Accueil > Plan du site > Bornes Vauthier

Atelier de LÉON LAMOTTE

à Montières- AMIENS

Ces photos ont été prises dans l'atelier du sculpteur à Montières (Amiens) pendant les journées du Patrimoine, en 2008

Bibliographie:

"Léon Lamotte, sculpteur-statuaire"- Mon parcours dans Amiens-

"Léon Lamotte, Sculpteur et peintre amiénois" par Jeannine et Claude Verdier- 2003

"Léon Lamotte, sculpteur et peintre", par l'Association des Amis de Léon Lamotte- 2006

Léon Lamotte- JDA n°537
Léon Lamotte- JDA n°537

Notre grand sculpteur, né en 1912, est décédé le dimanche 22 mai 2011.

Voici quelques photos de son immense oeuvre. Ce sera notre manière à nous de lui rendre hommage.

Sur sa tombe au cimetière de Montières (quartier d'Amiens), figure cette épitaphe, en forme d'acrostiche, qui clôturait déjà le livre: "Léon Lamotte, sculpteur et peintre" édité en 2006.

L e ciseau sous tes doigts, d’une touche légère

A nime la matière et le rêve surgit

M odelant, ciselant le visage du Christ

O u le buste vivant, ou la divine Mère

T on pinceau merveilleux fait jaillir la lumière

T einte le paysage où flotte un jour plus gris

E t ton âme est partout ardente, tout entière

                                                               F. Allais- 1948

Au cimetière de Montières (Amiens
Au cimetière de Montières (Amiens
Amiens- Hôtel de Berny
Amiens- Hôtel de Berny

 

 

 

 

Amiens-Rue de l'Amiral Courbet

 

 

Cette fontaine, œuvre de Léon Lamotte, est située dans la cour de l’Hôtel de Berny, rue de l'amiral Courbet et date de 1955. Monsieur de Berny confie à M. Douillet, architecte le soin d'édifier une fontaine Renaissance ornée d'une clé de voûte où figure un triton.

Amiens- La Danse"- 350 rue Saint-Fuscien- Amiens
Amiens- La Danse"- 350 rue Saint-Fuscien- Amiens

Amiens-Rue Saint-Fuscien

Sur la façade arrière de l'ancienne maison Delprat, se trouve entre deux fenêtres, ce bas relief en pierre réalisé, en 1956.

Airaines- Apposé à l'origine sur l'ancien Crédit Agricole
Airaines- Apposé à l'origine sur l'ancien Crédit Agricole

Airaines

1957 : le Crédit Agricole ouvre une nouvelle agence à Airaines et fait appel à Léon Lamotte pour orner la façade de la banque. Le thème retenu est l’énergie nécessaire à l’Agriculture. On retrouve ainsi l’énergie hydraulique avec la roue à aubes, l’énergie électrique et mécanique avec la grue et l’énergie naturelle avec le soleil. Avec un peu d’imagination, on peut aussi y voir un bas de laine, symbole d’économie et un soc de charrue, symbole du travail agraire.

Rose de Picardie à Montières
Rose de Picardie à Montières
Rose de Picardie à Montières
Rose de Picardie à Montières
Rose de Picardie à Montières
Rose de Picardie à Montières

 

 

Place de la Barre, quartier de Montières- Amiens- 2004

 

Rose de Picardie

 

Cette oeuvre en bronze est édifiée, près du domicile du sculpteur, place de la Barre, quartier de Montières, à Amiens. Elle représente le symbole de la Femme et de la Rose. C'est aussi un hommage à la célèbre chanson du compositeur britannique: H. Woord.

 

Sur le socle, est gravé le logo de Montières à travers le temps: le canal, la vieille Somme, la brique, la poterie, le textile et l'industrie.

