Louis Leclabart (1876-1929)

Source bibliographique: Louis Leclabart, un artiste picard dans la Grande Guerre, sous la direction de Thierry Hardier, Cap Régions Editions, septembre 2010

Louis Leclabart (1876-1929)

Louis Leclabart, né à Péronne en 1876, fréquente l’école des Beaux Arts d’Amiens et devient sculpteur à la fin du XIX° siècle. A ses débuts, il travaille dans l’atelier d’Albert Roze.

Mobilisé au début de la première guerre mondiale, il termine la guerre comme dessinateur à l’escadrille SAL1 (de la société Salmson, constructeur aéronautique français de moteurs et d'avions).

Louis Leclabart est un sculpteur marqué par la Grande Guerre d’une grande sensibilité artistique. Il décède à Amiens, en 1929.

Les monuments aux morts de Louis Leclabart

ABBEVILLE

Le Monument aux Morts d'Abbeville: les Patrouilleurs
Le Monument aux Morts d'Abbeville: les Patrouilleurs

Louis Leclabart explique ainsi sa composition : « le monument représente un groupe de Patrouilleurs. La nuit tombe, c’est l’instant favorable ; grâce au crépuscule, nos poilus ont pu sortir de la tranchée ; sans bruit, l’oreille aux aguets, la main crispée au fusil, la patrouille se dissimulant dans les hautes herbes, va surveiller les tranchées ennemies, enlever peut être une sentinelle…. »

Détail du monument: les Patrouilleurs
Détail du monument: les Patrouilleurs
Le visage du patrouilleur
Le visage du patrouilleur
Détail du monument: les Patrouilleurs
Détail du monument: les Patrouilleurs

Abbeville- Au Stade Paul Delique


Abbeville

Ce monument aux morts dédié aux membres du Sporting Club Abbevillois a été inauguré en même temps que le stade Paul Delique, le 24 septembre 1922. Un athlète, torse et pieds nus dépose plusieurs rameaux sur un monument entouré de lierre portant l’inscription « Pro Patria ».

 Sur la face arrière, sont gravés les 57 noms des sportifs morts pour la France.

AMIENS

Monument aux Morts de la corporation des Bouchers de la Somme et des départements limitrophes

Monument de la Corporation des Bouchers
Monument de la Corporation des Bouchers

Le visage du Boucher
Le visage du Boucher

Un boucher tient encore le fusil dans sa main gauche tandis que la main droite tend une longue palme, dans un geste de reconnaissance et de piété,

au-dessus d'un casque d'un de ses confrères tué à l'ennemi.

ARRY

Arry

Le sculpteur a voulu nous montrer un « Poilu » en action et a appelé son monument : « le Guetteur ». Le combattant, équipé d’une musette, tient son fusil des deux mains. De sa tranchée, il surveille l’ennemi. Le cou tendu, le dos légèrement courbé, il semble avoir repéré un mouvement suspect.

COULONVILLERS

Coulonvillers
Coulonvillers
Coulonvillers
Coulonvillers

 

 

 

 

 

 

Coulonvillers

 

L’obélisque tronqué est surmonté du buste du fantassin français. Celui-ci est casqué avant l’attaque qui est imminente. Il attend calmement avec une main sur la poitrine, tandis que l’autre tient une grenade, montrant qu’il est prêt à combattre

 

Coulonvillers
Coulonvillers

ESTRÉES-SUR-NOYE

Estrées-sur-Noye
Estrées-sur-Noye
Estrées-sur-Noye
Estrées-sur-Noye

Le Monument aux Morts d'Estrées-sur-Noye
Le Monument aux Morts d'Estrées-sur-Noye

 

 

 

 

 

 

 


Estrées-sur-Noye

 

Le monument est surmonté comme à Coulonvillers, d'un buste de fantassin. Ce combattant, qui a les bras croisés , exprime la ténacité et la détermination.

LA FALOISE

La Faloise (2013)
La Faloise (2013)
La Faloise (1998)
La Faloise (1998)

La Faloise

Sans doute le monument aux morts le plus original de Louis Leclabart.

Avec en arrière plan un paysage constitué de bois aux feuillages abondants, le sculpteur met en scène un homme qui s’appuie sur son louchet de tourbier et se recueille devant une tombe symbolisée par une croix recouverte d’un casque.

Cet homme aurait selon la tradition, le visage de l’un des trois frères Blangy morts pendant la première guerre mondiale.

Source : « Mémoire de pierre, Mémoire des hommes du canton d’Ailly-sur-Noye » par Daniel Pillon et Catherine Roussel.

MARCELCAVE

Marcelcave
Marcelcave
Marcelcave
Marcelcave

Le groupe sculpté de Marcelcave est la dernière œuvre publique connue de Louis Leclabart. Le monument représente deux combattants qui viennent de sortir de la tranchée pour se porter à l’attaque, lorsque l’un d'eux tombe mortellement blessé et s’écroule au pied de la tranchée.

Les sculptures de Louis Leclabart au cimetière Saint-Acheul à Amiens

Urne funéraire- Cimetière Saint-Acheul- Amiens
Urne funéraire- Cimetière Saint-Acheul- Amiens

Cette urne funéraire est fixée sur la tombe d'un couple d'instituteurs. Outre la signature du sculpteur, ce qui est rare sur une urne, on remarquera sur son socle les symboles de la franc maçonnerie: le compas, la règle, l'équerre et la truelle.

Urne signée par le sculpteur Louis Leclabart- 1912
Urne signée par le sculpteur Louis Leclabart- 1912
Adrien Fauga
Adrien Fauga

 

 

 

Adrien Fauga- 1878-1906

 

Ce buste  en bronze sculpté en 1907 représente Adrien Fauga, secrétaire fondateur de la Fédération Socialiste de la Somme, décédé, en 1906.

Pleureuse sur la tombe familiale- Cimetière Saint-Acheul-Amiens
Pleureuse sur la tombe familiale- Cimetière Saint-Acheul-Amiens

Louis Leclabart sculpte ce buste, qui surmonte l'inscription: "A notre chère Maman", après le décès de son épouse survenu le 22 juin 1922 à l'âge de 45 ans.

STATUES À LA COLLÉGIALE SAINT-VULFRAN D'ABBEVILLE

Saint-Jacques par Leclabart-1926
Saint-Jacques par Leclabart-1926
Saint-Christophe par Leclabart- 1926
Saint-Christophe par Leclabart- 1926

Collégiale Saint-Vulfran d'Abbeville

On croyait Louis Leclabart, cantonné dans la sculpture des monuments aux morts et nous avons eu la surprise de découvrir deux statues datées de 1926 et adossées aux piliers de la Collégiale Saint-Vulfran d'Abbeville.