ téxte, foésons comme si o z’étoèmes au ras d’ chés pacrettes:

 

- un treu d’ vérdure : o porrouo dire inne flaque ed ieu, non ?

- inne rivière qu’alle cante : j'ene n'ai vu des riviéres, y’a des coups, ej mets m’n’eureille, pi j’ n’intind rien, quanq j’intind quéque chose, ch’est tours el mémé air, mais jamoais d’ canchon !

- accrochant follement aux branches des haillons d’argent, i l’annonche cho couleur aveuc ech mot folmint ! i n’est point din s’ n’état normal, o l’ voit juste apreu quant i dit : " ch’est des haillons", vla qu’ chés des haillons achteur !! des nippes, des viéilles nippes autremint dit des loques, et chés loques leu, acouteu bien, alles sont in ergint, pi ahotchès à ch l’herbe, metavis qu'a n’ vont point resteu leu longtemps

- o z’avons vu étou qu’i l’avouot mis el téte d’ech soldat din du cresson bleu, o n’aveu déjeu vu, vous, du cresson bleu ? Quant o zé poéte, o s’permet toute ! comme chés peintes qui mett't des ziux d' gogneu à chés gins, pi leu bouque ed berlong. Pi o dit: " Oh, qu'est bieu, ch'est un chédeuve!"

Cho ligne in dsous, i l’écrit coére : "la lumière pleut", inne leumière qu’al pleut, mi j’ene su point conte, mais i pleu do ieu, i chét des neiges, mais do leumiére ? Ah, oué, leu oz i sommes, ch’ poète i l’a trachè inne rime pour pleut, pi i l’a trouvé du cresson bleu ! bleu, pleut, est rédeu, non ? El véritè, ch’est qu’il l’a yeu inne bleuze vue, pi din s’ caouétte, ch’ crésson i dévnu bleu, à quoi qu’a tient un bieu poéme ! ! ! Pi mi feut qu'ej traduise "cresson bleu" in picard, leu, dvant vous, leu, o m'attind à ch' tornant ? Alors ecmin qu'o foait? Bé, o né l' traduit point, o passe sin cmin !

Mais o z'avons foait inne eute lécture, ch' coup chi aveuc des mots in picard. D'apreu mes rinseignmints, déteupès à l' source d'Epagnette (o connaisseu probabe, Epagnette?) o n’a jamoais traduit du "Rimbaud", in picard, ch’est inne preumiére, alors ej vo dmande d’avanche gramint d’indulgence !

Ech dormeu d' cho vallée, a porrouo éte étou:

                                    Laichons llé dormir

Ch'est un rieu d'ergint au mitan d' cho verdure

A d’où qu' creplure, dintlure, i rim't aveuc glénure

Ech solé l'a du meu à percheu chés neuèes

I finit par donneu do l' leumiére à l' gronnèe.

 

Un jonne soldat, ses pieuds din l'ieu, pi s' téte sans couvert

Foait sin somme. I rbai ch' z'étoéles ses zius grand ouvert

Ramonchlè din ch l'hérbe comm' un piot din l' panche d'es mére

I prind l' lit d' cho rivière, comme si ch'étouot sin bér.

 

Ses cveux i vol't au vint, pi aflat't es' fidjure

Nimbé dins cho frectème, il a inne fiére tornure

No z’honme. Solé, récauffé llé, il a frouod.

 

Chés odeurs i n' font pu frincholeu ses narin-nes

Trintchille, i dort din ch' solé, es main dsu s'poétrin-ne,

Il a deux bélles taques ed sang, long d' sin cotè drouot.