Autel de la chapelle des Clarisses- Amiens
Autel de la chapelle des Clarisses- Amiens
Le dé de l'autel avec l'Alpha
Le dé de l'autel avec l'Alpha
L'épi de blé, la grappe de raison et l'Oméga
L'épi de blé, la grappe de raison et l'Oméga

Chemin de croix de la Chapelle des Clarisses
Chemin de croix de la Chapelle des Clarisses
Chemin de croix: la mise au tombeau
Chemin de croix: la mise au tombeau

Sainte-Claire, patronne des Clarisses
Sainte-Claire, patronne des Clarisses

 

Ancien couvent des Clarisses, rue Lamartine

 

Sur la façade de l'ancien couvent des Clarisses, rue Lamartine, une statue de Sainte Claire orne la niche située au-dessus la porte d'entrée.

 

Dans la chapelle, les 14 stations du chemin de croix en pierre de Saint-Maximin se détachent sur le mur en briques sombres.

 

L'autel de cette chapelle a ses deux dés en pierre décorés d'épis de blés et d'une grappe de raisin, symboles du pain et du vin.

 

Toutes ces sculptures de Léon Lamotte ont été réalisées en 1956

Statue de Saint-Pierre- Eglise de Miannay
Statue de Saint-Pierre- Eglise de Miannay
Fonts Baptismaux de l'église Saint-Pierre de Miannay
Fonts Baptismaux de l'église Saint-Pierre de Miannay
Fonts Baptismaux de l'église Notre-Dame de Doullens
Fonts Baptismaux de l'église Notre-Dame de Doullens
Blason de Rosières-en-Santerre- Léon Lamotte
Blason de Rosières-en-Santerre- Léon Lamotte

Mairie de Rosières-en-Santerre

D'azur au cep d'argent (de sinople) fruité de gueules, surmonté d'une couronne comtale au naturel, accosté et soutenu de trois fleurs de lis.

"Rosières ne fut jamais ni terre à vigne, ni vicomté, ni comté. Quant aux trois fleurs de lis, elles peuvent peut être s'expliquer,  par l'instauration de trois foires franches dans l'année instituées en 1579 par le roi Henri II.

Le blason de Rosières-en-Santerre est sculpté au fronton de la mairie reconstruite après la seconde guerre mondiale au cours de laquelle Rosières connut de nombreuses destructions et compta de nombreuses victimes".

Jacques Dulphy, site l'Armorial des villes et villages de France

 

 

 

 

 

 

Sur la maison dite de Napoléon, à Saint-Riquier

L'actuelle statue, réalisée par le sculpteur amiénois Léon Lamotte, fut installée le 1er mai 1962 en présence de S.A. le Prince Murat représentant S.A.I. le Prince Napoléon. 

La statue a été réalisée d'après un exemplaire en bronze d'une statue de Napoléon Empereur, signée Drouot, que possédait le Souvenir Napoléonien.

S.A. (Son Altesse)

S.A.I. (Son Altesse Impériale) 

Saint-Riquier

Le premier étage de la maison de Napoléon 1er a la forme du bicorne de l'Empereur. La maison est classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1965.

Le blason de Doullens- La Poste
Le blason de Doullens- La Poste

Le blason de Doullens a été sculpté pour "La Poste" de Doullens vers 1955.

En1366, Doullens change ses armoiries. A cette époque, le roi Charles V, reconnaissant le généreux dévouement des habitants lors de la captivité du roi, son père, donne à la ville les lettres patentes qui l'autorisaient à porter désormais pour armes :

- l'écu d' azur semé de fleur de lis d'or sans nombre, qui est du roi de France

- et en cœur, l'écu d'argent à la croix de gueules

L'ensemble est couronné par cette devise latine :

Infinita decus lilia mihi praestant

que l'on peut traduire ainsi : "Cette infinité de lis me fait honneur".

Ecole maternelle de Villers-Bocage- 1953

Cette statue a été commandée au titre du 1% pour l'école maternelle de Villers-Bocage. En pierre de Saint-Maximin, cette sculpture, intitulée" Jeunesse", puis "Aurore",  s'apprête à quitter l'école pour entrer dans la vie active.

Quelques sculptures dans Amiens

Angle de la rue Henri IV et Flatters........A l'intérieur de la Cathédrale...........

