ABRIBUS EN PAYS DE SOMME

 

Nous nous sommes souvent posé la question suivante : quel est le patrimoine que nous laisserons à nos descendants ?

Dans les villes, le mobilier urbain a surtout l’avantage d’être fonctionnel et le

restera vraisemblablement. Il n’est pas sûr qu’il traverse les siècles.

Dans les campagnes, il en va tout autrement, car des efforts sont faits pour donner un nouvel éclat à ce Patrimoine rural de manière à l’intégrer davantage dans le paysage. Nous pensons aux abribus.

A Folleville, l’abribus qui ressemble à un pigeonnier a le mérite de l’originalité. A Canaples, à Blangy-Tronville, à Estrées-Mons, au Petit-Framicourt, sur une assise de briques, se dresse une ossature de bois. A Molliens-au-Bois, on a choisi une srtrcture avec pavés de grés tandis qu’à Mons-Boubert, on a joué avec les briques et l’ardoise. Montonvillers s’est doté d’une structure hexagonale.

La palme revient au village de Toeufles (hameau du Chaussoy) où l’abribus est parfaitement adapté aux lieux. Les membres d’une association ont réalisé un

abribus en torchis.

D’autres villages dans le département ont mobilisé les jeunes pour dessiner des

fresques éphémères: Gentelles, Bayonvillers, Lamotte-Warfusée, Lignières-les-Roye, Raincheval, Vaux-sur-Somme et Wanel (commune d'Hallencourt)

Folleville
Folleville
Fréchencourt
Fréchencourt

ABRIBUS AVEC FRESQUES

Gentelles
Gentelles
Velennes- Photo Patrice Lenne
Velennes- Photo Patrice Lenne
Une des 3 pompes Dragor de Velennes- Photo: Patrice Lenne
Une des 3 pompes Dragor de Velennes- Photo: Patrice Lenne

 

  

Velennes

 

Ce petit village du canton de Conty de 150 âmes possède à lui seul, trois pompes Dragor dont une a trouvé refuge dans un abribus. Sans doute une manière d'apprendre aux enfants, ce qu'était une pompe Dragor.

 

 

La pompe Dragor a été inventée en 1919 par Henri Legou et constitue à l'époque une petite révolution. Une manivelle actionnait une poulie et une large courroie sur laquelle étaient fixés des godets. Ceux-ci recueillaient l'eau de la nappe qui ressortait par l'extrémité de la pompe représentée par une tête de lion.

 

Ercourt-Photo: Patrice Lenne
Ercourt-Photo: Patrice Lenne

 

 

 

 

 

 

ERCOURT

 

Voilà ce qu'est devenu le bâtiment qui servait de remise à la pompe à incendie: un abribus