Enrichissez cette page en écrivant à Contact > Accueil > Abbeville insolite

   > Amiens insolite > Doullens insolite

LE PATRIMOINE INSOLITE

de A à C

Statues, plaques, enseignes, arbres, monuments

Dompierre-sur-Authie- Photo de René Tabart
Dompierre-sur-Authie- Photo de René Tabart

Le patrimoine insolite est d'abord celui qui éveille la curiosité et qui n'est pas répertorié.

On peut prendre l'exemple de la colonne de brique qui représente un point géodésique.

Si beaucoup de ces colonnes ont disparu, il en exite encore une petite dizaine que nous avons plaisir à rechercher.

Le but de cette page est de recenser tout ce patrimoine dont on ne sait pas toujours dire le nom.

Tout le monde peut enrichir cette page en transmettant ses trouvailles à:

 

 Richesses en Somme

André Guerville

13, rue Clemenceau

80600 Doullens ou par

email à: andreguerville@free.fr

Ailly-sur-Somme

Ailly-sur-Somme- Le long du chemin de halage
Ailly-sur-Somme- Le long du chemin de halage

Ailly-sur-Somme

Le restaurant sans étoile n'est pas dans les guides. A la sortie d'Ally-sur-Somme en se dirigeant vers Picquigny, vous le découvrirez en empruntant le chemin de halage,  tout près d'une borne en tuf et les canards sont là qui vous attendent.

ALLAINES

Allaines- "La Tortille". Photo: Anthéa et Nathanaël
Allaines- "La Tortille". Photo: Anthéa et Nathanaël
Allaines- "La Tortille". Photo: Anthéa et Nathanaël
Allaines- "La Tortille". Photo: Anthéa et Nathanaël

Ni tout à fait cascade, ni tout à fait lavoir, ces constructions de brique sont là pour réguler le cours de la petite rivière: "La Tortille", qui prend sa source à Manancourt et qui se jette dans la Somme, près du hameau de Halles (Péronne) après avoir traversé Moislains et Allaines.

Observons la belle décomposition de la lumière sur le mur de brique pour un petit arc-en-ciel.

ALLERY

Eglise d'Allery
Eglise d'Allery

Allery

On cherche l'internaute qui pourrait donner le sens de cette sculpture insolite sur un des contreforts de l'église d'Allery: un cochon qui n'a rien à voir avec celui de saint Antoine et une curieuse étoile à sept branches.

AMIENS- Boulevard de Belfort

La Maison de l'Octroi-Amiens
La Maison de l'Octroi-Amiens

AMIENS

Les visiteurs qui passent dans le square Montplaisir, le long du boulevard de Belfort et qui ignorent l'histoire d'Amiens, se posent la question : "A quoi peut bien servir cette grande bâtisse?". C'est tout simplement la maison de l'octroi (1) qui se situait à l'origine, rue de Noyon et que la commune a remis à cet endroit.

(1)Maison où l'on payait des taxes pour faire entrer certaines marchandises

AVELUY

La nymphe d'Aveluy
La nymphe d'Aveluy

Aveluy

Ce village ravagé pendant la première guerre mondiale a servi de base arrière pour les français, de septembre 1914 à juillet 1915.

En 1916, pour commémorer le centenaire de cette guerre, la commune a décidé de copier l’œuvre éphémère de soldats français : « la Nymphe d’Aveluy », une œuvre anonyme pour des artistes d’un jour. 

BAISIEUX

Le château de Baizieux et sa licorne
Le château de Baizieux et sa licorne

Baizieux

Le château a été construit en brique, au XIXe siècle par l'architecte Paul Delefortrie, pour la marquise de Lameth. Sa haute façade en brique s’inspire de l’architecture des 16e et 17e siècles. Traitée dans le goût riche et pittoresque de l’époque, elle est équilibrée en dépit de dissymétries évidentes et de la démultiplication des décrochements, des pignons aigus et des ornements de pierre. Parmi ces ornements, on remarque une curieuse licorne en pierre qui trône au sommet de la toiture.

« Gentilhommières en Pays de Somme- Amiénois et Santerre » par Philippe Seydoux

 

La licorne du château de Baizieux- Ph: Rémy Godbert
La licorne du château de Baizieux- Ph: Rémy Godbert
Photo: Rémy Godbert
Photo: Rémy Godbert

 

 

 

 

 

Beaumetz (canton de Bernaville)

 

Cete lucarne originale est visible sur la gauche de la route, à la sortie du village de Beaumetz quand on se dirige vers Abbeville.

Beauquesne
Beauquesne

A Beauquesne, canton de Doullens, se trouve le joli mur en brique d'une ancienne grange qui porte la date de 1838. Ordinairement, la date inscrite par le propriétaire se fait, soit avec des lettres de fer, soit avec une inscription dans un cartouche ou encore plus simplement avec des chiffres gravés sur une poutre.