Amiens- Angle rue Lamartine et rue de Noyon
Amiens- Angle rue Lamartine et rue de Noyon

 

 

 

 

 

A l'angle de la rue Lamartine et de la rue de Noyon- 1950

 

     Statue de Saint-Antoine, ermite

 

Une statue de Saint-Antoine en bois polychrome ornait le fronton de la charcuterie "Au grand Saint-Antoine", jusqu'en 1940, où elle fut détruite par les bombardements.

En 1950, lors de la Reconstruction, le ministère a commandé une statue de 2,20m en pierre de Saint-Maximin s'intégrant à la nouvelle architecture

les architectes sont Damerval et Guilloux

 

Légende picarde:

De son piédestal, Saint Antoine aperçoit "le Rhin" (Hôtel Select), il découvre une partie de "L'Univers" (Hôtel), angle opposé, il voit tout l'Ecu de France (auberge située en face), mais il ne voit pas les cochonneries (cochonnades) que l'on fait derrière lui dans la charcuterie.

 

Angle de la rue Dusevel et de la rue Henri IV
Angle de la rue Dusevel et de la rue Henri IV

 

   

Près de la Maison de verre - 1952

 

Une clé de voûte en pierre domine une porte d'entrée et évoque

 

    "la poule au pot"

 

sous la crémaillère,

en raison de la proximité de la rue Henri IV

Place Saint-Jacques
Place Saint-Jacques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place Saint-Jacques - 1955

 

Destiné à rompre la sévérité de la place Saint-Jacques, ce bas-relief commandé par le ministère de la Reconstruction évoque:

 

                  " La joie de vivre"

 

représentée par la maman portant son enfant à bout de bras, vers le père rentrant du travail.

Au centre, l'arbre de vie, à la base, le blé, l'eau et la vigne, au sommet, la colombe et la paix.

 

La sculpture est en pierre de Chauvigny.

Les architectes sont Damerval et Guilloux

 

 

 

 

 

Rue Jean Catelas

 

Exécuté, en 1957, ce bas-relief décore le pignon de la caserne des Pompiers. Il symbolise la lutte entre l'eau et le feu. La chevelure  symbolise le combat de l'homme qui éteint les flammes.

Caserne des Pompiers- Rue Jean Catelas- 1957

Foudre et tempête

Ces deux hauts-reliefs se situent à l'intérieur de la caserne sur le bâtiment du Commandement. Celui de gauche voit un personnage, un genou en terre avec la tête tournée vers la droite et la main ouverte sur l'avant semblant se protéger de la foudre. celui de droite a son genou gauche en terre et la tête tournée vers la gauche, la main droite retient la chevelure, c'est la tempête.

Rue des Louvels- Amiens
Rue des Louvels- Amiens

A Cœur ouvert- Rue des Louvels- Amphithéâtre Gérard Perdu

Précédemment installé rue Frédéric Petit, sur la façade de la Faculté de Pharmacie, ce bas-relief a été transféré et placé sur le mur de l'amphithéâtre Gérard Perdu.

Cette sculpture "A Cœur ouvert" illustre une étape de la science médicale moderne en évoquant l'opération à cœur ouvert. Elle symbolise également "l'Esprit et la Matière", dualité de la science médicale moderne.

place Joffre- Square Montplaisir
place Joffre- Square Montplaisir

Square Montplaisir- 1979  

Statue amputée des éléments accidentels

 

Ce monument en bronze rend hommage aux travailleurs accidentés. Il a été commandé et offert à la ville d'Amiens par la "Fédération des Mutilés du Travail".

La base est construite en pavès de Saint-Leu, ancien quartier industriel à Amiens. Sur cette base figure le profil en bronze de Baptiste Marcet, président national de la Fédération.

"Sans haine, ni révolte, j'esquisse un geste dans le silence

 Afin que toi qui passes, tu prennes conscience"              Léon Lamotte

Mémorial du docteur Classen à Ailly-sur-Noye
Mémorial du docteur Classen à Ailly-sur-Noye
Docteur Classen
Docteur Classen

 

 

 

 

 

Ailly-sur-Noye

 

Le docteur William Henri Classen  a été pendant longtemps une figure politique du canton: maire d'Ailly-sur-Noye de 1953 à 1974 et Conseiller Général du canton de 1951 à 1974.

