STATUES RESSEMBLANTES

Nous voulons avec cette page relever les statues qui se ressemblent. Les sculpteurs n'ont pas toujours fait preuve de création et se sont quelquefois largement inspirés d'une œuvre existante. Il arrive aussi que le même projet , la même statue soit reproduite par l'artiste avec quelques modifications.

                         ___________________________________

Cathédrale d'Amiens et église de Condé-Folie

Cathédrale d'Amiens
Cathédrale d'Amiens
Eglise de Condé-Folie
Eglise de Condé-Folie

Offerte par Michel Martin, membre de la Confrérie du Puy, la Vierge à l'Enfant de la Cathédrale d'Amiens a trouvé refuge dans la chapelle Saint-Etienne. Longtemps attribuée au sculpteur Nicolas Blasset, on sait aujourd'hui avec certitude que la belle Vierge en marbre est l'œuvre de Jean Guerle, grâce à des documents trouvés par Marcel Evrard et qui ont fait l'objet d'une communication parue dans le bulletin des Antiquaires de Picardie, en janvier 1988.

Ce qui est étonnant et qui reste un mystère: cette Vierge a fait l'objet d'une copie en pierre non répertoriée. Elle trône dans une grande niche de l'église de Condé-Folie, dédiée à la Visitation de la Sainte-Vierge.

Cathédrale 'Amiens et église de St-Léger les Domart

ND du Bon Secours-Cathédrale d'Amiens
ND du Bon Secours-Cathédrale d'Amiens
Vierge à l'Enfant-Eglise de St-Léger-les-Domart
Vierge à l'Enfant-Eglise de St-Léger-les-Domart

La statue de gauche, en marbre blanc est due au ciseau de Nicolas Blasset. Elle se trouve dans une des chapelles de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens.

L'inscription sur le socle nous apprend que cette statue  a été offerte par Jean Quignon, bourgeois d'Amiens, marchand et ancien échevin, maître du Puy, en 1632.

La statue de droite a trouvé refuge dans la petite église de Saint-Léger les Domart. Elle provient sans doute de l'ancienne église paroissiale qui se trouvait au milieu du cimetière.

La statue de droite en bois polychrome et doré est la copie presque conforme de celle de gauche. On retrouve la finesse des traits et l'élégance de la posture, comme le souligne "le Val de Nièvre, un territoire à l'épreuve de l'industrie". Ce livre mentionne également le classement de cette copie, ce que ne confirme pas le site "Mérimée". Il est étrange qu'une copie soit inscrite à l'inventaire des monuments historiques.

Eglise de Folleville et Cathédrale d'Amiens

Eglise de Folleville
Eglise de Folleville
Cathédrale d'Amiens
Cathédrale d'Amiens

Eglise de Quesnoy-sur-Airaines et Collégiale Saint-Vulfran d'Abbeville

Eglise de Quesnoy-sur-Airaines
Eglise de Quesnoy-sur-Airaines
Collègiale Saint-Vulfran-Abbeville
Collègiale Saint-Vulfran-Abbeville

A gauche, la statue de Saint-Michel dans l'église de Quesnoy-sur-Airaines. Ce

groupe polychrome classé est du 16e siècle.

A droite, une statue de Saint-Michel dans la Collégiale Saint-Vulfran d'Abbeville, sculptée dans le milieu du 19e siècle par les frères Duthoit, qui se sont

vraisemblablement inspirés de la statue de Quesnoy-sur-Airaines.

Basilique d'Albert et Eglise Saint-Pierre de Frise

Basilique d'Albert- Saint-Pierre
Basilique d'Albert- Saint-Pierre
Eglise Saint-Pierre de Frise
Eglise Saint-Pierre de Frise

Basilique d'Albert et église Saint-Pierre de Frise

Au premier abord, les deux statues sont identiques. Quand on regarde de près, on note quelques détails qui les différencient : les genoux, la main droite , les clés. Vendues sur catalogue, ces statues avaient surtout un but, celui de séduire les acheteurs.

Albert insolite vous permettra de voir une autre particularité de cette statue

Nantes et Amiens pour un clin d'œil à JULES VERNE


Jules Verne au jardin botanique de Nantes
Jules Verne au jardin botanique de Nantes
Jules Verne dans les "petits jardins"-Amiens
Jules Verne dans les "petits jardins"-Amiens

La statue de gauche représentant Jules Verne et des enfants lisant une de ses œuvres, se trouve dans le magnifique Jardin des Plantes de la ville de Nantes. On ne peut s'empêcher de penser à la statue d'Albert Roze qui a trouvé refuge dans les

"petits jardins" du square Montplaisir, boulevard de Belfort à Amiens. 

La ville de Nantes a donné le jour à l'écrivain, tandis qu'Amiens lui a fermé les yeux.

Plutôt qu'une rivalité qui n'est pas établie entre ces deux villes, nous cherchons à y voir un trait d'union ou plutôt un émulation pour que la renommée de l'écrivain continue à s'afficher dans le monde entier.