Ici, nous avons une date qui s'étale sur plus de 20 mètres avec des chiffres inscrits dans un cadre d'1,50 mètre de côté, entièrement en briques disposées en chevron pour le fond. Les chiffres des briques sont en relief tandis que le cadre est fait de briques biseautées.

Beauval- Canton de Doullens- Juillet 2011

Patrimoine fragile et éphémère, que celui exposé à la "réderie" du village, un beau dimanche de l'été: le joueur d'orgue de barbarie pour faire rêver les enfants, un crapaud de faïence et un amortisseur de marque coincé entre deux tableaux de maître ! !

Berneuil- L'ancien asile de nuit
Berneuil- L'ancien asile de nuit

 Berneuil

1886 : promulgation des premières grandes lois d’assistance aux personnes. Les mendiants, les vagabonds et les sans-abris sont regroupés dans une seule catégorie : les pauvres. Il est recommandé dans toutes les communes du monde rural de mettre à la disposition de cette catégorie de personnes, un asile de nuit. C’est ce qui est fait à Berneuil en cette fin du 19° siècle. A l’intérieur, cette petite maison de brique avec une simple paillasse, une chaise et une table, servait d’asile de nuit. Et cet abri, qui est devenu un entrepôt pour la commune, est toujours là, en 2013.

Berneuil- Un des blochets de l'Eglise Saint-Pierre

 

Eh oui, j'ai des cornes,

Croyez-vous que je sois un diable ?

Ou simplement un cocu ?

Croyez-vous que je meure de soif ?

Sans doute les trois:

Cocu satanique décidé

A se perdre dans un Divin breuvage

Et qui vous tire la langue

Enfin qui vous emmerde !

Quelques hypothèses parmi d'autres pour expliquer cette création de l'imagier facétieux du Moyen-Âge.

BERTANGLES

Le puits et le manège de Bertangles
Le puits et le manège de Bertangles
Bertangles- Ph: Gérard Labitte
Bertangles- Ph: Gérard Labitte

Bertangles- près du château

Il nous arrive fréquemment de rencontrer des anneaux sur les vieux murs de brique. Ici à Bertangles, sur ce soubassement en grès surmonté de belles briques orangées, l'implantation des fers à chevaux en guise d'anneaux nous a interpellés.

Bettencourt-St-Ouen- Ph: Jacques Fourré
Bettencourt-St-Ouen- Ph: Jacques Fourré

 

 

 

Blason situé sur le pignon des ruines du manoir de Bettencourt St Ouen.

Photo Jacques Fourré

Billancourt
Billancourt

Billancourt- Canton de Roye

Un habitant du village a fait une miniature de tous les bâtiments municipaux et les a juchés sur le mur de sa clôture.

Bouillancourt-sous-Miannay- Eglise
Bouillancourt-sous-Miannay- Eglise

 

 

 

 

 

Bouillancourt-sous-Miannay (Commune de Moyenneville) 

Eglise Saint-Samson

 

Au sommet de l'arc ogival du choeur, voici ce qu'un sculpteur aussi facétieux que celui de Berneuil (ci-dessus) nous a laissé: un paysan qui tire la langue, en direction de l'autel.

Bourseville
Bourseville

   Bourseville

Ce curieux monument est un mystère. L’hypothèse la plus crédible, aujourd’hui, serait celle d'un monument païen qui aurait été ensuite christianisé, autrement dit récupéré par les chrétiens. Oswald Macqueron, l'aquarelliste de la fin du 19° siècle dessine ce monument avec à ses pieds des croisettes. Ce qui prouve que pour la population de Bourseville ce monument est considéré comme une croix. C'est d'ailleurs au titre de "croix de chemin en tuf" que la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) l'a classée à l'inventaire des MH (Monuments Historiques) en 1998 à l'initiative de Jacques Dulphy, après avoir été sauvée et restaurée par Jean-Mary Thomas.

François Danzel d'Aumont émet l'hypothèse que cette "croix" aurait été érigée pendant la guerre de 100 ans à l'emplacement d'un chevalier tué, un "chevalier à la rose", et que ce monument représenterait cette fleur ? Une autre hypothèse, celle d'une roue solaire près d'une terre appartenant aux Templiers, a été évoquée sans plus de crédibilité.

Bray-sur-Somme: la chaire de l'église Saint-Nicolas
Bray-sur-Somme: la chaire de l'église Saint-Nicolas

Bray-sur-Somme

L’église saint-Nicolas de Bray-sur-Somme est classée Monument Historique. A la fois romane et gothique, elle a été très remaniée au cours des siècles. A l’intérieur, des moines sculptés dans les culs-de-lampe lisent dans des livres de pierre. Au sommet de la chaire, un ange de bois embouche la longue trompette du Jugement dernier, en criant : « Surgite mortui, venite ad judicium » (Debout les morts ! présentez-vous au jugement). Personne n’y échappera ! Observez bien, il a une trompette de rechange dans sa main gauche.