Louis Aragon 1897-1982

Essai de traduction du poème:

 

Il n'y a pas d'amour heureux

O n' touille point amour pi bonheur

 

L'homme i n'a rien a li équ momintanémint

Méme point s' forche, es faiblesse ou coère ses sintimints

Pi quand i l'ouve ses breus, s' n'ombe alle déssine inne crouox

Quand i tient sin bonheur, i cméche par el broéyeu

Es vie, ch'est un tchurieux pi douloureux tourmint

   O n' touille point amour pi bonheur

 

A quoi qu'a peut rsanneu un soldat sans fusil

A quoi qu'a sert d'aimeu si ch'est pour es foaire tueu

Ya toujours des indrouots pour es foaire berzilleu

Qu'o n' peut mi éte heureux dsu l' terre aveuc tant de meux

Chés djérres i vous impect't ed crieu viv' la vie

   O n' touille point amour pi bonheur

 

Em pieute berluque, min gros pouchin, em douche moétié

T'es toujours din min tchoeur comme un moénieu bléssè

Chetleus qui n' sait té point i nous rbai't in gognant

I répét't apreu nous chés mots qu'o z'ont forgès

Epi qu' pour tes grands zius i z'ont tè gadrouillès

      O n' touille point amour pi bonheur

 

El temps d'apprenne à vive, i l'est déjeu trop terd

Pindant qu' nos tchoeurs i brait't insanne terd dins la nuit

I nin feut du malheur pour inne toute pieute canchon

I nin feut ti des rgrets dvant qu'on s' foèche inne raison

I nin feut ti des lérmes pour jueu l'air des lampions.

   O n' touille point amour pi bonheur

 

Pi dins tous chés amours, chés tchoeurs i sont meurtris

O peut vir ech malheur din inne fleur épénie

I r'sann't à un boutchet aveuc des fleurs flétries

Pi vient tours el momint d'où qu' cho source a s' tarit

Equ cha fuche pour chés gins ou coère pour tin poéi.

       O n' touille point amour pi bonheur

Jacques Brel 1927-1977

Essai de traduction de la célèbre chanson: " Les Vieux"

Chés Vius

Chés Vius i n' perl'té pu ou alors tout duchmint aveuc el bout d' leus lippes

I n'compt' té pu leu sous, i n' sé font pu d'idèes, leus tchoeurs leus a jué ripe

O sint din leu moéson, des épices, du sin boin, des odeurs d’éch boin temps

O n'sait meume pu d'où qu' t'es, quanq tu n'as pu d' poéi, quanq tu vis trop longtemps

 

Ch'est ti qu'i z'ont trop ri équ' leu voéx a s' berzille quand i perlé d'hiér

Ch'est ti qu'i z'ont trop brait équ' leus zius resté sés, leus tchoeurs in bindouliére

Et s'i trann't un molé, ch'est l' peur ed vir viusir, choc comtoèse din ch' racuin

Mertcheu ch' temps d' sin battant, qu'al dit oui, qu'al dit non, qu'al dit : ej' vo z'attinds.

 

Chés vius i n' rév't té pu, leus lives i sont freumés, chés disques i sont rayès

Ech' piot cot i l'est mort, cho pieute goutt' du diméche a n' zé foait pu canté

Chés vius i n' boug't té pu tell'mint qui sont usés, leu monne est trop porri

Du lit à choc creusèe, pi du lit ach cadot, épi du lit ach lit

 

Epi s'i saqu't té coère, attifés tout in noèr, un pieud din choc chimtiére

Ch'est pour suire au solé, ch' l' intermint d'un pu viu, ch' l'intermint d'inne pu fiére

Epi pindant qui braientt', oublieu tout ch' temps leu, choc comtoèse din ch' racuin

Mertcheu ch' temps d' sin battant, qu'al dit oui, qu'al dit non, in fin d’compte, qu'a zz'attind

 

Chés vius i n' meur't té pu, i freum' té leus zius, i n' sé réveill'té point

Is s' tienn'té par leus mains, por suire leus rud's ecmins, qui zé mén't à la fin

Pi l'eute i reste leu, éch meilleur ou bien ch' pire, taïonne ou bien taïon

Ch’est tours el meume canchon, échti des deux qui réste i sé rtrouv' in prison

 

Pi o l' vérrez surmint, es caouette din ses mains : il est mort quasimint

I trécope ses jornées, i s'estchuse d'éte coère leu, d' éne point coère ète pu loin

Et pi vlo ch' darain jour, qué bonheur d'éne pu vir choc comtoèse din ch' racuin

Mertcheu ch' temps d'sin battant, qu'al dit oui, qu'al dit non, qu'a li dit : ej t'attinds

Mertcheu ch' temps d'sin battant, qu'al dit oui, qu'al dit non, épi qu'al no z'attind