                                                                           Merci à Anne-Sophie Biomez

Cathédrale d'Amiens et église de Bray-sur-Somme

N-D du Bon Secours-Cathédrale d'Amiens
N-D du Bon Secours-Cathédrale d'Amiens
N-D du Bon Secours à Bray-sur-Somme
N-D du Bon Secours à Bray-sur-Somme

Deux vierges à la ressemblance troublante

La statue en marbre de Notre-Dame du Bon Secours à la Cathédrale d’Amiens ressemble trop à la Vierge en bois de l'église de Bray-sur-Somme pour que cela soit un simple hasard. Toutes les deux écrasent un serpent. Elles ont la même attitude du corps légèrement penché en avant, le même drapé de la robe bordée de franges, resserrée sous la poitrine et aux poignets.

Basilique d'Albert et église de Tilloy-Floriville

La divine bergère- Albert
La divine bergère- Albert
La divine bergère- Tilloy-Floriville
La divine bergère- Tilloy-Floriville

La statue de la "Divine Bergère" est une œuvre du sculpteur Eugène Delaplanche, réalisée pour la Basilique d'Albert. Détruite pendant la première guerre, elle fut reconstituée par Albert Roze, d'après des photographies. Cette exécution, disait le sculpteur, est le travail le plus difficile et le plus ingrat de ma carrière.

Or, il existe une copie en plâtre dans la petite église de Tilloy-Floriville, dans le Vimeu. La question se pose sur sa provenance et comment se fait-il qu'Albert Roze ait ignoré cette copie?

Eglises de Vaire-sous-Corbie et Villers-Tournelle

Eglise de Vaire-Sous-Corbie- Ph: Rémy Godbert
Eglise de Vaire-Sous-Corbie- Ph: Rémy Godbert
Eglise de Villers-Tournelle- Ph: Rémy Godbert
Eglise de Villers-Tournelle- Ph: Rémy Godbert

Dans les églises de Vaire-sous-Corbie et Villers-Tournelle, on trouve deux statues presque identiques. On cherchera les différences comme dans le jeu des 7 erreurs : l'auréole est plus grande d'un côté et l'Enfant-Jésus cache le menton de la Vierge sur l'autre statue.

Le même sculpteur : Georges Legrand pour ces deux Vierges. Celle de Vaire serait classée, selon une étiquette posée sur la statue, ce qui suscite des interrogations.

Cathédrale d'Amiens et Eglise de Namps-au-Val

Antoine Goze- par A Ramboue- Cathédrale d'Amiens
Antoine Goze- par A Ramboue- Cathédrale d'Amiens
Antoine Goze par A. Ramboue- Eglise de Namps-au-Val
Antoine Goze par A. Ramboue- Eglise de Namps-au-Val

Ramboue est un sculpteur qui a travaillé pour l’atelier Duthoit. Il a sculpté le buste d’Antoine Goze à l’horizontale sur la façade de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens.

Au décès du premier des frères Duthoit, Aimé, en 1869, Ramboue est devenu autonome et a travaillé beaucoup avec Antoine Goze aux églises de Namps-au-Val et de Folleville.

En comparant le buste de la Cathédrale avec celui de Namps-au-Val fixé sur le clocher, nous avons le sentiment que ces deux sculptures sont dues au ciseau de Ramboue. 

Antoine Goze (1805-1874), pharmacien, médecin, archéologue, inspecteur-adjoint des Monuments Historiques, et auteur d’une Histoire des rues d’Amiens en 4 tomes qui fait toujours autorité. 

Cimetières de la Madeleine (Amiens) et Naours

Amiens-Cimetière de la Madeleine
Amiens-Cimetière de la Madeleine
Cimetière de Naours
Cimetière de Naours

Amiens au cimetière de la Madeleine et cimetière de Naours

50 ans séparent les sculptures de ces deux anges. Celui de la Madeleine est attribué aux frères Duthoit et se trouve sur la tombe de Florent Corroyer. Le sculpteur qui a réalisé l'ange du cimetière de Naours, absolument identique à celui de la Madeleine n'a pas laissé de signature.

Cathédrale d'Amiens

Vierge à l'Enfant-Cathédrale d'Amiens
Vierge à l'Enfant-Cathédrale d'Amiens
Vierge du Monument funéraire de Guillain Lucas
Vierge du Monument funéraire de Guillain Lucas

La Vierge à l’Enfant de la chapelle Saint-Etienne  (cathédrale d'Amiens) a longtemps été attribuée au sculpteur Nicolas Blasset à cause de la ressemblance avec la Vierge du monument funéraire de Guillain Lucas (l’ange pleureur).

Christine Debrie, auteur d’un mémoire en 1987 sur Nicolas Blasset, réfute cette hypothèse. Un chercheur, Marcel Evrard, après avoir étudié des documents tirés des archives notariales, démontre que la statue est l’œuvre de Jean Guerle, sculpteur belge natif d’Ypres.

Bulletin de la SAP, 1er trimestre, 1988, page 33

Longpré-les-Amiens et cimetière de la Madeleine à Amiens

Longpré-les-Amiens-Eglise
Longpré-les-Amiens-Eglise
Amiens: la Madeleine-Sépulture Sauval-Olivier
Amiens: la Madeleine-Sépulture Sauval-Olivier

Le médaillon sculpté, à gauche, est signé Valentin Molliens. Le médaillon de droite, qui n'est pas signé, a exactement la même chevelure. Un article de Maurice Garet, paru vers 1912, dans la revue de la Société des amis des arts, consacré au sculpteur, mentionne la tête du Christ sur la tombe de la famille Sauval. Ce qui nous permet d'attribuer la sculpture de ce christ à Valentin Molliens.