Bray-sur-Somme
Bray-sur-Somme

 

   

 

 

Bray-sur-Somme- Rue Aristide Briand

 

Autre temps, autres moeurs: les animaux remplacent les saints dans les niches 

 

Eglise de Bresle (Canton de Corbie)
Eglise de Bresle (Canton de Corbie)



Bresle- Canton de Corbie


Ordinairement les horloges des églises apparaissent sur la façade ou sur le clocher des églises avec un ou plusieurs cadrans.

A Bresle, l'église en pierre du 17e siècle, dédiée à Saint-Léger, avait autrefois une horloge sur la porte d'entrée que personne ne voyait.

En 2012, la commune décide d'électrifier la cloche et de poser une horloge à la place d'un ancien vitrail sur le chevet de l'église. 

L'horloge, visible pour les 120 habitants de cette petite commune, est couplée à la cloche qui sonne l'angélus tous les jours.


 

 

 

 

 

Cahon

 

Sur la ligne de chemin de fer: Abbeville-Le Tréport, en gare de Cahon, ce téléphone des années 1950 est toujours en place, près du passage à niveau.

La lecture du mode d'emploi de cet ancêtre du téléphone est un moment savoureux:

"Pour appeler, levez le bras du poste avant de tourner la manivelle.

Faire tourner avant de parler.

Parler près du grillage"

On trouve le même téléphone à la halte de Cambron.

Cartigny
Cartigny

 

 

 

 

 

 

 

Cartigny

 

Une plaque en fonte  sans doute de la fin du 19e siècle est fixée sur l'un des piliers d'une maison de maître dans ce village de Cartigny près de Péronne.

"L'ange Gabriel fut envoyé de Dieu à Marie" (Luc, chapitre 1, verset 26)

Entre Cayeux sur-Mer et le hameau de Wathiéhurt
Entre Cayeux sur-Mer et le hameau de Wathiéhurt

"Sur le Chemin à Femmes du Marais de Cayeux-sur-Mer, on rencontre à coup sûr, la nymphe au corps de feu, la sauterelle verte, la grenouille rousse, l'araignée à l'affût. On se penche pour respirer la potentille jaune, l'hémérocalle orange, la renouée bistorte à la corolle de neige rose. On admire en passant l'envol de la perdrix ou bien la bécassine et la jolie mésange...Et parfois une femme, oui parfois une femme..."

Une plaque indique d'ailleurs, le chemin à Femmes, dont il serait intéressant de connaitre l'origine. En attendant tous les fantasmes sont permis, à commencer par le célibataire à la recherche d'une compagne.

Ancien café à Cerisy-Gailly
Ancien café à Cerisy-Gailly
Ancien café à Contay
Ancien café à Contay

Quelques anciens cafés devenus aujourd'hui maisons d'habitation, comme à Cerisy-Gailly (canton de Bray-sur-Somme) et de Contay (canton de Villers-Bocage) ont conservé leurs barres de fer qui servaient à attacher les vaches ou les chevaux quand le maître se désaltérait...

CONTAY

Totem à Contay
Totem à Contay
Détail du totem de Contay
Détail du totem de Contay

La tête du totem de Contay
La tête du totem de Contay

La girouette de Gribouille à Contay sur une idée de Laurent Devime
La girouette de Gribouille à Contay sur une idée de Laurent Devime

Une curieuse girouette à Contay, création de Laurent Devime pour le festival de "Chés Wèpes".

Contay
Contay
Contay
Contay

 Contay

L’œuvre a été réalisée par Dany Floret avec la complicité de Laurent Devîme.

La sculpture de Contay est un totem qui évoque le souvenir du chemin de fer à voie étroite, le train de l'Hallue, qui allait de Daours à Contay, lors de la bataille de la Somme, pendant le premier conflit mondial. Il amenait du matériel et des munitions et, pense-t-on, ramenait les blessés légers. Le petit train a été fait à partir d'un obus allemand. Il est dans une structure sphérique qui symbolise le monde en rappelant que la guerre était mondiale. En dessous, un engrenage rappelle celui des conflits. Sur le poteau, sont soudés des objets de guerre : la célèbre "queue de

cochon" pour les barbelés, le fusil français et les trois baïonnettes française, anglaise et allemande, une pince et une pelle anglaise.