Eglise Jeanne d'Arc

Les chapiteaux du baptistère ainsi que l'écusson du maître-autel sont signés Léon Lamotte

Léon Lamotte travaillait aussi le bois et nous a offert plusieurs statues qui se trouvent aujourd'hui dans les églises. Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Sépulture de Luc Dubar- Cimetière de la Madeleine-Amiens
Sépulture de Luc Dubar- Cimetière de la Madeleine-Amiens
Portrait de Luc Dubar
Portrait de Luc Dubar

 

 

 

 

 

 

Au cimetière de la Madeleine à Amiens, ce bronze affiche le portrait de Luc Dubar (1909-2001),maître de conférences à l'Universite de Picardie Jules Verne, président des Antiquaires de Picardie, pendant 20 ans.

Ce bronze nous montre aussi le talent éclectique de l'artiste Léon Lamotte, qui va de la peinture à la scupture en passant par la gravure.

 

 

Au Cimetière de la Madeleine

 

A la demande de la Fédération Crématiste, cette flamme a été sculptée (en pierre de Chauvigny) pour symboliser le Souvenir, en 1973

LEON LAMOTTE AU MUSEE DE PICARDIE

Les fleurs de lis des stalles de la Cathédrale
Les fleurs de lis des stalles de la Cathédrale

Les fleurs de Lys des stalles de la cathédrale ont été bûchées à la Révolution. Restituées en 1815, elle furent détruites une seconde fois.

En 1948, la Commission Supérieure des Monuments Historiques a confié la restauration des 2200 fleurs de lys à Léon Lamotte. Le travail s’est échelonné sur quatre ans de1948 à 1952 et les fleurs de lys provenant des poutres du château de Lucheux ont été sculptées une par une.

Une plaque apposée sur le petit orgue mémorise l’événement.

Amiens- Quartier de Montières: le pont de la pointe Herbet

Pont de la pointe d'Herbet à Montières

Le monument est édifié à l'emplacement de la chicane avec nid de mitrailleuse tenue par les Allemands de 1940 à 1944. Constitué de pavés de grès, il rend hommage aux résistants qui ont défendu ce pont en 1944. La stèle en forme de voile de bateau s'intègre dans ce paysage avec d'un côté l'eau du canal et de l'autre le pont, litige de tous les combats quand il devient un passage obligé pour celui qui veut se rendre du nord au sud. La pierre sculptée est l'œuvre de Léon Lamotte et représente les deux résistants: Georges Quarante, le militaire casqué et Edmond Fontaine, le civil sans grade, réunis par la croix de Lorraine et le "V" de la Victoire sur un fond animé symbolisant l'eau .

Lors d'une récente délibération du Conseil Municipal d'Amiens, le pont de la pointe Herbet a pris le nom de : "Passerelle Léon Lamotte".

Source: "Léon Lamotte, sculpteur, statuaire. Mon parcours dans Amiens"

Eglise de Montières (Amiens): le chemin de croix: quelques stations

Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul de Montières (Amiens)

Un texte apposé sur les murs à l'intérieur de l'église nous apprend que le chemin de croix a été commandé par l'abbé Bilhaut à Léon Lamotte, pendant la seconde guerre mondiale. A l'origine, il était fixé sur les murs de la chapelle Notre-Dame de Grâce, route de Saveuse. Il a été ramené à l'église de Montières, en 1959.

Au Beffroi de Saint-Riquier

Au beffroi de Saint-Riquier
Au beffroi de Saint-Riquier

Saint-Riquier ou la légende de Becquétoile.

1524 : Charles Quint et ses soldats ravagent le Ponthieu et détruisent tout sur leur passage. Ils avancent sur Saint-Riquier et commencent à escalader la muraille. La ville est sur le point d’être prise quand une femme du Peuple, Becquétoile et sa compagne Bellegueule, réussissent à rallier à leur cause toute la population.Des seaux d’eau et d’huile bouillante sont jetés sur les assaillants. Les soldats de Charles Quint surpris, finissent par capituler.