Cette oeuvre est supposée interroger le passant sur sa raison d'être. Laurent Devîme

Contay- La pipe géante avec son petit lutin. Légende racontée par Laurent Devime
Contay- La pipe géante avec son petit lutin. Légende racontée par Laurent Devime
Contay: le petit lutin, Gustave
Contay: le petit lutin, Gustave
Le petit lutin à l'abri dans la pipe du géant
Le petit lutin à l'abri dans la pipe du géant

Contay

Le Monument de la légende de la pipe du géant

Source: Article de la revue"Histoire et Traditions du Pays des Coudriers" par Patrice Delrue, N° 47.

Histoire écrite et adaptée par les élèves, de l'école de Contay de Patrice Delrue, à partir de la légende du Géant de Corbie reprise par Laurent Devîme.

Un géant, Edgar, bourre sa pipe avec une meule de foin, à l’intérieur de laquelle se trouve un petit lutin, Gustave. Ce dernier se retrouve malgré lui dans le foyer de la pipe du géant. Edgar et Gustave se lient d’amitié, deviennent complices et parcourent la région. Un jour, à Contay, au bord de l’Hallue, Gustave garde la pipe pendant que le géant se désaltère. Mais le géant, très étourdi, joue avec les grenouilles et les papillons et entreprend même une bataille de noisettes avec les écureuils. Il s’égare tellement qu’il en oublie sa pipe et son ami. Personne ne le revit et le lutin fidèle est toujours là, au bord de l’Hallue, en train de garder la pipe du géant Edgar.

Contay-  Photo: Christiane Sellez
Contay- Photo: Christiane Sellez

Contay  

Contay est un bourg qui s’est développé en bordure de la route Amiens-Arras, le long de la vallée de l’Hallue. Ce gros village était déjà siège d’une seigneurie au Moyen Age ; au XIXe siècle, il s’y tenait un important marché, notamment pour les bestiaux, ce qui explique la grandeur de la place, près de l'église. Les bornes de grès avec quelques barres de fer et des chaînes qui servaient à délimiter le marché et attacher les bestiaux, subsistent encore, en 2011.

Bornes de la place du Marché à Contay
Bornes de la place du Marché à Contay
Barres de fer entre les bornes de la place du Marché à Contay
Barres de fer entre les bornes de la place du Marché à Contay
Courcelles-au-Bois
Courcelles-au-Bois
L'ancienne éolienne
L'ancienne éolienne

Courcelles-au-Bois

A quoi peut-il servir ce pylône érigé au-dessus du château d’eau dans ce village de 75 habitants du canton d’Acheux-en-Amiénois ? S’il ne s’agissait pas d’un château d’eau construit, en 1932, on pourrait penser au premier télégraphe, le système de transmission inventé par Chappe. Il n'en est rien.

Il s’agit tout simplement d’une éolienne à qui il manque l’essentiel : la roue avec ses pales. L'ensemble actionnait une pompe destinée à fournir de l’eau aux habitants du village. L’électricité est arrivée et la roue qui était tombée n’a jamais été remplacée, mais le pylône est resté.

 

 

Courcelles-sous-Thoix

 

Ce petit village de 55 habitants possède sans doute une des mairies les plus insolites du département et peut être même de la Picardie. Quand les enfants pénètrent dans l'abri-bus qui se trouve au rez-de-chaussée de la mairie à colombages, ils passent sous le drapeau tricolore, présent toute l'année. Les édiles se réunissent dans l'unique pièce de 12m2. Tout près un petit puits laisse encore apparaitre sa manivelle d'autrefois qui ne tourne plus depuis bien longtemps.

 

 

 

Le linteau peint en marron n'a pas effacé la trace de l'inscription: "Pompe à incendie", et le bâtiment, où était remisée la pompe, a aujourd'hui fait place à l'abri-bus.

Crécy-en-Ponthieu (hameau de Caumartin)
Crécy-en-Ponthieu (hameau de Caumartin)

 

 

 

 

 

 

 

Crécy-en-Ponthieu (hameau de Caumartin)

 

 

 

Quand le tonneau devient une niche pour le chien de la ferme d'antan...

Façade de l'église de Croixrault
Façade de l'église de Croixrault

Croixrault- Eglise Saint-Jean-Baptiste

La Révolution de 1789 instaure le Culte de la Raison pour faciliter la déchristianisation voulue par le nouveau régime. En 1794, le culte de la Raison est remplacé par le culte de l'Être suprême avec cette phrase inscrite sur le fronton des églises. On ne se débarrasse pas si facilement de 18 siècles de christianisme.

L'église de Croixrault est la seule du département à avoir conservé cette inscription en creux sur la façade du 17e siècle  de l'église de Croixrault: 

" Le peuple François reconnoit l'Être suprême et l'Immortalité de l'Âme".

Curlu-Hameau de Fargny
Curlu-Hameau de Fargny

 

 

 

 

Curlu-Hameau de Fargny

 

La plaque "entrée interdite " a été avalée par l'arbre à l'entrée du hameau de Fargny, commune de Curlu dans le canton de Combles.