François 1er se rendra à Saint-Riquier pour féliciter nos deux héroïnes:Becquétoile et Bellegueule.

Léon Lamotte a immortalisé cette légende par cette sculpture déposée au Beffroi de Saint-Riquier

AU L'ÉCOLE DU PRIEURÉ DE MONTDIDIER

Ancien Collège  de Montdidier devenu l'école primaire du Prieuré
Ancien Collège de Montdidier devenu l'école primaire du Prieuré
Totem au collège Parmentier de Montdidier
Totem au collège Parmentier de Montdidier

  

A l'école primaire du Prieuré

 

Si l'on reconnait bien le style de Léon Lamotte sur ce bas-relief  du collège où une enseignante accueille un élève, le totem en béton placé devant l'entrée est plus surprenant et nous donne une autre facette du talent de notre sculpteur picard.

Le totem était d'abord destiné au collège d'enseignement général des garçons, construit en 1955 sur le site du Prieuré. En 1968, un nouveau collège est construit, rue Pasteur, et prend le nom de collège Antoine-Augustin-Parmentier. Les bâtiments devenus libres accueillent alors l'école primaire du Prieuré, qui abrite donc aujourd'hui le Totem.

                 Merci à Anne-Marie Caron

 

 

Au moulin de Ribemont-sur-Ancre

Au moulin de Ribemont-sur-Ancre- Photo: Rémy Godbert
Au moulin de Ribemont-sur-Ancre- Photo: Rémy Godbert

Ribemont-sur-Ancre

Nous devons cette trouvaille à notre correspondant de Corbie. L'ancien moulin situé sur les bords de l'Ancre a depuis longtemps cessé de tourner sa roue, mais avant de fermer, le meunier avait passé commande auprès de Léon Lamotte de trois bas reliefs, et voici le premier, daté de 1955.

BUSTE DE PIERRE PASQUIER (1906-1971)

Pierre Pasquier (collection particulière)
Pierre Pasquier (collection particulière)

 

 

 

Les bustes  sculptés par Léon Lamotte sont assez nombreux, mais l'inventaire s'avère difficile car ils sont presque tous dans des collections particulières.

Pierre Pasquier était maître-verrier rue des Cannettes à Amiens et nouait avec Léon Lamotte des relations très amicales.

En cette fin d'année 2014, sa fille, Béatrice, vient de lui consacrer un site internet

(cliquer sur "site" ou sur l'image pour accéder au site)

AU CIMETIERE DE DURY

Au cimetière de Dury
Au cimetière de Dury
Au cimetière de Dury
Au cimetière de Dury

Le christ du calvaire de Dury
Le christ du calvaire de Dury

Cimetière de Dury - sépulture Herdhebaut-Vagniez

 

La signature de Léon Lamotte apparait au dos du fût de ce calvaire en

pierre, dans le cimetière de Dury. 

Comme souvent dans l’œuvre de Léon Lamotte, on est à la frontière entre style figuratif et art moderne du milieu du 20e siècle. Ici, les personnages sont traités de manière réaliste : drapés classiques de Marie et Jean, couronne d'épines, chevelure, poings fermés, visage de souffrance du Christ, épousant les lignes modernes et stylisées de la croix, notamment les bras qui supportent Marie et Jean.

Eglise d'Orival (Hornoy-le-Bourg)
Eglise d'Orival (Hornoy-le-Bourg)

 

 

 

Orival (Hornoy-le-Bourg)

 

L'église d'Orival dédiée à Notre-Dame a été complètement détruite, en 1940, par l'artillerie allemande qui considérait que le clocher servait de poste de guet.

Une nouvelle église est sortie de terre sur un autre emplacement plus central, en 1957.

A l'extérieur, comme à l'intérieur, les murs sont tapissés de briques et de pierres, donnant à cette église moderne, une certaine originalité qui fait accepter sa forme cubique.

Léon Lamotte a sculpté  une somptueuse vierge avec la sobriété que nous lui connaissons.